• Marc Aryan, l'éternel amoureux...

    Marc Aryan, l'éternel amoureux...Sa destinée fait partie des destinées qui se révèlent être tragiques et la sienne, quand on la découvre, ne peut qu'émouvoir.

    C'est en effet après avoir frôlé la mort à l'âge de 18 ans que Marc ARYAN né Henry MARKARYAN, d'origine arménienne et de nationalité libanaise, resté très populaire chez nos amis belges, s'était décidé à apprendre la musique, au sortir de la guerre. Avec des créations longtemps incomprises des éditeurs auxquels il s'était adressé et un timbre de voix chaleureux faisant penser à celui de Charles AZNAVOUR, cet amoureux éternel créera son propre label au début des années soixante à un peu plus de 30 ans après avoir tenté de rencontrer le succès à Paris. Sans jamais avoir oublié cette Katy à laquelle il consacrera l'une de ses plus belles chansons ! C'est finalement en Belgique qu'il trouvera un début d'audience et que le succès viendra. Entre 1964 et 1969, cet artiste à l’apparence pour le moins singulière devenu un « chanteur de charme » connaîtra une étourdissante popularité dans son pays d’adoption…  Après être tombé dans l’oubli au début des années 70, c’est son vaste studio ultra-moderne à Ohain près de Waterlooo perdu au fin fond du Brabant wallon qui connaîtra un destin inattendu. On y croisera nombre de vedettes internationales dont Marvin GAYE. C'est dans ce studio d'enregistrement que sera enregistré le tube interplanétaire de Patrick HERNANDEZ : Born to be alive.

    « Une nouvelle diffusion opérationnelle pour Decal'Age...Octobre 1947... Face au vertige américain, Piaf et ses boys ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    jean daniel
    Jeudi 5 Octobre 2017 à 22:33

    merci Louis

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :