• QG Klaus Barbie, av Berthelot Lyon avenue Berthelot à Lyon, les sinistres locaux du QG de Klaus Barbie,

     

    Le Lyon de la guerre...Beaucoup restent attachés aux années de l'occupation nazie et aux épreuves que notre pays a subies quatre années durant avant de parvenir à se libérer. Après avoir publié en 2013 le récit d'un maquisard originaire de Dordogne (son ouvrage figure dans notre espace marchand à gauche), nous ne sommes pas les derniers à nous passionner pour ces témoignages qui, loin de tout travail d'historiens, n'ont pour eux que les accents de vérité et de sincérité d'hommes et de femmes ayant vécu des épreuves ou ayant été les témoins de faits relatant cette période dangereuse mais captivante. 

    Située en 1940 dans une zone non encore occupée par les Allemands, la métropole rhodanienne n'échappe pas à la règle. D'autant que c'est à Lyon, à proximité d'une banlieue où s'est déroulée l'expérience que nous avons choisie d'évoquer, que celui que l'on a surnommé le boucher de Lyon, un certain Klaus BARBIE, a longtemps fait régner un climat de terreur avenue Berthelot. Entre chasse aux Juifs et traque de résistants. Pourtant, en 1940, avant que les Allemands occupent cette zone encore libre, une profusion de créateurs s'étaient décidés à tout mettre en oeuvre pour que l'on redonne à la jeunesse les moyens de croire en un avenir plus souriant... Ainsi, montée des Carmélites s'était créée l'antenne locale d'une association : JEUNE FRANCE, créée par un jeune polytechnicien issu du scoutisme Pierre SCHAEFFER, dont le but était d'initier les jeunes au domaine culturel et artistique et de procurer du travail à des artistes au chômage. Personne n'imaginait cependant encore qu'un jeune militaire emprisonné quelques mois plus tôt : Louis LIEBARD, s'évaderait d'un train en gare de Nancy pour adhérer à ce concept. Ni qu'il proposerait un peu plus tard de créer un groupe d'expression culturelle, celui des COMPAGNONS DE LA MUSIQUE. Amateur de musique, ayant intégré la maîtrise de la cathédrale de Dijon en 1930 et y être devenu maître de chapelle, l'homme, qui y avait déjà créé, six ans avant le début du conflit, une chorale : La Perdriole, était obsédé par l'idée qu'il fallait redonner envie aux plus jeunes de s'intéresser à notre patrimoine culturel. Convaincu que notre pays, riche de traditions folkloriques et régionales, se devait de redonner une seconde jeunesse à des concepts qui, remodulés, retrouveraient toute leur place, Louis LIEBARD va rapidement travailler à l'élaboration d'un projet novateur.  Avec quelques-uns de ceux qui travaillent déjà à ses côtés au sein de l'association JEUNE FRANCE depuis plusieurs semaines, il proposera dès l'automne 1941 aux COMPAGNONS DE FRANCE créés par Vichy quelques mois plus tôt des animations musicales propres à distraire ces jeunes appelés à redécouvrir la valeur travail.

    En moins d'une année va ainsi naître, à Lyon, sous son impulsion, une nouvelle structure, celle des COMPAGNONS DE LA MUSIQUE appelée à devenir le groupe d'expression musicale des COMPAGNONS DE FRANCE. LIEBARD vient de trouver un grande maison située chemin de Champvert dans ce qui est encore la banlieue lyonnaise où il pourra héberger une quantité appréciable de jeunes souvent en déshérence et privés de tout contact avec les leurs et il a obtenu les aides et les subventions dont il a besoin pour ce faire... Plusieurs d'entre eux, de confession juive, s'y cacheront même sans que personne n'imagine que vient de se créer avec lui l'un des viviers de talent les plus réputés d'où seront issus quantités d'artistes de premier plan dont feront partie... les COMPAGNONS DE LA CHANSON.

    Un document qui voyait le jour voici déjà trois ans !

    ILS ETAIENT COMPAGNONS DE LA MUSIQUE, Jean-J. BLANC ISBN n° 978-2-918296-32-4

     

    * Ma guerre à moi... Résistant et maquisard en Dordogne, Robert SUDEY 

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Pour ceux qui ont manqué le film controversé sur Magda Goebbels...Le film "Magda Goebbels, la dame du Troisième Reich" était diffusé mardi soir 21 novembre à 22h50 mais, face à l'excellente série "La forêt" diffusé sur la 3, il se peut que beaucoup d'entre vous aient manqué cette diffusion dont nous avons beaucoup parlé ces dernières semaines. Rassurez-vous, France 2 remet le couvert la nuit prochaine à 3h10 du matin ! Nous avions certes toutes les raisons de beaucoup évoquer ce personnage puisque nous venons de publier Magda, la chienne du Troisième Reich où nous démontrons tous les aspects néfastes d'une propagande nazie qui continue à opérer aujourd'hui, parfois insidieusement.

    Néfaste elle l'est cette propagande qui la voyait transformer une tueuse d'enfants coupable d'avoir livré son père aux nazis et à la mort à Buchenwald sans intercéder en sa faveur en mère idéale aux origines aryennes. Alors qu'elle était la fille d'un juif qui paiera de sa vie le fait d'avoir engendré un tel monstre ! Il suffit de savoir en quels termes elle traitait son entourage pour avoir une idée plus exacte de ce qu'était Magda GOEBBELS ! Témoin cet échange avec la chroniqueuse Bella FROMM qui n'avait qu'un seul tort, celui d'être elle aussi une Juive ! Lorsque la journaliste lui soumettra un projet d'article évoquant ses affinités avec les bouddhistes, elle lui fera répondre avec une certaine distanciation que "la Frau Reichsminister ne voulait pas qu'il soit rendu public le fait qu'elle s'intéressait au bouddhisme".

    Si vous souhaitez le visionner sans attendre, il devrait pouvoir être visible en replay 

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Magda Goebbels et l'audience...

    En nous ouvrant à d'autres domaines que la seule Chanson française, nous nous étions fixés un objectif, celui de parvenir à élargir sensiblement le nombre de nos lecteurs et de ceux qui nous avaient fait confiance voici déjà dix ans. Des lecteurs qui avaient boudé quelque peu notre tout dernière initiative consacrée pourtant à deux musiciens et créateurs hors pair dont il nous avait semblé utile de parler et qui était de surcroît préfacé par Fred MELLA. Car c'est en effet en 2007 que nous avions lancé notre premier grand ouvrage avec cet hommage aux COMPAGNONS DE LA CHANSON séduits par une croisade d'admirateurs nostalgiques. Avant très vite, déjà, de nous intéresser au parcours d'un maquisard. Deux ouvrages qui, aujourd'hui encore, surtout pour le second, trouvent toujours à s'écouler.

    Les maquisards et la Résistance, il n'en fallait pas davantage pour emboiter le pas au nazisme et à un domaine qui passionne toujours, vieux comme jeunes. D'où cet ouvrage à forte connotation émotive choisi à l'hiver 2016 et évoquant l'un des personnages les plus énigmatiques de notre histoire. Car, avec ce meurtre prémédité commis dans un bunker assiégé à Berlin, Magda GOEBBELS reste un personnage qui interpelle toujours. Le dernier film diffusé avant-hier sur France 2 qui sera rediffusé le 25 dans la nuit le démontre amplement.

    Magda Goebbels et l'audience...Il n'en fallait pas davantage pour que l'audience de DECAL'AGE PRODUCTIONS éditions reprenne un peu de hauteur et les quelques dizaines de visites quotidiennes enregistrées sur notre site* depuis cette diffusion télé le démontrent amplement. Depuis la création de notre site en 2006, ce sont même les meilleures courbes d'audience enregistrées, courbes dont nous ne nous plaindrons pas alors qu'il y a quelques mois nous étions sur le point de cesser notre activité, le moral dans nos chaussettes ! Merci donc à tous ceux qui nous font confiance comme le montre ce commentaire publié sur le site du média MARIANNE qui nous redonne du coeur au ventre :

    "Effectivement, il me paraît clair, après avoir lu votre dossier de presse media, que votre vision de Magda Goebbels paraît bien différente et notablement plus précise (grâce aux nombreuses sources et investigations sérieuses), que celle d’Antoine Vitkine (1) qui, comme à son habitude, semble rester dans le subjectif orienté et bien-pensant comme j’ai pu le constater dans ses deux précédents ouvrage sur Kadhafi et Bachar el-Assad. Si l’on cherche à découvrir une vision nettement plus proche de la froide horreur du personnage, je ne saurais que conseiller votre ouvrage, plutôt que le sien."

     

    * 221 visiteurs le 21.11 et 289 hier 22.11 !

    (1) Le réalisateur du film diffusé sur France 2

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Léonid Guirchovitch : Tout un ouvrage et des recherches pour rien !Il est des jours où vraiment on pourrait se demander ce qu'on a fait au bon Dieu ! Et sans doute Léonid GUIRCHOVITCH l'auteur de ce "Meurtre sur la plage" publié chez VERDIER en 2014 pourrait-il se le demander, si du moins il avait assisté à la projection de ce film que vient de diffuser France 2 sur la sulfureuse Magda GOEBBELS. Ce qui est moins sûr car il serait bien surprenant que ce téléfilm d'Antoine VITKINE ait été diffusé chez les Russes ! Heureusement pour GUIRCHOVITCH !

    Pour les concepteurs de ces données sur l'égérie nazie qui se sont inspirés de la propagande nazie et d'approximations collectées auprès de proches, Magda GOEBBELS n'aurait en effet laissé aucun journal intime. Alors que dans cet ouvrage publié chez VERDIER que nous évoquons en préambule, il en est question dans une très grande partie du livre ! En revanche on remercierait presque la propre mère de Magda, une certaine Auguste BEHREND et Ello QUANDT l'amie de "la Chienne" qui, ne le cachons pas, auront pas mal entortillé le premier biographe de l'épouse du propagandiste lorsqu'il s'est agi de consacrer une première biographie après guerre à cette "mère idéale". Cette "Compagne du diable" signé Hans-Otto MEISSNER contient en effet quelques exagérations de première dues à la maestria de la menteuse pathologique qu'était la mère de Magda. Une femme qui n'avait pourtant jamais été fichue d'aimer sa fille et qui l'avait mise au monde sans la désirer en 1901. Avant de l'abandonner très vite aux Ursulines, un couvent de religieuses de Vilvoorde près de Bruxelles ! Seraient-ce les remords éprouvés après le massacre du bunker qui l'auront incitée à produire un témoignage favorable et à tenter de dédouaner sa fille comme elle l'a fait dans Schwabische Illustrierte en 1952 ? Et que dire de l'amie de Magda, cette Ello QUANDT qui éprouvait une profonde admiration pour la manipulatrice perverse qu'était l'épouse GOEBBELS ! La lecture de l'ouvrage de l'autre biographe, Anja KLABUNDE répond déjà à quantité de questions que l'on pourrait se poser au sujet de ces deux femmes.

    En revenant sur ce film où il n'a jamais été beaucoup question du père de la nazie, Richard FRIEDLANDER soudain prénommé Max, qui pourrait croire que des gamins déguisés en indiens et en cow-boys aient pu traverser le 22 avril 1945 en compagnie de leur mère sur une carriole un Berlin déjà passablement éventré par les tirs d'obus de l'Armée rouge comme l'était la métropole d'un Reich agonisant ? Ce qui rend ce film peu crédible. Certes, il est sauvé par les observations pertinentes de l'historien Fabrice d'ALMEIDA qui a tenté de comprendre ce qui avait bien pu se passer dans l'esprit dérangé de cette mère indigne ! Effectivement, tout avait été organisé pour qu'avec ses six petits elle puisse s'envoler vers d'autres cieux en compagnie de l'aviatrice Hannah REITSCH. Mais, comme le précise l'historien, avait-elle envie de montrer à ses enfants les ruines de ce qu'était ce National-Socialisme qu'elle avait tant vénéré et, pire, ce qu'était leur tortionnaire de père qui avait envoyé tant de gens à la mort et qu'on aurait forcément pendu à Nuremberg s'il n'avait pas mis seul fin à ses jours ?

    Louis PETRIAC, auteur de Magda, la chienne du Troisième Reich

    Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Une Magda outrageusement maquillée, "comme une pute orientale" disait-on parfois dans son entourage

    Comme aurait pu dire le célèbre et regretté comique Fernand RAYNAUD, la sulfureuse Magda aurait pu se fendre d'un "Ca eut payé mais ça paye plus !" en envoyant paître le sioniste Victor Haïm ARLOSOROFF avec lequel elle avait envisagé après guerre (de 1914-18) de planter un kibboutz en Palestine. Juste après avoir découvert l'amour dans ses bras ! Et que dire du gros Günther QUANDT tout de même assez fortuné grâce au Troisième Reich auquel elle parviendra à arracher un splendide appartement en plein coeur de Berlin pour s'y rouler dans la soie à la fin des années vingt en se jetant au cou de nombreux mâles. Parmi lesquels un certain Joseph GOEBBELS !

    Que manquait-il à cette dévastatrice pour que ce soit Byzance à la maison ? Que ce Führer au regard hypnotique l'invite à partager sa couche ? Peut-être ! Elle avait tellement vu grand au comble d'une avidité de pouvoir ! En tout cas, ce qui est sûr c'est que notre "Chienne du Troisième Reich" avait de la suite dans les idées acceptant même de se surmener au lit pour que le Reich en fasse ce qu'elle est devenue ! Du moins avant qu'elle y perde son seulement son latin mais qu'elle organise cette tuerie dans un bunker où ce qui était important était de ne pas être considérée post mortem comme une marâtre et une tueuse mais comme une créature qui n'avait voulu que le bien de six innocentes victimes de peur qu'ils s'ennuient une fois le National-Socialisme par terre !

    De l'émission INFRAROUGE que vous venez peut-être de visionner sur France 2 voici quelques heures, seul un commentaire de l'historien Fabrice d'ALMEIDA sauve le film. Notamment quand, s'agissant de comprendre ce qui avait pu motiver une telle tuerie, il reconnaît sur la fin que ce qui semblait important pour Magda GOEBBELS était que ses enfants ne sachent jamais qui elle était réellement ni ce qu'était le National-Socialisme ! Car tout avait été mis en oeuvre pour qu'elle puisse échapper à ce bunker avec eux et plaider sa cause auprès des Alliés !

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Marc Herrand... Des rencontres dont on aime à se souvenir...

    Marc Herrand... Des rencontres dont on aime à se souvenir...On aime toujours à se souvenir des ouvrages produits au cours de périodes agitées comme celles que nous avons traversées en 2013 et 2014. Malgré des locaux dévastés par un dégât des eaux que l'agence chargée de la gestion de l'immeuble que nous occupons ignorera pendant près de trois ans avant d'intervenir mais avec parcimonie en février 2016 pour ne pas se ruiner. Surtout quand ces ouvrages s'accompagnent en retour de critiques appréciées par leurs auteurs. Cela a été le cas pour celui consacré à Marc HERRAND* que Louis PETRIAC avait rencontré à Strasbourg voici trois ans déjà (photo ci-dessus), une ville où le maestro réside à nouveau après y avoir vu le jour voici déjà quatre-vingt onze ans. Une ville qu'il avait dû un temps quitter pour fuir un embrigadement dans les Jeunesses hitlériennes, comme s'est plu à le rappeler son ami de longue date Jacques BODOIN.

    Après la disparition de son épouse Yvette GIRAUD, décédée le 3 août 2014, nous avions reçu un message de Marc HERRAND qui évoquait l'ouvrage que nous venons de publier quelques semaines plus tôt. L'une de ses amies japonaises Masako OKADA, Chevalier de l'ordre des lettres, qu'il connaît depuis 1956 et qui continue à traduire et à monter des pièces de théâtre dans son pays à plus de quatre-vingt ans, avait lu notre ouvrage. " Marc San, lui avait-elle écrit, merci pour le beau livre que vous avez eu la gentillesse de m'envoyer. Je l'ai lu d'un seul trait ! Beaucoup de photos, des documentations précieuses disposées artistiquement ! Bravo ! Bravo pour l'auteur et bravo pour Marc San ! Il y a des choses que je ne connaissais pas du tout... La première rencontre avec Yvette San sous le soleil complice du Liban... Votre escapade à Venise..."

    Inutile de dire que nous avions pris beaucoup de plaisir en 2014 à publier ce portrait qui faisait suite, chez nous, à plusieurs autres documents consacrés à des artistes ou des personnalités dont on ne parle hélas guère, quand on en parle. Et pourtant, s'agissant de Marc HERRAND qui aura côtoyé les plus grands, de Charles AZNAVOUR à Edith PIAF en passant par Charles TRENET et Henri SALVADOR ou Henri CONTET, que de succès et que d'humilité qui mériteraient plus souvent d'être soulignés !

     

    Marc HERRAND, ici avec sa regrettée épouse Yvette GIRAUD

    Marc Herrand... Des rencontres dont on aime à se souvenir...

     
    * Marc HERRAND, un inoubliable grand Monsieur de la Chanson française, ISBN n° 978-2-918296-29-4
    Yahoo!

    votre commentaire
  • Bien que pour le livre d'Emma CRAIGIE (1) il se soit agi d'une version romancée, ce que l'auteure y rapporte s'inspire de faits réels et de témoignages collectés auprès de la secrétaire d'Adolf HITLER : Traudl JUNGE et surtout auprès de Kathe HUBNER, une gouvernante qui avait servi chez les GOEBBELS qui en fera de son côté un autre ouvrage avec le concours de Petra FOHRMANN. Ainsi en est-il de cette rencontre de la jeune Helga GOEBBELS, l'aînée de la "Chienne du Troisième Reich" avec sa petite voisine juive à Schwanenwerder où sa famille venait de s'installer dans la grande banlieue de Berlin. Juste avant que son père, le propagandiste nazi, envoie les parents de la gamine dans un camp de concentration. Les termes du paragraphe consacré à ce contact entre les deux fillettes sont du reste d'une intensité laissant présager le drame...

    (...) Nous avons traversé l'herbe encore mouillée pour gagner le bord du lac. Mes chaussettes et mes chaussures étaient toutes trempées. Il y avait une fille dans le jardin d'à côté. Elle faisait de la balançoire et ses bottes en caoutchouc s'élevaient haut dans le ciel. Elle nous a fait coucou de la main mais Maman nous a interdit de lui répondre. Elle nous a dit que, malheureusement, le problème de cette maison était que les voisins étaient peu recommandables. Elle nous a dit que Papa allait s'en occuper... J'ai rencontré Reggie lors de mon premier été sur Schwanenwerder. On nous envoyait toujours jouer dehors après le petit déjeuner et, parfois, je sortais de mon propre chef dans l'espoir d'apercevoir la fille des voisins... J'ai bien peur de ne pas avoir le droit de discuter avec toi, ai-je chuchoté. C'est ridicule, répondit-elle, ça doit être parce qu'on est juifs ! Mais, ne t'en fais pas, ça n'est pas contagieux !

    Cette voisine d'Helga, la petite Reggie GOLDSCHMIDT venait de perdre sa maman. On devine en poursuivant la lecture de cet ouvrage qu'elle avait déjà été déportée et que la petite n'avait plus que son père, Il fera lui aussi partie d'un autre convoi ! Avec sa fille ! Helga n'aura donc plus jamais l'occasion de partager ses jeux avec la petite juive ! Il est facile de mesurer de quelle façon l'aînée des GOEBBELS a donc pu être élevée aux côtés d'une mère comme Magda, devenue profondément antisémite au cours des dernières années et quels concepts cette dernière avait tenté d'inculquer à sa fille ! Cet ouvrage d'Emma CRAIGIE et le témoignage de la gouvernante Kathe HUBNER ne font que préciser davantage certains des traits de la personnalité de l'épouse du propagandiste nazi. Ils démontrent, une fois de plus, l'absence d'empathie qui caractérisait cette femme monstrueuse dont on cherche toujours à faire une "mère" qui n'aurait agi que par idéologie nazie. Alors que tout porte à croire qu'elle n'était qu'une créature perverse et une dangereuse manipulatrice qui ne brûlait que d'une seule envie, celle d'accéder aux plus hautes responsabilités de la nation en partageant, qui sait, la couche du "Fiancé de l'Allemagne" !

    Un film sur cette horrible Magda GOEBBELS sera diffusé ce mardi 21.11 sur France 2 à 22h55 avec des images trompeuses dues à la propagande où l'on voit une mère à laquelle on aurait quasiment donné le bon Dieu sans confession. Hélas !

    (1) Dans les yeux d'Helga traduit de l'Anglais Chocolate cake with Hitler

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Le 21.11, France 2 diffusera un film sur Magda Goebbels...

    Après-demain soir 21.11, France 2 diffusera à 22h55, juste derrière un reportage sur les Jeunesses Hitlériennes, un film sur Magda GOEBBELS qui a déjà été diffusé en Belgique et en Suisse voici quelques semaines. Après la sortie de commentaires très élogieux sur celui-ci, ma seule crainte, et elle est fondée au vu de ce que je découvre chaque jour ici ou là, est que ce film puisse s'inspirer une fois de plus d'images très propagande nazie qui n'ont rien à voir avec la réalité. Car la réalité on la devine si, du moins, on a lu les ouvrages de Oliver HILMES et de Léonid GUIRCHOVITCH quant à l'existence de ce journal intime de la "Chienne" dont on ne parle pas ! Et pour cause, puisqu'il atteste lui aussi tout comme un document publié par le média Bild, en Allemagne SVP, que cette Magda, bourgeoise facile à vivre, ai-je entendu dernièrement, avait bien un père juif en la personne de ce pauvre Richard FRIEDLANDER qu'elle aura laissé déporter à Buchenwald sans lever le petit doigt. Et que c'est pour se fabriquer un profil post mortem plus favorable qu'elle aura tué six enfants innocents dans ce bunker de Berlin. Pour ne pas prendre le risque qu'un jour ils puissent découvrir ce qu'était le National-Socialisme et qui était réellement cette mère flattée par toute une propagande nazie qui avait choisi d'en faire une "Première dame du grand Reich" avec un d minuscule !

    Louis PETRIAC

    Yahoo!

    votre commentaire
  • La première rencontre de Duf aura lieu à Montpon !Juste retour des choses, c'est le 04.12, au sein de l'univers hospitalier qu'aura lieu la première rencontre d'Edouard DUF avec ceux qui le suivent et auxquels il présentera son Parfum de diable. A Montpon très exactement où il a dû côtoyer à son arrivée en Dordogne un univers fait de spleen, qui lui a également permis de concevoir certaines de ses plus belles pages dont cette nouvelle : Full métal bom. Une histoire à donner le tournis au lecteur et où la fin livre en conclusion nombre d'interrogations sur ce Saul, personnage central de l'affaire. Avec, au passage, des questions qui resteront sans réponse. Mais c'est sans doute ce qui fait tout l'intérêt de cette histoire rédigée dans un style polar et sur fond d'hallucination.

    Pas étonnant qu'Edouard DUF ait choisi le secteur hospitalier pour cette toute première séance de signature. Preuve qu'il n'a pas oublié son hospitalisation aux Enfants Malades de l'Hôpital parisien Necker après cette invraisemblable absorption de soude caustique, prélude à un très long parcours. Celui qui aura permis de sauver un bambin tout juste âgé de 18 mois !

    Il n'est pas trop tard pour réserver ce premier ouvrage réellement abouti qui a valu à DUF de beaucoup travailler pour qu'après un essai poétique, cette initiative soit aussi couronnée comme celle de la réappropriation d'une existence qui avait bien failli lui échapper voici... quarante-quatre ans ! Il a d'ailleurs décider de faire appel au fonds initiative Ulule.fr pour que ce projet, vital pour lui, lui permette de trouver un écho supplémentaire. Depuis son lancement en octobre 2010, ce fonds a permis à 20 176 projets créatifs de pouvoir être financés avec le soutien d'internautes du monde entier. "C’est, dit-il, l’envie de faire un ouvrage dont on pourrait parler qui m’a incité à travailler à un projet un peu plus large. Ce n’est pas un rêve d’enfant mais le fruit d’une force puisée pour lutter contre la perte d’une stabilité, et l’avenir incertain d’une existence parfois bancale".

    PARFUM DE DIABLE, Edouard DUF, ISBN n° 978-2-918296-4-23 - 16,50 € jusqu'au 15.12.

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Une fin à la hauteur des exactions de cette chienne de Magda...

    Des extraits, ceux d’un journal intime sont saisissants. Celui-ci parle comme l’a dit un chercheur russe (1), empruntant d’abord la voix d’une gamine, puis celle d’une femme qui n’est plus de ce monde et dont la fin a été si terrifiante qu’aucune femme n’en a probablement connu de pire. Fallait-il en tuant ces six enfants vouloir se soustraire à la justice des hommes et surtout à l'opprobre qu'ils n'auraient pas manqué de lui manifester en découvrant qui étaient leurs véritables mère et père et ce qu'était réellement ce National-Socialisme dont on leur rebattait les oreilles depuis leur plus tendre enfance. Et, comble d'un machiavélisme outrancier, fallait-il vouloir organiser autour de ce suicide collectif une disparition longtemps pensée qui exonèrerait partiellement cette "mère idéale" des crimes qu'elle avait commis !

    (1) Léonid GUIRCHOVITCH "Meurtre sur la plage" éditions Verdier, 2014.

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Couvert Négations A3

    L'auteur de Négations l'admet lui-même, le profil des coupables d'actes répréhensibles ne révèle pas toujours ce qui va leur valoir, un jour, de faire l'actualité. Rien ne laissait supposer, dit-il, qu'ils puissent être capables, un jour, d'en arriver à commettre l'irréparable. Seraient-ils pris dans une gigantesque mise en scène, une gigantesque tromperie où l'homme sait de moins en moins, aujourd'hui, qui il est réellement et ce ce dont il peut être capable lorsque des événements l'y conduisent ? Il y a dans l'observation attentive d'agissements, souvent en complète inadéquation avec le profil déclaré de leurs auteurs, de quoi interpeller. Il était fasciné ou sous emprise... entend-on dire quelquefois à propos d'un tueur ou d'un prédateur ! Mais combien sont-ils ainsi à avoir attenté à la vie de leurs semblables parce qu'ils portaient en eux un germe, mauvais hélas, héritage d'une éducation mal assumée ou parce qu'ils avaient subi un outrage qui avait faussé leur façon d'appréhender les autres et leur comportement !

    Dans le polar qui a été publié, ce sont les agissements de responsables qui sont montrés du doigt. Dans une petite ville de Province où jamais auparavant rien n'avait transpiré. Parce que là aussi, loin des mégapoles, on en arrive parfois à commettre des actes qui ne grandissent pas l'espèce humaine. L'un des observateurs attentifs de nos travers le concédait voici quelques années dans un ouvrage consacré à la perversion ("Les manipulateurs sont parmi nous"), il y a visiblement de plus en plus d'errements dans notre société. Et puis, que ne serait-on pas prêt à faire pour conserver aux yeux des autres cette part de notoriété sans laquelle aucun individu ni aucune structure ne peut plus, de nos jours, fonctionner ? On savait que le pouvoir pouvait rendre fou. En lisant Négations, on en a une nouvelle illustration. Il suffit d'ailleurs de voir ce qu'on est prêt à faire pour arriver à gagner des parts de marché au détriment des autres ! Surtout à la veille d'élections municipales ! Truquages en vue de prendre le contrôle d'une affaire jusqu'alors dirigée par un homme controversé obsédé par l'échec, stratégies d'image douteuses destinées à disqualifier des créateurs en vue de s'approprier leurs concepts... La liste est longue.

    Vous pouvez toujours vous procurer l'ouvrage.

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Notre diffusion s'accélère...

    C'est toujours motivant pour une petite structure de gagner de nouveaux points de vente permettant la diffusion de ses ouvrages.

    Intéressés par notre dernière production MAGDA, LA CHIENNE DU TROISIEME REICH, nous rajoutons à notre liste d'interlocuteurs désormais privilégiés deux nouvelles enseignes que nous remercions pour leur confiance :

    La Librairie MOLLAT, 15 rue Vital Carles à Bordeaux (33000) ainsi que la Librairie L'ARMITIERE, 66 rue Jeanne d'Arc à Rouen (76000)

     

    Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique