• A propos de Richard Friedländer, le père juif de Magda...

    Richard Friedländer, le père juiif de Magda et la véritéRichard Friedländer, le père juiif de Magda et la vérité

    En 2010, on était encore loin d’être arrivés à réellement définir l'homme qu'avait été Richard FRIEDLANDER (phptp de droite). Peut-être aurait-il fallu sonder les milieux belges où l'homme devait avoir laissé une trace dans le domaine du cuir ? Difficile à dire. Evoquant l’influence des QUANDT au moment du mariage de sa fille Magda avec l’industriel en 1920, un ouvrage de Karine TUIL (1) publié voici sept ans donne un éclairage sur les relations qu’auraient pu avoir Auguste, la petite bonne des RITSCHEL et FRIEDLANDER.
    On y parle parfois de ce père que Günther QUANDT avait évincé, refusant d’épouser en 1920 la fille d’un Juif et aussi d’un homme à propos duquel on n’avait rien trouvé qui aurait permis de mieux connaître l'individu. Dans ce "Six mois, six jours" de Karine TUIL ces affirmations en précèdent d’autres où il serait finalement question d’une première rencontre entre Auguste BEHREND et Richard FRIEDLANDER qui n’aurait eu lieu… qu’en 1904 ! Soit plus de deux ans après la naissance de l'égérie nazie. Car, par le truchement de l’auteur de ce nouvel ouvrage romancé parlant des QUANDT, on laisse supposer que Richard FRIEDLANDER avait vingt-trois ans au moment de sa rencontre avec Auguste. S’il fallait prendre ces éléments en considération, il venait d'être nommé Chef de rang dans un restaurant du centre ville de Berlin où celle qui était devenue Madame RITSCHEL peu après la naissance de Magda, avait déjà ses habitudes. Grâce sans doute aux moyens qu'elle avait tirés de son union avec Oskar RITSCHEL. Cette belle femme blonde à la peau laiteuse qu'était la mère de "la chienne du Troisième Reich" affichait une sensualité tapageuse, une brutalité et un désir de domination ainsi qu’un goût maladif pour le pouvoir. Il n’y avait, précise encore Karine TUIL, que dans un lit que Richard FRIEDLANDER et Auguste BEHREND parvenaient à se retrouver. Magda avait donc de qui tenir, mais reconnaissons que les chiens font rarement des chats. Ces traits de caractère et de maintien semblaient avoir séduit un homme qui, dans d’autres ouvrages, a pourtant été présenté comme un négociant dans le domaine du cuir.

    Alors, qui a raison ? Karine TUIL et son Chef de rang ou ceux qui ont parlé de tanneur comme l'auteur russe Léonid GUIRCHOVITCH dans "Meurtre sur la plage". Pour ce dernier, l’heureuse idée de commencer un journal intime, la future Magda GOEBBELS la devrait en effet à un cadeau d’anniversaire de Richard FRIEDLANDER pour ses douze ans (nov. 1913), un homme qui aurait tenu après coup, toujours d’après l’auteur russe, un commerce d’articles de cuir situé dans une artère berlinoise du nom de Leipziger Straße. Probablement peu de temps après le retour d’Auguste et de Richard à Berlin et l’entrée en guerre des Allemands en Belgique, cause de leur départ de Bruxelles par des moyens extrêmes.

    Ce sont toutes ces approximations, tous ces mensonges d’Auguste aussi et le fait qu’Oskar RITSCHEL ait refusé de reconnaître à sa naissance la petite Magda, ainsi que l’aveu tardif de FRIEDLANDER quant à sa paternité à l’appui d’une carte de résident retrouvée dernièrement dans des archives et publiée par le média Bild Zeitung en 2016 qui amènent à un tout autre scénario que celui qui prévaut encore dans de nombreux commentaires. Un scénario qui sert énormément l'idéologie nazie et une propagande toujours aussi vivace. Car il est plus que probable que la première rencontre d’Auguste BEHREND et de Richard FRIEDLANDER ait eu lieu durant l’hiver 1900-1901 et que c'est d’une première liaison, qu'est née Magda. Difficile d'envisager que le jeune négociant ait donc attendu d’avoir vingt-trois ans pour connaître sa première femme, comme Karine TUIL le révèle dans ce qui reste tout de même un roman ! Il est tout aussi probable qu’Auguste, se sachant enceinte, n’ait pas voulu reconnaître elle-même sa faute et qu’elle ait refusé d’en informer un FRIEDLANDER qui donne le sentiment de s’être installé dès 1902 en Belgique. Un endroit où Auguste viendra le rejoindre dès 1904, juste après avoir divorcé de RITSCHEL qu’elle avait épousé peu de temps après la venue au monde de Magda.

    (1) Six mois, six jours

    « Il a été le plus jeune patient à avoir ingéré de la soude !Notre diffusion s'accélère... »
    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :