• A propos du salon du livre de La Douze organisé le 27 mai prochain...

    Si vous venez nous rendre visite à la Salle des Fêtes de La Douze le 27 mai prochain, vous aurez bien entendu la possibilité de découvrir nos dernières publications dont Magda, la chienne du Troisième Reich et Parfum de diable de Edouard DUF, et quelques autres ouvrages mais aussi trois d'entre eux dont il nous arrive assez souvent de parler ici. Parce qu'ils évoquent un Périgord et une région où il est pourtant extrêmement difficile de s'imposer. Trois célébrités locales ci-dessous.

    Claude Sarlat   A propos du salon de La Douze...A propos du salon de La Douze...

    Max MARCHAPS, pourtant fils de l'ancien maire de Mareuil-sur-Belle André MARCHAPS, avait pensé lancer son projet de création de société dans les laminés plastiques, la SELP, dans de bien meilleures conditions que celles dont il a finalement bénéficié en 1962. Privé du soutien de sa propre municipalité de Mareuil, il n'aura d'autre solution que celle de procéder lui-même à certains travaux après une recherche de terrain qui lui avait déjà posé beaucoup de problèmes. Au point qu'il avait même envisagé bâtir son usine sur un terrain éloigné. C'est dire !

    MAX... UNE ODYSSEE FANTASTIQUE... Max MARCHAPS, ISBN n° 978-2-952411-79-0

    Ainsi en est-il également de l'ancien cinéaste Claude SARLAT disparu en 2007 et que le Périgord a complètement oublié. Pourtant que de films et que d'évocations régionales à mettre au crédit de cet homme qui avait su, après une carrière de caméraman au sein de l'ORTF et de FR 3, se tourner vers une réalisation cinématographique locale en s'impliquant dans le tournage de films comme La porte des mal venus ou Les gens de Rochebrune ! Ne disait-on pas de lui qu'il était la lampe qui faisait reculer l'ombre et jaillir la lumière ? La lumière, il la fera jaillir au cours de réalisations qui auraient pu séduire la télévision comme ses toutes premières prises de A chacun son linceul, une évocation du Périgord de 1914 au moment de l'entrée en guerre de notre pays.

    L'ENVERS DU DECOR DE CLAUDE SARLAT, M-F. MESPOULEDE, ISBN n° 978-2-918296-13-3

    Des trois, c'est encore Robert SUDEY qui aura le plus bénéficié d'appuis locaux. Dans son ouvrage d'ancien maquisard dans un maquis près de Sorges, il raconte comment, issu du monde rural, il avait pu tirer parti de ses origines paysannes parce qu'il communiquait assez facilement en patois et qu'il connaissait parfaitement les travaux de la ferme. Sans doute aussi les temps étaient-ils différents, MARCHAPS et SARLAT n'ayant pas eu pour leurs activités à s'opposer aux nazis et à l'armée allemande.

    MA GUERRE A MOI... , Robert SUDEY, ISBN n° 978-2-918296-23-2

     

    « Cétait le seizième homme du quinze de France !Une mére idéale ou un être avide de puissance ?... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :