• Jean Rodon, l'anti collabos

    Jean Rodon, l'anti collabos

    Le 4 décembre 1939 comme il le relate dans son ouvrage : Journal d'un adolescent face à la guerre, et alors qu'il n'avait pas encore 17 ans, Jean RODON (ci-dessus) évoque ses premiers pas dans un atelier de mécanique générale que son père, Conseiller municipal communiste au Blanc-Mesnil, lui avait trouvé. L'époque était délicate au plan professionnel et le jeune Jean avait voulu mettre un terme à ses études inquiet devant des événements qui ne poussaient pas à la désinvolture. 

    Jean Rodon, l'anti collabos

    Mais dans cet atelier de mécanique parisien du 3è arr. (dont il ne reste aujourd'hui que cette porte cochère à gauche) régnait un climat qui ne laissait hélas rien augurer de bon pour la suite. Alors que la France venait de déclarer la guerre à l'Allemagne nazie d'Adolf HITLER ! Avec un patron résolument décidé à se ranger du côté du plus fort et son fils, qui sera de la première relève imposée par les nazis et LAVAL, ce qui était sûr c'est que les deux hommes n'aimaient pas les Communistes et que les Juifs... Dans cet ouvrage mémoire, Jean RODON relate quel était cet état d'esprit et dans le 3è arr. il y aura beaucoup de "chasse aux Juifs" ! L'auteur qui devra un peu plus tard, en février 1943, répondre à une réquisition et partir pour le STO ne pourra compter sur ce patron collabo, ne serait-ce que pour faire reporter de quelques mois son départ pour Hennigsdorf près de Berlin où un emploi de tourneur l'attendait chez A.E.G. Pourtant, la fille du maître des lieux avait facilement trouvé un emploi au sein d'une organisation pro-nazie et il ne lui aurait pas été difficile d'appuyer un tel report. D'autant que le jeune Jean vivait une passion avec une jeune ouvrière rencontrée dans le quartier et qu'ils nourrissaient ensemble des projets qui n'attendaient pas.

    Cet ouvrage d'une tendresse infinie qui évoque cette rencontre sentimentale vouée à l'échec à cause d'une guerre stupide menée par un fou sanguinaire végétarien dans l'âme qui n'aimait que les bêtes féroces, se devait d'être publié. 

    JOURNAL D'UN ADOLESCENT FACE A LA GUERRE, Jean RODON, ISBN n° 978-2-918296-46-1 

    « C'était un pari un peu fou !...Jean Rodon... son témoignage sur le Paris antisémite de 1942... »
    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :