• Les amants de la chienne avaient souvent de la répartie...

     

    Les amants de la chienne avaient souvent de la répartie...

    Les deux époux de Magda... Rira bien qui rira le dernier !

    S'ils avaient des facultés orales et de la répartie, ils avaient toutes les chances de plaire à la "Première Dame du Troisième Reich" car c'est surtout vers les tribuns qu'allaient les préférences de l'allumeuse que savait être Magda GOEBBELS ! Les autres n'étant que des partenaires occasionnels de jeux destinés à tromper l'ennui d'une bourgeoise désoeuvrée ! Ce qui sera le cas d'hommes comme le jeune étudiant Ernst qui avait en plus le tort d'être juif, ou comme l'aventurier Kurt LUDECKE, sans oublier l'ami de l'opportuniste SPEER, un certain Karl HANKE voire en fin de course Werner NAUMANN ou ce fameux neveu du Président HOOVER qui, bien que n'ayant jamais existé selon le responsable de sa bibliothèque, revient dans la plupart des témoignages ! Comme le dira son futur époux et bras droit du "Fiancé de l'Allemagne", elle était dans sa vie d'avant très légère et irréfléchie. Une cadence qui ne ralentira cependant pas dans "la vie d'après" devenant "le pendant" des infidélités du nabot nazi !

    Les amants de la chienne avaient souvent de la répartie...Séduite par les facultés d'orateur de Victor Haïm ARLOSOROFF (en photo ci-contre),  elle s'est longtemps vue suivre ce dernier en Palestine alors qu'elle sortait tout juste de ses premiers émois sexuels et qu'elle venait de découvrir son corps. Mais Victor la laissera à deux reprises désemparée sur le quai d'une gare à Berlin. La première fois alors qu'elle aurait été prête à suivre au bout du monde celui qui avait cueilli ses seize ans sans se faire prier et la seconde alors qu'elle venait d'épouser l'industriel QUANDT avec lequel elle n'était pas heureuse. Parce qu'il n'avait jamais su en faire l'escort-girl qu'elle rêvait de devenir dans la haute société berlinoise où elle n'était pas destinée à jouer les potiches !

    Le futur Gauleiter de Berlin, Joseph GOEBBELS, sans être un bel homme, savait, lui, haranguer les foules l'index pointé vers ceux qu'il estimait coupables de tous les maux possibles et inimaginables de la terre. Qu'ils soient juifs, handicapés ou simplement des opposants à la terreur qu'il servait. Et cette puissance-là avait su capter l'attention d'une femme déjà passablement remuée qui était surtout sensible à ses capacités de tribun au service d'une idéologie condamnable. Seulement GOEBBELS n'était que le second de la hiérarchie nazie derrière un autre tribun et non des moindres : Adolf HITLER qui avait pour lui d'illustrer le sommet de la puissance que convoitait l'égérie nazie.

    « Juliette Greco, la muse fascinante...Un article sur l'atelier périgourdin de Decal'Age Productions... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :