• #Magda Goebbels... Un film remarqué qui n'a rien approfondi ! Quel dommage !

    #Magda Goebbels... Un film remarqué qui n'a rien approfondi ! Quel dommage !

     Un film remarqué mais qui est quasiment passé à côté !MAGDA, LA "PREMIERE DAME" DU REICH...

    Cela n'aura échappé à personne, nous sommes déçus, déçus qu'un pareil film consacré à un tel personnage, certes diffusé assez tard (22H55) le 21 novembre dernier sur France 2, n'ait pas voulu prendre en considération tous les éléments qui ont été repris ces derniers temps par de nombreux historiens à propos de l'affaire ! A l'exception dès le départ d'images, et c'est bien regrettable, provenant d'une propagande nazie toujours aussi vivace ! 

    De celui que nous estimons être le véritable père de l'égérie nazie, Richard FRIEDLANDER auquel l'équipe d'Antoine VITKINE a affublé le prénom de Max (1), ce qui n'a pas manqué de troubler nombre d'observateurs, on ne saura rien ou pas grand-chose à l'issue du film ! Malgré les révélations de l'historien Oliver HILMES et malgré l'écrit du russe Léonid GUIRCHOVITCH : Meurtre sur la plage publié chez VERDIER dont on aura peu parlé depuis sa sortie fin 2014. Peut-être aussi parce que, tout comme nous, il avançait dans cet ouvrage trop de choses nouvelles qui auraient forcément déplu à la propagande nazie de Herr GOEBBELS ! La vérité dérangerait-elle et a-t-on voulu, dès la fin du conflit, livrer une toute autre vérité propre à laisser perdurer post mortem un mythe que l'on continue soigneusement à entretenir ? Comme s'il y avait d'autres intérêts en jeu et notamment ceux des héritiers de Magda, devenus des milliardaires grâce aux juteux investissements de Papa QUANDT dans des firmes comme BMW ! Une famille QUANDT qui a d'ailleurs toujours été attachée à rester loin de tout scandale public et à laquelle on ne peut justement rattacher que cette proximité du clan de Gûnther QUANDT avec Magda GOEBBELS (son épouse de 1920 à 1929) et les nazis.

    On devra donc se contenter, en attendant d'autres avancées, de ce que d'autres évoquent, parlant de "suicide altruiste" comme si Magda GOEBBELS avait pu être quelqu'un d'altruiste. Quand on laisse déporter un père et la fille d'une ancienne camarade d'école sans réagir et que l'on licencie une bonne dont le seul tort a été de vouloir se suicider... on est assez loin de l'altruisme, non ? Décidément cette "femelle", au sens animal le plus strict du terme, continue à avoir des partisans, et pas seulement sa propre mère, laquelle en 1952 (2) avait déjà jugé bon de s'amender. Si tant est que l'on puisse être le partisan d'un tueuse d'enfants égocentrique, dénuée de la moindre empathie et assoiffée de pouvoir !

    (1) Un Max FRIEDLANDER serait mort dans un autre camp, celui de Sachsenhausen, ce qui a ajouté à la confusion lorsqu'il s'est agi de retrouver le Richard FRIEDLANDER mort, lui, à Buchenwald. Ce que confirme l'un de ses petits-fils toujours en vie qui regrette même que son grand-père n'ait pu être reçu par Joseph GOEBBELS au Ministère de la Propagande où il était venu plaider sa cause avant d'être ensuite déporté.

    (2) En collaborant à un média Schwäbische Illustrierte qui publiera : Ma fille, Magda GOEBBELS.

    « Cette belle Chanson française à laquelle nous avions rendu hommage30 déc 1969... Guy Bourguignon décédait ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :