• Nos articles

     

  • Hist d'avant couverture

    Un quartier aujourd'hui disparu, avec ses personnages, leurs excès et leurs espoirs, leur truculence ! Un endroit où l'on vivait encore du charbon au début des années cinquante et où la vie s'écoulait parfois sans fards, simplement. Comme chez certains des bougnats de La Charbonnière. Chacun y avait sa place et on n'y excluait personne parce qu'après la guerre et un conflit meurtrier, seule comptait la vie !

    Rue de la Gare vers canalAvec d'autres priorités une cité du Millénaire vient d'y être inaugurée. Elle aura gommé l'empreinte d'un passé à la fois proche et éloigné et tout ce qui symbolisait ce quartier. Jusqu'à la trace même de ceux qui y vivaient et se dévouaient pour que les leurs ne manquent de rien. Aurait-on oublié depuis qui étaient ces hommes dont il ne reste plus que l'ombre ? Aux limites d'un arrondissement longtemps marginalisé (le XVIIIème) et d'Aubervilliers, une banlieue dortoir peu attirante, plus rien ne laisse supposer aujourd'hui que s'étendait à l'endroit même où cette nouvelle mégapole vient de voir le jour, une vaste étendue restée en déshérence des années et des années. Un endroit où s'entassaient même les ordures au début des années 2000. Louis PETRIAC qui y a vécu a voulu savoir ce qu'il restait de ce passé révolu où les hommes, à défaut d'être riches et logés confortablement, vivaient simplement en faisant face à l'essentiel ? Dans un ouvrage hommage à ce quartier disparu : Histoires d'Avant il évoque l'histoire de ce quartier. Depuis sa création au XIXème siècle jusqu'aux derniers développements et jusqu'à la création de cette mégapole commerciale qui ne laisse plus rien subsister de ce qu'était auparavant ce quartier d'Aubervilliers situé à la limite du XVIIIème arrondissement de Paris.

    L'architecte qui aura gommé toute trace de ce passé livre dans le reportage ci-dessous quels auront été ses objectifs en s'attaquant à cet ancien espace des Magasins Généraux créé au début du XXème siècle.

    HISTOIRES D'AVANT, Louis PETRIAC, ISBN n° 978-2-918296-11-9 - 17.80 €

        

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Libérateurs périgx 1944Certains des libérateurs : Roger Ranoux (à g.), Péron, Coustellier, Rouland, Ricco, Calisto et Larocque (à dr.) 

     

    Voici soixante quinze ans, Périgueux retrouvait la liberté !...

    Un anniversaire resté cher au coeur des derniers anciens combattants encore présents. Robert SUDEY qui a été décoré de la Légion d'Honneur voici un peu plus de trois ans le 20 juin 2016 et qui s'est malheureusement éteint au Printemps dernier s'était souvenu de cette journée symbolique qu'il avait évoquée dans la réédition d'un ouvrage sorti en août 2013. Enrichi de nouveaux récits et précisions, notre maquisard trélissacois avait eu à coeur à 89 ans, de donner son avis sur les quelques points qu'il n'avait pas suffisamment explicités dans la toute première version de l'ouvrage publiée en 2009. Tout en rendant hommage, aussi, à son ami Marcel LAROCQUE, décédé en 2012, LAROCQUE qui avait été chargé par le préfet de l'époque de la récupération des milliards qui s'étaient évaporés à Neuvic. Curieusement, LAROCQUE n'avait pas été entendu lors de l'audition des témoins organisée par les historiens et son ouvrage autoédité n'avait pas été suffisamment diffusé pour que l'on revienne sur "son rapport". Un document que nous avons voulu reproduire et que les internautes pourront télécharger en cliquant sur ce lien

    Médaille du lièvreCette réédition de " Ma guerre à moi... Résistant et maquisard en Dordogne " qui est diffusée en Périgord depuis l'été 2013 par PLB Le Bugue, a donc, cette fois-ci, été proposée avec un chapitre consacré à l'affaire du Train de Neuvic, et aussi avec quelques anecdotes savoureuses comme celle qui est attachée à cette médaille... du lièvre (rien à voir avec la déclinaison en photo à gauche et proposée en Allemagne en porcelaine). Censée récompenser ceux qui détalaient le plus vite devant le danger, Robert SUDEY est le premier à reconnaître qu'il y a des jours où il aurait pu remporter la distinction tant il avait eu "chaud aux fesses" devant l'ennemi ! Comme ce jour où rue Limogeanne, suivi par ce qu'il pensait être la police allemande, il était entré dans un salon de coiffure avec l'un de ses amis et en était ressorti méconnaissable, avec un indéfrisable.

    Si vous êtes attachés à la vérité et non aux versions édulcorées des faits comme ceux parfois racontés dans la presse, alors n'hésitez plus. Il nous reste encore quelques dizaines d'exemplaires de cette réédition !

    Ma guerre à moi... Résistant et maquisard en Dordogne, Robert SUDEY, ISBN n° 978-2-918296-23-2

      
    Yahoo!

    votre commentaire
  • 9782918296232

    Le Bot décore 03 
    Il nous a quittés au Printemps dernier mais nous n'oublions pas, surtout en ce 14 août, une date qui lui aurait permis de fêter ses 95 ans ! Dans son ouvrage, il évoque ses vingt ans surtout marqués par la libération de Périgueux quelques jours plus tard.
    "La chose nous tenait à cœur depuis assez longtemps pour que nous reportions une nouvelle fois à plus tard… la libération de Périgueux.
    Bien entendu, ce 20 août est resté présent dans nombre de mémoires de ceux qui vivent encore aujourd’hui. Tout autant que les multiples tragédies qu’il nous aura été donné de voir les uns et les autres. Surtout en 1944 !
    Je le reconnais, un peu plus de deux années venaient de s’écouler depuis mon engagement au 27ème BCA d’Annecy et j’étais toujours soucieux de venger mon frère tué au début des hostilités. Cette libération s’est mieux passée que prévu. Comme j’ai eu l’occasion de le déclarer à Sud-Ouest dernièrement, en dehors de quelques coups de feu échangés à Marsac, il serait faux d’affirmer que l’on s’est battu dans Périgueux pour libérer la ville du joug allemand. Je conserve pour ma part un tout autre souvenir. Celui d’une journée un peu bizarre où dans une ville que l’ennemi avait quittée depuis la veille au soir 19 pour gagner l’Atlantique, on put éviter bien des heurts devenus inutiles et sans doute aussi bien des massacres. Contrairement à tout ce qui s’était déroulé auparavant dans une région guère épargnée par les combats. Brantôme, Puy-de-Fourches, Atur, Coursac, Saint-Pierre-de-Chignac, Eyliac, Saint-Astier en porteront longtemps les traces..."
     
    20 août 1944... Comment oublier ! Périgueux se libérait alors du joug de l'occupant nazi et notre maquisard trélissacois Robert SUDEY (en photo ci-dessus) venait de fêter le 14 du même mois ses vingt ans ! En août 2013, au moment où il publiait son ouvrage, il s'apprêtait à fêter ses... 89 ans, et il n'avait rien oublié de ces heures qui faillirent être aussi, pour lui, les dernières avant qu'il manque de perdre la vie devant Angoulême, touché par un éclat d'obus ennemi. On le croira quelque temps mort avant qu'à la morgue, notre maquisard se réveille et qu'un chirurgien émérite, le Strasbourgeois FONTAINE, plutôt que de lui couper le bras, choisisse de le lui sauver en lui greffant des tendons de chien à la cité de Clairvivre. Dans l'ouvrage mémoire dont une nouvelle version enrichie d'éléments supplémentaires a été achevée voici quatre ans déjà, Robert SUDEY se livre cette fois-ci totalement. L'homme a conservé toute sa vivacité d'esprit et il prend régulièrement plaisir à aller répondre aux plus jeunes lorsqu'on l'invite comme cela a été le cas à l'école du Toulon près de Périgueux. C'est sans doute cette vivacité qui lui a enfin permis l'an passé d'être décoré de la Légion d'Honneur. Dans cette version enrichie, il donne son sentiment sur l'affaire des milliards de Neuvic en rendant hommage à son ami Marcel LAROCQUE, le chef du bataillon Marc, qui nous a quittés en 2012. Les lecteurs intéressés par ce dossier pourront télécharger le supplément Larocque (version PDF) que nous avons choisi de mettre gratuitement à la disposition de ceux qui le souhaiteraient. Il leur suffira de cliquer sur le lien correspondant. L'un des derniers ouvrages conçus par un maquisard en vie qui épatera ceux qui se passionnent pour cette période sombre de l'histoire de notre pays !
     
    MA GUERRE A MOI... RESISTANT ET MAQUISARD EN DORDOGNE, Robert SUDEY
    ISBN n° 978-2-918296-23-2, 20.00 euros  
    Yahoo!

    votre commentaire
  • L'ancien délégué syndical n'a pas oublié cette terrible année 1943 !Jean RODON (ci-contre) n'a pas oublié, même longtemps après, retrouvant quelques-unes des notes qu'il avait conservées ! Mais comment pourrait-on oublier une telle époque que celle de cette guerre ridicule qui lui avait presque tout pris si ce n'est la vie ? Une guerre qui aura sans doute permis l'émergence de cette rébellion affichée dès son retour du S.T.O. Au point d'en faire un militant et de le voir défendre les acquis sociaux de la collectivité. Pour que certains de ceux qui les employaient ne profitent pas de la faiblesse de gens sans défense ou moins armés qu'il ne l'était. Mais, devant cet embrigadement forcé au S.T.O qui lui avait valu de devoir partir dès février 1943 sans même que la loi que les nazis avaient promulguée soit respectée, lui qui était né en février 1923 et qui n'aurait pas dû partir aussi vite, qu'aurait-il fallu en faire ? Protester au risque d'être déporté pour s'être manifesté ? Lui, le fils d'élus communistes qui étaient en train de mettre la pâtée au même moment aux troupes allemandes à Stalingrad ?

    Revenu en juin 1945, et alors qu'il aurait dû, là encore, protester à son retour de tant de méfiance, il acceptera même comme certains autres de faire face et d'être pris pour "un collabo" ! Ce dont il se défendra jusqu'à la fin de ses jours. Issu de mémoires d'abord rédigées pour les siens, il a finalement accepté que son adolescence fasse l'objet d'un ouvrage d'où ce Journal d'un adolescent face à la guerre. Parce qu'il fallait que l'on sache que tous ces jeunes gens n'avaient eu qu'un seul tout, celui d'avoir eu vingt ans au moment de l'occupation nazie.

    On peut toujours se procurer cet ouvrage proposé au prix de 21 € ! En ligne, chez nous ou en librairie.

    JOURNAL D'UN ADOLESCENT FACE A LA GUERRE, Jean RODON, ISBN 978-2-918296-46-1  

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Centenaire Maman Atou Périgueux Guy BOURGUIGNON à Périgueux, quelques mois avant sa disparition...

     

    1ere Couv Guy BourguignonIl suffit parfois de très peu de choses pour qu'un projet aboutisse ou, a contrario, qu'on reste sur une envie parce qu'on a pas su trouver de quoi l'étayer. L'ouvrage sur Guy BOURGUIGNON, le Compagnon de la Chanson Périgourdin est né durant l'une des premières dédicaces que DECAL'AGE PRODUCTIONS Editions avait organisées en avril 2011. Un magnifique article publié dans Sud-Ouest avait évoqué, très succinctement pourtant, ce qu'avait été l'homme pour que l'on se souvienne de ses derniers jours. Il les avait passés à Périgueux en juillet 1969 (photo du haut) pour les cent ans de sa grand-mère qu'il surnommait affectueusement "Maman Atou" en présence des caméras de l'équipe de Jacqueline JOUBERT pour son émission télévisée : A bout portant. A la Rotisserie Périgourdine alors rue de la Sagesse, en compagnie de l'ancien maire de Périgueux, à deux pas du premier domicile des BOURGUIGNON de la rue des Chaînes. Les rencontres se multipliant avec, notamment, Véronique VERGNE la fille de l'un de ses copains d'école et quelques témoignages apportés par deux de ses fils Jacky et Jean-Michel, ont incontestablement permis d'aboutir. L'ouvrage qui est paru en décembre 2013 revient justement sur ces instants méconnus de l'ancien Compagnon de la Chanson dont peu savent que c'est lui qui a été à l'origine en février 1946 avec les deux Alsaciens Marc HERRAND et Jean-Louis JAUBERT de la création du groupe. Car, Guy BOURGUIGNON, le Périgourdin itinérant, qui avait fréquenté un temps l'école Bossuet à Brive-la-Gaillarde était avant tout un passionné de mise en scène et de cinéma et un homme qui bougeait beaucoup. Avec d'autres célébrités comme François AUGIERAS et Yves JOLY, il avait également tenté à l'automne 1942 de lancer le Théâtre du Berger, une activité de marionnettiste avec des marionnettes d'une taille d'un mètre de haut qu'il avait réussi à faire financer partiellement par la délégation à la Jeunesse et aux Sports ! Aidé par l'ancien éditeur aujourd'hui disparu Pierre FANLAC qui lui procurera de faux papiers d'identité, c'est son envie d'échapper aux nazis et au STO qui vaudra à Guy de rejoindre Lyon au printemps 1943 et d'intégrer ensuite les COMPAGNONS DE LA MUSIQUE.

    GUY BOURGUIGNON, le Compagnon de la Chanson périgourdin, ISBN n° 978-2-918296-24-9      

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Fin décembre 1944, une rencontre... pas ordinaire !

    Fin décembre 1944... Alors que le débarquement allié a permis une avancée et le repli des dernières troupes nazies encore implantées sur notre territoire, l'heure est aussi à la relance et aux premières mesures adoptées pour que la production agricole redémarre. La plupart des agriculteurs soumis au diktat de l'occupant nazi ont tout perdu ou presque. Pour relancer la production, il a été décidé de faire appel à des prisonniers de guerre allemands capturés par les Américains et leurs alliés. Dans la région du Mans comme ailleurs.

    Dans les environs de La Flèche, à Crosmières, un gros bourg agricole, la famille CHOLLET se trouve être concernée en cette fin d'année 1944 par ces mesures et elle va choisir d'accueillir chez elle et dans leur exploitation (en photo en tête d'article) un soldat allemand qui a été emprisonné au camp de Thorée-les-Pins. Sans imaginer encore en cette fin de conflit qu'elle va contribuer, à sa façon, à jeter les bases d'une réconciliation. C'est la destinée de deux de ces hommes dont il est question dans le nouvel ouvrage que nous allons publier : La bouteille de goutte du Sarthois Guillaume FERRAND.

    LA BOUTEILLE DE GOUTTE, Guillaume FERRAND, ISBN n° 978-2-918296-48-5

    Yahoo!

    votre commentaire
  •  REMISE A JOUR ETE 2019 

    Dans notre catalogue s'ajoutent, bien entendu à ces quelques ouvrages dont vous allez pouvoir découvrir la couverture, tous les autres continuant à s'écouler et tous ceux publiés à compte d'auteur que leurs auteurs ont choisi de commercialiser et qui nous ont valu d'intervenir sous une forme ou une autre (suivi de souscription, saisie et mise en page des éléments voire création de site de promotion) et auxquels nous avons consacré un ou plusieurs articles lors de leur publication. Au total, pas loin d'une quarantaine d'ouvrages. En voici la liste complète qui figure désormais dans l'espace de gauche de notre site en cliquant sur les différents liens. 

    Soit, au total, plus de soixante-dix ouvrages depuis 2006 et la création du label DECAL'AGE PRODUCTIONS éditions car certains ont été conçus pour un usage privé et souvent familial.

     

     1ere couv en 75 dpi Couvert finale ouvrage

      1ere Couv Guy Bourguignon Catalogue visuel de Decal'Age Productions (extraits)...   Catalogue visuel de Decal'Age Productions (extraits)...9782918296317jpg    0782918296324couverture     Catalogue visuel de Decal'Age Productions (extraits)...  Catalogue visuel de Decal'Age Productions (extraits)...Catalogue visuel de Decal'Age Productions (extraits)...Catalogue visuel de Decal'Age Productions (extraits)...


     
    Yahoo!

    votre commentaire
  • #Magda Goebbels... Un film remarqué qui n'a rien approfondi ! Quel dommage !

     Un film remarqué mais qui est quasiment passé à côté !MAGDA, LA "PREMIERE DAME" DU REICH...

    Cela n'aura échappé à personne, nous sommes déçus ! Oui, déçus qu'un pareil film consacré à un tel personnage du Troisième Reich nazi certes diffusé assez tard (22H55) le 21 novembre 2017 sur France 2, n'ait pas voulu prendre en considération tous les éléments qui ont été repris ces derniers temps par de nombreux historiens à propos de l'affaire ! A l'exception dès le départ d'images, et c'est bien regrettable, provenant d'une propagande nazie due à Joseph GOEBBELS toujours aussi vivace ! 

    De celui que nous estimons être le véritable père de l'égérie nazie, Richard FRIEDLANDER auquel l'équipe d'Antoine VITKINE a affublé le prénom de Max (1), ce qui n'a pas manqué de troubler nombre d'observateurs, on ne saura rien ou pas grand-chose à l'issue du film diffusé sur France Télévision ! Malgré les révélations de l'historien Oliver HILMES en 2016 et malgré l'écrit du russe Léonid GUIRCHOVITCH : Meurtre sur la plage publié chez VERDIER dont on aura peu parlé depuis sa sortie fin 2014. Peut-être aussi parce que, tout comme nous, ils avançaient dans leurs ouvrages trop de choses nouvelles qui auraient forcément déplu à la propagande nazie de Herr GOEBBELS ! La vérité dérangerait-elle même longtemps après et a-t-on voulu, dès la fin du conflit, livrer une toute autre vérité propre à laisser perdurer post mortem un mythe que l'on continue soigneusement à entretenir ? Comme s'il y avait d'autres intérêts en jeu et notamment ceux des héritiers de Magda, devenus des milliardaires grâce aux juteux investissements de Papa QUANDT dans des firmes comme BMW ! Une famille QUANDT qui a d'ailleurs toujours été attachée à rester loin de tout scandale public et à laquelle on ne peut justement rattacher que cette proximité du clan de Gûnther QUANDT avec Magda GOEBBELS (son épouse de 1920 à 1929) et les nazis.

    On devra donc se contenter, en attendant d'autres avancées, de ce que d'autres évoquent, parlant de "suicide altruiste" comme si Magda GOEBBELS avait pu être quelqu'un d'altruiste. Quand on laisse déporter un père et la fille d'une ancienne camarade d'école sans réagir et que l'on licencie une bonne dont le seul tort a été de vouloir se suicider... on est assez loin de l'altruisme, non ? Décidément cette "femelle", au sens animal le plus strict du terme, continue à avoir des partisans, et pas seulement sa propre mère, laquelle en 1952 (2) avait déjà jugé bon de s'amender avec la complicité du fils du nazi MEISSNER, le biographe Hans-Otto. Si tant est que l'on puisse être le partisan d'un tueuse d'enfants égocentrique, dénuée de la moindre empathie et assoiffée de pouvoir !

    (1) Un Max FRIEDLANDER serait mort dans un autre camp, celui de Sachsenhausen, ce qui a ajouté à la confusion lorsqu'il s'est agi de retrouver le Richard FRIEDLANDER mort, lui, à Buchenwald. Ce que confirme l'un de ses petits-fils toujours en vie qui regrette même que son grand-père n'ait pu être reçu par Joseph GOEBBELS au Ministère de la Propagande où il était venu plaider sa cause avant d'être ensuite déporté.

    (2) En collaborant à un média Schwäbische Illustrierte qui publiera : Ma fille, Magda GOEBBELS.

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Julian Alaphilippe 5ème comme "Le petit coq de Fougères" en 1964

    Julian Alaphilippe 5ème comme "Le petit coq de Fougères" en 1964

    Les plus âgés s'en souviennent sûrement encore, tellement l'homme avait émerveillé par son entêtement à défendre ce maillot jaune qui lui allait si bien. Mais qui se souvient aujourd'hui de Georges GROUSSARD (ci-dessus) que l'on surnommait "Le petit coq de Fougères" ? Pourtant Georges qui appartenait à la glorieuse équipe Pelforth Sauvage Lejeune avait terminé 5ème de la Grande Boucle 1964, derrière Jacques ANQUETIL, Raymond POULIDOR, Fédérico BAHAMONTES et Henry ANGLADE, ne rendant son paletot de leader que quatre jours avant la fin de l'épreuve au terme d'une étape contre la montre survolée entre Peyrorade et Bayonne par Maître Jacques ANQUETIL, l'un des spécialistes longtemps incontestés de l'effort solitaire ! Mais, ce qui paraît injuste un demi-siècle plus tard quand on évoque le nom de GROUSSARD, c'est que si on se souvient de Joseph, le frère de Georges, longtemps considéré avec André DARRIGADE et Jean GRACZYK comme l'un des meilleurs sprinteurs du peloton, en revanche de Georges, il ne reste pas grand-chose. Ce qui est fort dommage car cette Grande Boucle 1964 surtout illustrée par un duel ANQUETIL-POULIDOR restera comme l'une des plus incertaines jusqu'à son terme et cette ascension vers le sommet du Puy-de-Dôme.

    Curieux donc comme les scénarios se sont répétés cinquante-cinq ans plus tard avec le merveilleux Julian ALAPHILIPPE (ci-dessus) qui ne s'est avoué vaincu que sur la fin et au terme d'une étape alpestre d'une dramaturgie sans précédent. Julian terminera 5ème, tout comme Georges GROUSSARD, cinquante-cinq ans plus tôt ! Surtout après l'abandon de l'autre héros de cette Grande Boucle inoubliable, Thibaut PINOT contraint de laisser tous ses espoirs de victoire s'envoler à la suite d'une mauvaise blessure. En tout cas, bravo Messieurs pour nous avoir autant fait vibrer trois semaines durant !

    Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    L'Ami Guy ♥

    Guy Bourguignon, le Compagnon périgourdin...Les admirateurs des Compagnons de la Chanson ne l'ont certainement pas oublié l'ami Guy ! Le comédien Roland GIRAUD non plus, qui lui demandait souvent conseil durant ses premières années parisiennes à son domicile de Ville d'Avray ! Eh oui, et à chaque 27 juillet, reviennent les mêmes souvenirs ! Alors que Fred MELLA nous téléphonait dernièrement pour bavarder longuement et se rappeler ce qu'ils avaient vécu ensemble aux quatre coins du monde...

    Celui qui savait être le régisseur de la fine équipe et qui réglait avec minutie chacun des détails de la mise en scène du spectacle à venir, avait vu le jour à Tulle un 27 juillet. Avant que toute la petite famille ne se retrouve ensuite à Périgueux où Papa BOURGUIGNON avait été nommé directeur d'agence d'une grande banque. Celle du CREDIT LYONNAIS où personne pourtant, aujourd'hui, ne saurait vous dire qui est ce BOURGUIGNON, ni qui est cette famille qui résidait quasiment en face de l'agence située sur les boulevards, rue des Chaînes. Rue des Chaînes où Guy a d'ailleurs rencontré l'amour en la personne de Simone (ci-dessous), juste avant de devoir quitter le Périgord où les Nazis avaient projeté de l'arrêter. Parce qu'il n'avait pas accepté d'intégrer le STO ! Ce sera grâce à un certain Pierre FANLAC, futur éditeur, qu'il parviendra à trouver des faux papiers afin de pouvoir se sauver ! Sale temps que cette année 1943 qui l'avait contraint à laisser derrière lui sa jeune femme et son premier enfant Jacques, futur copain de lycée d'un dénommé Roland GIRAUD, pour gagner Lyon et une école du spectacle à la sauce LIEBARD où, sans qu'il le sache encore, il allait devenir l'une des gloires montantes de la Chanson française d'après-guerre, grâce à une autre rencontre déterminante avec Edith PIAF !

    27 juillet 1920 naissait à Tulle...

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Une amitié, au-delà des différences ! Bouleversant !

    Ils étaient deux hommes que tout aurait pu opposer. L'un, Albert (à droite ci-dessus) parce qu'il était agriculteur sarthois dans un pays encore occupé jusqu'à la fin 1944 par l'armée allemande et l'autre, Wilhelm parce qu'il venait d'être emprisonné près de Saumur l'été précédent, au sud d'une région impactée par un débarquement allié, celui d'une armée américaine complétée par des Anglais, des Canadiens et les Français de la 2ème DB du Général Leclerc. Suivra, après un partenariat de circonstance une amitié touchante entre ces deux hommes qui se retrouveront même en 1993 (photo en tête d'article). Parce qu'au-delà d'une haine qui en séparait beaucoup depuis l'automne 1939, il fallait croire en des lendemains meilleurs et surtout se remettre au travail en relativisant, quand c'était possible, beaucoup de choses !

    Un très bel hommage à cette amitié que nous évoquerons plus largement dans les prochaines semaines autour de la publication d'un ouvrage : La bouteille de goutte, dû à Guillaume FERRAND, le petit-fils de cet agriculteur sarthois. Un bien joli message de paix et de réconciliation !

    A PARAITRE : LA BOUTEILLE DE GOUTTE, Guillaume FERRAND, ISBN n° 978-2-918296-48-5

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Juillet 1942... Le souvenir est toujours aussi insupportable !

    Juillet 1942... Le souvenir est toujours aussi insupportable !L'un des témoignages les plus édifiants qui aient été conçus pour évoquer au travers de cette famille WEISS (ci-contre) et d'une série TV "Holocauste", ce qu'aura été la boucherie nazie lors de l'arrivée d'Adolf HITLER au pouvoir en Allemagne ! Au nom d'un devoir de mémoire qui se devait de s'exercer ! Fritz WEAVER et Rosemary HARRIS dans leur rôle des WEISS sont bouleversants d'émotion et il ne faudra jamais oublier ce qui s'est passé outre-Rhin avant que le cauchemar ne se propage. Car, en juillet 1942, il y a eu du côté du vieux Vel d'Hiv parisien (photo en tête d'article) une opération dont on a toujours du mal à parler.

    Quelques extraits d'un autre film : Les guichets du Louvre que vous pourrez visionner ci-dessous remémorent ce qu'aura été la rafle du Vel d'Hiv à Paris en juillet 1942.

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Est-ce que nous mangeons de la merde ? Hélas, oui et c'est démontré !

    Un reportage sidérant que celui réalisé par l'équipe d'Elise LUCET pour le magazine Envoyé Spécial, loin de mettre l'eau à la bouche, même si on se doutait depuis quelque temps déjà que le consommateur était pris pour un animal de laboratoire et que seule comptait la réussite sonnante et trébuchante des grands groupes alimentaires qui nous préparent des préparations et des produits transformés souvent destinés à satisfaire nos papilles gustatives, mais qui présentent un réel danger, comme le montre le reportage ci-dessous !

    Patrick, le témoin de ce reportage a bien voulu se prêter à un test dont le résultat est éloquent. D'autant qu'il apparaît qu'un tiers des calories que nous absorbons proviennent d'aliments transformés. Depuis qu'il a cessé, pour plus de facilité selon lui, de jeter son dévolu sur des plats transformés où se côtoient pas moins d'une dizaine d'ingrédients et d'additifs de toute sorte, il a perdu en six semaines près d'une vingtaine de kilos ! Ce qui n'est guère étonnant dans la mesure où les grands groupes agroalimentaires privilégient de plus en plus leurs marges au détriment de la santé des consommateurs qu'ils servent. En faisant, par exemple, appel à un sirop de glucose-fructose que l'on retrouve dans certaines de leurs préparations et qui est un véritable poison pour nos pancréas. Vous le verrez du reste dans le reportage d'Envoyé Spécial, on est à peu près sûr d'avoir un jour eu dans l'assiette des préparations qui ressemblaient à du poulet, mais sans qu'il s'y trouve un seul morceau de poulet ! Les préparations de chez FLEURY-MICHON entrevues dans nos hypers et autres Centre Leclerc et vantées par une publicité où seraient censés se côtoyer riz et morceaux de poulet, auraient-elles donc été préparées sans poulet ? On peut légitimement se poser la question.

    Est-ce que nous mangeons de la merde ? Oui, hélas et c'est démontré !

    Le problème, et c'est même grave au plan de leurs conséquences sur notre santé, c'est que toutes ces manipulations culinaires fichent notre santé en l'air ! Le test auquel s'est soumis Patrick dans le reportage est plus que parlant ! A l'examen de toutes ces données, il y aurait donc peut-être à réfléchir davantage sur nos agissements et habitudes culinaires et à donner la priorité à davantage de fraîcheur alimentaire ! En laissant de côté nos micros-ondes et tout ce que les grands groupes alimentaires nous préparent de plus en plus présents dans les hypers et les supérettes où nous faisons nos courses !

    Dans un ouvrage du magnétiseur écolo Claude FISCHER que nous avions publié en 2014 (ci-contre), Fabuleuse énergie, ce dernier attirait déjà notre attention sur cette mal bouffe et le risque inhérent aux métaux lourds que certains aliments faisaient peser sur notre santé. Mais ici, avec ces aliments transformés, le dossier prend inévitablement encore un peu plus d'épaisseur.

     

    Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique