• 2 avril, journée de l'autisme...

     

     

    Nous ne pouvons nous empêcher en cette journée dédiée à une cause qui continue d'interpeller, sans pour autant convaincre, de revenir un an en arrière. Au tout début du mois d'avril 2013, nous nous apprêtions en effet à organiser une première dédicace autour de la publication d'une lettre qu'une Périgourdine Christine GOUGEON-M avait écrite et destinée à son fils autiste et polyhandicapé. Elle avait, depuis si longtemps, envie de dire à son Marvin combien les journées avaient été longues à ses côtés et combien elle avait dû lutter avant de parvenir à en faire l'homme qu'il est depuis devenu. Pour publier cette LETTRE A MARVIN*, nous avions pris, une fois encore, un certain nombre de risques. Mais après tout, n'y allait-il pas de la diffusion d'un message hyper positif ? Un document où l'humour n'était pas absent, le but étant de relativiser la plupart des situations vécues.

    Ce document qui a concouru à partir de mai 2013 au 8ème Prix Handilivres n'a hélas pas obtenu le succès d'audience que nous attendions à la fin du mois de novembre dernier et que nous avions avec l'auteure appelé de tous nos voeux. Faute, sans doute, d'avoir pu compter le 24 avril 2013 sur une parfaite médiatisation. Alors que nous n'avions pas hésité à faire appel aux uns et aux autres allant jusqu'à leur présenter le projet trois mois avant l'organisation de cette première dédicace. Un projet que nous avions même couplé à un vernissage des oeuvres picturales de Christine GOUGEON-M.  

    Si je peux comprendre que les médias, parce qu'ils sont hyper sollicités, ont souvent du mal à couvrir une grande majorité des faits qui leur sont soumis, en revanche j'ai du mal à comprendre qu'une initiative touchant à un domaine comme celui de l'autisme puisse laisser indifférent. A plus forte raison quand on préside aux destinées d'une chaîne de télévision ou qu'on pilote une agence locale de presse écrite. Certes, en dehors du viol d'une femme de chambre ou des mensonges d'un ministre soucieux de défendre ses acquis patrimoniaux, je sais aussi qu'une telle initiative a très peu de chances, aujourd'hui, de retenir l'attention d'un journaliste et cela me révolte. Profondément. Bien entendu, ce mépris de la plupart des médias ne nous aura pas permis avec Christine GOUGEON de nous aligner dans les meilleures conditions possibles à ce prix handilivres. Alors que l'originalité de ce message le permettait ! Il me contraindra également dans les tout prochains jours à faire l'impasse sur d'autres projets mais je m'en remettrai ! Une fois encore ! Parce que je reste convaincu qu'en continuant à faire mon métier le plus sérieusement du monde, arrivera forcément un jour où l'une de mes productions obtiendra un début de reconnaissance. N'en déplaise à ceux de mes détracteurs qui auront vraiment tout fait pour contrarier mes nombreux projets !

    Louis PETRIAC

     

    Lettre à Marvin, mon fils autiste polyhandicapé, C. GOUGEON-M., ISBN n° 978-2-918296-21-8          

    « Marc Herrand, son départ des Compagnons...A paraître, un nouvel ouvrage évoquant le magnétisme... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :