• Léonid Guirchovitch : Tout un ouvrage et des recherches pour rien !

    Léonid Guirchovitch : Tout un ouvrage et des recherches pour rien !Il est des jours où vraiment on pourrait se demander ce qu'on a fait au bon Dieu ! Et sans doute Léonid GUIRCHOVITCH l'auteur de ce "Meurtre sur la plage" publié chez VERDIER en 2014 pourrait-il se le demander, si du moins il avait assisté à la projection de ce film que vient de diffuser France 2 sur la sulfureuse Magda GOEBBELS. Ce qui est moins sûr car il serait bien surprenant que ce téléfilm d'Antoine VITKINE ait été diffusé chez les Russes ! Heureusement pour GUIRCHOVITCH !

    Pour les concepteurs de ces données sur l'égérie nazie qui se sont inspirés de la propagande nazie et d'approximations collectées auprès de proches, Magda GOEBBELS n'aurait en effet laissé aucun journal intime. Alors que dans cet ouvrage publié chez VERDIER que nous évoquons en préambule, il en est question dans une très grande partie du livre ! En revanche on remercierait presque la propre mère de Magda, une certaine Auguste BEHREND et Ello QUANDT l'amie de "la Chienne" qui, ne le cachons pas, auront pas mal entortillé le premier biographe de l'épouse du propagandiste lorsqu'il s'est agi de consacrer une première biographie après guerre à cette "mère idéale". Cette "Compagne du diable" signé Hans-Otto MEISSNER contient en effet quelques exagérations de première dues à la maestria de la menteuse pathologique qu'était la mère de Magda. Une femme qui n'avait pourtant jamais été fichue d'aimer sa fille et qui l'avait mise au monde sans la désirer en 1901. Avant de l'abandonner très vite aux Ursulines, un couvent de religieuses de Vilvoorde près de Bruxelles ! Seraient-ce les remords éprouvés après le massacre du bunker qui l'auront incitée à produire un témoignage favorable et à tenter de dédouaner sa fille comme elle l'a fait dans Schwabische Illustrierte en 1952 ? Et que dire de l'amie de Magda, cette Ello QUANDT qui éprouvait une profonde admiration pour la manipulatrice perverse qu'était l'épouse GOEBBELS ! La lecture de l'ouvrage de l'autre biographe, Anja KLABUNDE répond déjà à quantité de questions que l'on pourrait se poser au sujet de ces deux femmes.

    En revenant sur ce film où il n'a jamais été beaucoup question du père de la nazie, Richard FRIEDLANDER soudain prénommé Max, qui pourrait croire que des gamins déguisés en indiens et en cow-boys aient pu traverser le 22 avril 1945 en compagnie de leur mère sur une carriole un Berlin déjà passablement éventré par les tirs d'obus de l'Armée rouge comme l'était la métropole d'un Reich agonisant ? Ce qui rend ce film peu crédible. Certes, il est sauvé par les observations pertinentes de l'historien Fabrice d'ALMEIDA et de Tobie NATHAN qui ont tenté de comprendre ce qui avait bien pu se passer dans l'esprit dérangé de cette mère indigne ! Effectivement, tout avait été organisé pour qu'avec ses six petits elle puisse s'envoler vers d'autres cieux en compagnie de l'aviatrice Hannah REITSCH. Mais, comme le précise l'historien, avait-elle envie de montrer à ses enfants les ruines de ce qu'était ce National-Socialisme qu'elle avait tant vénéré et, pire, ce qu'était leur tortionnaire de père qui avait envoyé tant de gens à la mort et qu'on aurait forcément pendu à Nuremberg s'il n'avait pas mis seul fin à ses jours ?

    Louis PETRIAC, auteur de Magda, la chienne du Troisième Reich

    « Magda Goebbels ou avoir de la suite dans les idées...Magda Goebbels et l'audience... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :