• 24 août 1944... Le maquisard trélissacois se souvient...

    Sudey Toulon 01

     

    Sudey-aujourd-hui.jpgSon histoire est une très belle histoire même s'il a failli, lors de la première partie de son odyssée, y perdre la vie ! Car, personne de ceux qui avaient lutté à ses côtés n'auraient imaginé ce 24 août 1944, quatre jours après avoir libéré Périgueux du joug allemand, qu'un éclat de mortier mettrait soudain un terme à son envie de bouter l'occupant hors de notre territoire. Comme il le dit dans son ouvrage : Ma guerre à moi... Résistant et maquisard en Dordogne, "je suis salement amoché !" et, effectivement, l'homme l'était. A un point tel que, s'il n'avait pas eu à portée de main son foulard rouge de maquisard en tissu de parachute, il n'aurait pas pu se faire un garrot pour empêcher le sang de gicler ! Car la plaie était béante ! Le reste de l'histoire tient d'un véritable miracle ! Sur sa route, il va croiser un homme, exceptionnel lui aussi ! Exceptionnel de témérité et exceptionnel de créativité en des temps où la chirurgie réparatrice en était encore à ses premiers balbutiements ! Pour sauver le bras de Robert SUDEY, le professeur FONTAINE - c'est son nom - prélèvera tout simplement les tendons d'un chien errant à la cité Clairvivre quelques semaines plus tard. Faute de disposer d'éléments synthétiques en matière plastique ! 

    Le reste de l'histoire vaut, ne serait-ce que par le menu, d'être contée ! D'abord emmené à la morgue, on croit le jeune maquisard périgourdin de 20 ans mort ! Avant néanmoins que celui-ci se réveille et qu'un premier chirurgien envisage à l'Hôpital de Nontron de couper le bras dans un trop sale état ! Arrive le professeur FONTAINE qui s'est installé en Périgord quelques années plus tôt fuyant l'Alsace et l'occupation allemande... Il lui promet de tenter quelque chose. L'opération nécessite des moyens, mais qu'importe tant l'homme est décidé à tout mettre en oeuvre pour s'acquitter de sa mission ! "J'ai assez coupé de jambes et de bras et votre cas m'intéresse" dit-il au jeune périgourdin. La chose ne sera pas simple, le bras était plein d'éclats de métal et tous les détecteurs devant lesquels SUDEY passait grésillaient à son approche. Longtemps, de nombreux abcès dus aux éclats de mortier remonteront à la surface de la plaie avant que tout parvienne à se stabiliser, en dehors toutefois de quelques troubles trophiques. Le Trélissacois ira régulièrement à Strasbourg à partir de 1945 lui rendre compte de l'avancée de son travail.

    9782918296232C'est ce parcours de combattant et de miraculé que Robert SUDEY décide, un jour, de raconter. Voici cinq ans et depuis qu'il est devenu, pour la postérité : L'homme aux tendons de chien. Pour que les siens et ses petits enfants sachent ce qu'il avait vécu. Et comme il n'est pas sûr de lui, il parle de son projet à son ami Max JARDON qui anime en Périgord un cercle de généalogie. Ce dernier l'incite à évoquer son projet devant quelques médias et début septembre 2009, Ma guerre à moi est imprimé et proposé au public et à quelques amis. Pour l'occasion, on a prévu d'en concevoir une centaine sans penser un seul instant que ce petit ouvrage trouverait un public. Alors que nous en sommes encore au montage de notre projet d'éditeur chez DECAL'AGE PRODUCTIONS Editions, aucune diffusion n'a même été envisagée. Devant la multiplication des échanges réalisés, c'est donc rendre justice à cet ouvrage que d'envisager à présent une réimpression de ces souvenirs de maquisard. Sans doute ceux de l'un des derniers maquisards encore en vie puisque en dehors de Roger RANOUX et de COUSTELLIER dit SOLEIL, beaucoup ont depuis disparu.

    Un devoir de mémoire existe et le 1er août prochain sortira une version nouvelle de ces récits. Si elle s'appuie sur le précédent travail, elle a cependant été enrichie d'anecdotes et de témoignages nouveaux, d'illustrations aussi. Une mise en page mieux maîtrisée nous permet de proposer le tout sur 164 pages à un prix inchangé de 20 euros ! On peut d'ores et déjà réserver ce document en éditant un bulletin de commande !

     

    Ma guerre à moi... Résistant et maquisard en Dordogne, Robert SUDEY

    ISBN n° 978-2-918296-23-2  

    « Heureux sont les fêlés... disait Michel AudiardYves Joly, Augiéras, Guy Bourguignon, la comedia dell' arte... »
    Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :