• L'échec de La Poste et ses conséquences pour la petite édition

    L'échec de La Poste et ses conséquences pour la petite édition

    La hausse vertigineuse du prix du timbre a rapidement eu des conséquences pour le monde de la petite édition. Et, hélas, ça n'est pas terminé ! Les tarifs du courrier augmenteront en effet de 4,7% en moyenne au 1er janvier 2018 et le prix des timbres ordinaires deux fois plus. C'est ce que vient d'annoncer jeudi la Poste en justifiant ces hausses par la baisse des volumes distribués et la nécessité de garantir le service universel. La hausse a été de 3,1% cette année, de 3,6% en 2016 et de 7% en 2015. "C'est une évolution indispensable dans un contexte où les volumes continuent de baisser de façon significative", a indiqué à l'AFP Arnaud TOMASI, chargé de la politique tarifaire courrier-colis à La Poste. "Si l'on veut défendre un service universel de qualité, exigeant, sur un territoire vaste comme celui de la France, on doit ajuster les tarifs." Le courrier traditionnel est en effet, selon lui, toujours plus concurrencé par les e-mails, textos et autres paiements de factures en ligne. La Poste en a transporté 5,2% de moins en 2016, et la tendance est de - 6 à - 6,5% cette année.

    Nous aurions presque envie de demander à M. TOMASI s'il a pris conscience que les engagements de La Poste sur les délais d'acheminement n'étaient plus, ou de moins en moins, respectés. Ainsi un courrier censé aujourd'hui être acheminé en vingt-quatre heures s'il est oblitéré à 0,85 € l'est en 48 heures voire parfois en trois jours, ce qui est trop. Ces tergiversations coupables sont sans aucun doute à l'origine de nombreuses désaffections et il conviendrait que La Poste fasse des efforts de qualité en lien avec ce qu'elle prétend défendre pour que la tendance s'inverse et que beaucoup arrêtent de rechercher d'autres solutions qu'elle n'est plus en mesure à l'heure qu'il est d'offrir pour l'acheminement du courrier. Et le fait de supprimer des machines à affranchir automatisées l'option "écopli" comme c'est par exemple le cas en Dordogne à Périgueux ne résoudra pas le problème posé quand on est à la recherche d'un coût affranchissement raisonnable.

    Pour la petite édition, ces manquements et les hausses injustifiées qui sont aujourd'hui appliquées mettent en péril l'acheminement des ouvrages car en dehors d'AMAZON.FR et de quelques grossium qui bénéficient de conditions tarifaires négociées, pour les autres c'est de plus en plus difficile de livrer un ouvrage dans des délais supportables et à un coût qui ne pèse pas trop sur le peu de marge qui subsiste encore sur un ouvrage imprimé en petite quantité. 

    « Histoires d'Avant : l'importance de la résilience...Magda Goebbels, son flirt avec les Hoover... »
    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :