• Magda Goebbels... Mais qui était-elle vraiment ?

    Magda Goebbels... Mais qui était-elle vraiment ?Magda GOEBBELS aimait donner une bonne image d'elle et mettre en avant des valeurs morales auxquelles elle prétendait être sensible. Souvent déçue par les autres, elle donnait pourtant le sentiment de ne pas éprouver le moindre intérêt, ni la moindre empathie pour eux, tout en souhaitant que l'on s'intéresse cependant à elle. Parfois séduisante à défaut d'être vraiment d'une beauté renversante, surtout au début des années trente et de son ascension nazie, indéniablement brillante, on la disait souvent froide, affichant un air moralisateur, supérieur et distant. Celui d'un être qui n'admettait aucun reproche jugeant inutile d'observer une quelconque remise en cause. Cherchait-elle à travers son entourage l'image de quelqu'un auquel elle aurait voulu ressembler et s'identifier ? Sans doute ! Parce qu'elle se sentait niée et qu'elle était née sans père à sa naissance et sans avoir été désirée par une mère qui collectionnait les aventures et qui, en véritable "cocotte" n'ambitionnait qu'à se mettre à l'abri sur l'instant ! Sans personnalité propre, l'énorme besoin de reconnaissance de Magda GOEBBELS l'amenait à passer d'une brillante phase de séduction à une phase qui la voyait devenir une créature faible et innocente, gardant son véritable visage de démon pour celui ou celle qu'elle avait choisi de mettre à terre.

    Inutile de dire que nos recherches se sont révélées être intéressantes et même enthousiasmantes. Certes, ce portrait a mis du temps à se dessiner et il ne s'est imposé à nous qu'après une lecture des ouvrages ou biographies et de plusieurs autres documents qui ont été consacrés à ce personnage sulfureux qu'était l'épouse de Joseph GOEBBELS. Soucieuses de la dépeindre sous des traits assez favorables, surtout après cet assassinat dans le bunker survenu en mai 1945, précisons que sa mère Auguste BEHREND et que sa belle-soeur Ello QUANDT étaient intervenues auprès des tout premiers biographes, dont un certain Hans-Otto MEISSNER, aidant la plupart de ceux qui avaient choisi de dire qui était cette femme. Sans se rendre compte qu'elles avaient toutes les deux contribué à déformer la réalité. Un mythe avait été créé et de l'avis de nombre de chercheurs il convenait que l'on retienne que c'était par seul intérêt pour ce Führer qu'elle avait longtemps poursuivi de ses assiduités, que cette "mère idéale" avait choisi de sacrifier six de ses sept enfants. En oubliant de préciser que cette Magda GOEBBELS était une... perverse narcissique. Mais, dans les années qui ont suivi, savait-on ce qu'était réellement un pervers narcissique ?

    C'est vendredi prochain, 15 septembre que paraîtra Magda, la chienne du Troisième Reich de Louis PETRIAC ! 276 pages, ISBN n° 978-2-918296-43-0.   

    « Magda Goebbels... Les médias allemands approchésAutre aîné émérite... Jacques Martin »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :