• 20 août 1944... Périgueux retrouvait un parfum de liberté !

    Libérateurs périgx 1944Certains des libérateurs : Roger Ranoux (à g.), Péron, Coustellier, Rouland, Ricco, Calisto et Larocque (à dr.) 

     

    Voici soixante quinze ans, Périgueux retrouvait la liberté !...

    Un anniversaire resté cher au coeur des derniers anciens combattants encore présents. Robert SUDEY qui a été décoré de la Légion d'Honneur voici un peu plus de trois ans le 20 juin 2016 et qui s'est malheureusement éteint au Printemps dernier s'était souvenu de cette journée symbolique qu'il avait évoquée dans la réédition d'un ouvrage sorti en août 2013. Enrichi de nouveaux récits et précisions, notre maquisard trélissacois avait eu à coeur à 89 ans, de donner son avis sur les quelques points qu'il n'avait pas suffisamment explicités dans la toute première version de l'ouvrage publiée en 2009. Tout en rendant hommage, aussi, à son ami Marcel LAROCQUE, décédé en 2012, LAROCQUE qui avait été chargé par le préfet de l'époque de la récupération des milliards qui s'étaient évaporés à Neuvic. Curieusement, LAROCQUE n'avait pas été entendu lors de l'audition des témoins organisée par les historiens et son ouvrage autoédité n'avait pas été suffisamment diffusé pour que l'on revienne sur "son rapport". Un document que nous avons voulu reproduire et que les internautes pourront télécharger en cliquant sur ce lien

    Médaille du lièvreCette réédition de " Ma guerre à moi... Résistant et maquisard en Dordogne " qui est diffusée en Périgord depuis l'été 2013 par PLB Le Bugue, a donc, cette fois-ci, été proposée avec un chapitre consacré à l'affaire du Train de Neuvic, et aussi avec quelques anecdotes savoureuses comme celle qui est attachée à cette médaille... du lièvre (rien à voir avec la déclinaison en photo à gauche et proposée en Allemagne en porcelaine). Censée récompenser ceux qui détalaient le plus vite devant le danger, Robert SUDEY est le premier à reconnaître qu'il y a des jours où il aurait pu remporter la distinction tant il avait eu "chaud aux fesses" devant l'ennemi ! Comme ce jour où rue Limogeanne, suivi par ce qu'il pensait être la police allemande, il était entré dans un salon de coiffure avec l'un de ses amis et en était ressorti méconnaissable, avec un indéfrisable.

    Si vous êtes attachés à la vérité et non aux versions édulcorées des faits comme ceux parfois racontés dans la presse, alors n'hésitez plus. Il nous reste encore quelques dizaines d'exemplaires de cette réédition !

    Ma guerre à moi... Résistant et maquisard en Dordogne, Robert SUDEY, ISBN n° 978-2-918296-23-2

      
    « 20 Août 1944... Périgueux se libérait et il venait de fêter ses vingt ans !L'hommage à un quartier disparu du XVIIIème parisien et d'Aubervilliers.. »
    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :