• Histoires d'Avant... le témoignage d'une époque révolue !

    Maurice le charbonnier 2001Combien sont-ils d'aînés, autour de nous, à avoir exercé dans un passé encore récent des métiers surhumains ? Comme Maurice (photo ci-contre) qui vient de mettre fin à son parcours difficile de "charbougnat". Un métier parmi tant d'autres qui les faisaient parfois tout juste vivre quand ils n'en mourraient pas, prématurément, épuisés au terme de quelques années d'un dur labeur ? Dans un quartier aujourd'hui en pleine mutation, aux portes d'une banlieue ouvrière, celle d'Aubervilliers, au comble d'une industrialisation longtemps poussée à l'extrême, restent encore quelques souvenirs d'une période révolue. Une époque qui a valu à Louis PETRIAC de faire parler une mémoire encore vivante qui se souvient et de témoigner de ce qu'avait représenté pour nombre d'hommes et de familles un tel sacrifice.

    HISTOIRES D'AVANT revient sur l'existence de tous ces travailleurs de force au sein de rues et d'habitations souvent modestes qui ont laissé aujourd'hui la place à des gratte-ciels ! Au détriment sans aucun doute de l'âme qui symbolisait l'ensemble et d'accents de solidarité à présent disparus.

    EXTRAIT :     

    ..." Rien n’était de trop pour ces hommes ! Ni le chargement de leur camion dès six heures du matin avant le départ en tournée, ni leurs livraisons ! Pas davantage le traitement d’une paperasse déjà abondante pour l’époque ! Heureusement que ces hommes n’avaient pas l’idée saugrenue de compter leurs heures ! Un pécaïre, quelques gracieusetés adressées à l’endroit d’un compagnon de travail pour se plaindre, deux ou trois autres jurons éructés en patois rouergat… la messe était dite ! Tout était déjà pour ces fantassins du charbon dans le relationnel et un sourire un tantinet moqueur. Dans la façon aussi d’émettre une petite plaisanterie sans froisser durablement les autres ! Il fallait ménager ceux que l’on connaissait, des fois que… Et puis "un sou c’était un so " et il y avait déjà assez de gens désœuvrés et beaucoup moins versés qu’eux dans le savoir pour qu’ils en trouvent deux ou trois qui acceptaient contre très peu d’argent de charger leurs sacs de boulets sur un camion sans demander leur reste. Il suffisait parfois d’un seul Richelieu de 10 Nouveaux Francs pour séduire un volontaire pas trop cossard ! Avec trois ou quatre heures de dur labeur à la clef…

    Le dénommé Chocolat, un maghrébin dépenaillé dont on se demandait quel trait physique le rattachait à la précieuse gourmandise, n’était pas le dernier à accepter de tels travaux. Jean, avec sa roublardise éclairait une face toujours fendue d’un sourire et Maurice R…, deux des quelques bougnats aveyronnais de l’endroit, l’avaient d’ailleurs pris en sympathie Chocolat. Sans doute faisait-il partie des quelques gens de peu qui traînaient toujours à proximité de leurs échoppes de charbonniers. Généralement des marginaux soucieux de se procurer un casse-croûte ou un verre de vin. En dehors de travaux qui ne trouvaient guère d'amateurs, même contre un ou deux billets, il est vrai qu’il n’y avait aucun autre moyen de survivre rue de la Gare ! A plus forte raison quand on ne savait ni lire, ni écrire et que l’on dormait la nuit venue où on pouvait !

    Quelle époque que celle de ces années d’après-guerre ! Avec une misère qui, contrairement à ce que nous découvrons aujourd’hui, ne touchait vraiment que ceux qui étaient privés d’emploi. Et bien moins tous les autres, même s’ils vivaient modestement ! Parce qu’on ne faisait pas encore de l’argent avec rien pour s’élever dans la hiérarchie sociale ! "

    HISTOIRES D'AVANT est proposé jusqu'à l'été à 16 € en pré-vente à l'aide du bon de réservation accessible à l'aide du lien suivant :

    http://ddata.over-blog.com/0/39/80/37/Souscription-Histoires-avant.doc

    « Histoires d'Avant : Vie et disparition entière d'un quartier !...L'envers du décor de... Claude Sarlat »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :