• Intéressant l'avis d'un psychiatre italien sur notre souverain !

    Ceux qui avaient voté pour notre souverain mal aimé Jupiter 1er n'avaient pas dû voir au moment de l'élection présidentielle de mai 2017 l'avis de ce psychiatre italien du nom de Adriano SEGATORI. Ils auraient peut-être dû tant l'analyse est effrayante !

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Edith et Jean-L pour France Soir

    Le Compagnon préféré d'Edith PIAF : Jean-Louis JAUBERT décédé voici déjà sept ans, allait avoir 93 ans et il avait été hospitalisé déjà quelques semaines auparavant. Avec ce décès, celui que l'on considérait à juste titre comme "le boss" des COMPAGNONS DE LA CHANSON laissait derrière lui beaucoup de ceux qui lui étaient restés fidèles mais dont il s'était éloigné peu à peu, miné par une arthrose invalidante qu'il refusait de soigner. Du moins, si l'on en croit son vieil ami chirurgien-dentiste Pierre HUTH également disparu peu après. Et puis, il y avait eu aussi, pourquoi le nier, des épreuves qui l'avaient particulièrement affecté, comme le décès de sa fille Sophie-Julia qu'il avait eu avec la comédienne Madeleine ROBINSON. Il avait cependant accepté, voici treize ans, de préfacer notre tout premier ouvrage sur le groupe. Et Louis PETRIAC l'avait encore eu au téléphone en 2011, au moment où il préparait une biographie consacrée au groupe : Entre mythe et évidences. Une démarche que Jean-Louis avait particulièrement appréciée et qui nous avait valu d'être complimentés. Uni à une quantité de femmes, plus belles les unes que les autres, Jean-Louis avait longtemps été, derrière le regretté Guy BOURGUIGNON, considéré comme le second don Juan des COMPAGNONS, car ses multiples conquêtes féminines ne se comptaient plus. Qu'il s'agisse de sa bienfaitrice Edith PIAF, qui le remplacera par Marcel CERDAN en 1947, ou de la célèbre actrice Kim NOVAK (photo ci-dessous) qui avait tourné le célèbre Vertigo avec une autre des pointures d'Hollywood : James STEEWART, une bien jolie femme que les partenaires de Jean-Louis avait baptisé du surnom de "Madone des sleepings" parce que les deux jeunes gens se retrouvaient toujours dans un wagon-lit entre leurs tournées réciproques pour donner libre cours à leur passion. Yvette GIRAUD nous révélera à propos de cet incorrigible Jean-Louis qu'il avait également tenté sa chance avec elle profitant d'une tournée commune alors qu'elle était déjà éprise d'en autre ancien Compagnon, Marc HERRAND.

    Kim Novak

    On notera pour l'histoire que c'est Jean-Louis JAUBERT, avec la complicité de ce même Marc HERRAND, l'un des créateurs des Trois cloches, et de Guy BOURGUIGNON, qui avait été à l'origine de la création des COMPAGNONS DE LA CHANSON en février 1946. Juste après que huit des éléments d'une troupe créée par Louis LIEBARD fassent éclater leur volonté de voler de leurs propres ailes et juste avant qu'il retrouve Edith PIAF à Villeurbanne où elle était alors en tournée. La suite est plus connue avec une première série de représentations en Alsace avec elle et, quelques mois plus tard, une tournée américaine à New York et Miami.

    Avec la disparition de Jean-Louis JAUBERT, le monde du music-hall français aura perdu en 2013 un autre de ses plus éminents représentants capable de diriger de main de maître tout ce qui concernait son groupe qu'il laissera cependant de côté en 1985 après avoir intégré la commission de la Coupe de France de football au risque pour les COMPAGNONS DE LA CHANSON de perdre tout le bénéfice de l'image de groupe à laquelle était tant attaché leur secrétaire Hubert LANCELOT. Cela contribuera hélas aussi à la disparition du groupe à l'antenne.  

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Les frais de port réduits à 0,50 € - l'initiative est prolongée jusqu'au 31 juillet !Comme beaucoup d'autres petits commerçants soucieux de se sortir de la difficile situation à laquelle nous sommes confrontés depuis le début mars, il nous importe de faire un pas vers ceux qui nous soutiennent ! Aussi, la minoration des frais de port ramenés à 0,50 € dernièrement sur l'ensemble de nos ouvrages est-elle reconduite jusqu'au 31 juillet si du moins vous demeurez en France ! Il vous appartiendra néanmoins de faire figurer cette minoration sur votre bon de commande et d'en tenir compte lors de l'élaboration du chèque que vous nous adresserez.

    Ainsi vous n'acquitterez que 21,50 € pour votre commande de La bouteille de goutte, également 21,50 € pour votre commande du Journal d'un adolescent face à la guerre, 19 € pour ceux qui souhaiteront commander notre ouvrage hommage sur La Minette, le chaton abandonné... Etc, etc ! Idem enfin pour ce qui est de la réservation au prochain ouvrage que nous allons publier qui évoque le COVID-19 : Surprenante énergie de Claude Fischer que vous pourrez réserver puis vous procurer pour seulement 21,60 € !

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Surprenante énergie - Claude Fischer

    Surprenante énergie - Claude FischerC'est début Juillet que nous publierons le nouvel ouvrage du magnétiseur Claude FISCHER : Surprenante énergie qui livre quelques réflexions intéressantes sur le COVID-19 ! Et d'autant plus intéressantes que nous étions loin d'imaginer qu'il était possible de quantifier un tel virus en termes d'énergie vibratoire ! Un ouvrage qui devrait passionner ceux qui cherchent à comprendre comment nous avons pu devenir des proies, un peu plus d'un siècle après une grippe espagnole qui, en 1917 et 1918 avait déjà tué entre 20 et 50 millions d'êtres humains. Un premier dossier de presse devrait pouvoir être mis en ligne en fin de semaine prochaine.

    Un travail d'un peu plus de 200 pages que nous proposerons à 21,10 € avec un port toujours limité à 0,50 € compte tenu des circonstances présentes. Vous prendrez le soin de faire figurer sur ce bon de commande ces 0,50 € de port et non les 5,50 € pratiqués d'ordinaire. Nous vous recommandons néanmoins de retenir cet ouvrage avant qu'une plus large diffusion intervienne à partir du 15 août. Vous trouverez à cet effet un bon de commande en cliquant sur ce lien. Pour vos règlements effectués par virement, reportez vous à cet article !

    SURPRENANTE ENERGIE, Claude FISCHER, ISBN 978-2-918296-5-15 

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Dans la merde jusqu'au cou ! (Humeur)Confrontés à une période décidément bien compliquée et gouvernés par toute une bande d'irresponsables, nous allons devoir faire des efforts et tenter de préserver ce qui peut l'être. Mais cela risque de poser de nombreux problèmes car nous nous étions fixés comme quelques autres structures des ambitions qui devront être reportées en admettant que reparte l'activité mise en sommeil pendant près de trois mois !

    L'écrivain et journaliste Denis ROBERT repreneur de Le Média.fr vous livre ci-dessous quelques-unes de ses impressions d'après confinement. Il évoque ce qui continue de faire débat, savoir les masques. Nous à Périgueux en Dordogne et comme on l'a déjà dit sur Twitter, les masques on a toujours du mal à en trouver. Parce qu'on a pas de carte de fidélité chez LECLERC et que Michel-Edouard, il a décidé de préparer un gros coup de fumier. Car quand les masques seront obligatoires partout, alors il pourra vous les proposer à 10 ou 12 euros pièce et même sans que vous ayez de carte de fidélité ! C'est ce qui s'appelle savoir faire monter les enchères ! Il faut bien reconnaître que Jupiter 1er, notre souverain mal aimé s'est mis dans la tête, via ces masques, de nous faire souffrir un peu plus en nous les imposant comme une sorte d'impôt supplémentaire ! C'est vrai qu'il avait tant fait de bêtises qu'il fallait bien trouver des sous pour les financer ces bêtises ! Et les sous, pour un banquier comme lui, il n'était pas question de s'en passer ! Alors, nous allons devoir nous plier à ses nouveaux diktats et se procurer de quoi en acheter. Avant que, peut-être, lassé de devoir supporter tous ces guignols, le peuple de France ne prenne la décision de les chasser du pouvoir comme d'autres Résistants avaient chassé PETAIN et LAVAL à l'été 1944 ! 

    Mais en attendant, oui, vraiment, nous sommes dans la merde et jusqu'au cou !

    Louis PETRIAC 

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Les COMPAGNONS DE LA CHANSON entourant Gérard SABBAT et interprétant dans cet extrait Ma terre

     

    Le dur combat de Louis PetriacLorsque Louis PETRIAC a pris la décision en mars 2007 de participer aux côtés d'un mouvement initié par certains admirateurs des COMPAGNONS DE LA CHANSON à une médiatisation de l'une des plus belles pages de notre Chanson française, il n'ignorait pas que la tâche serait passablement ardue. Car pratiquement plus aucun média n'évoquait ce passé ! En dehors de DALIDA grâce à un frère* bien implanté dans le star system, combien d'autres artistes de premier plan étaient tombés dans l'oubli ? Gilbert BECAUD qui était décédé, le premier ! 

    Les résultats qui ont été obtenus étaient plutôt encourageants car il s'est battu seul pour imposer son concept avant de commencer ensuite à l'élargir. Ce qui montre bien que certains artistes sont toujours présents dans le cœur de beaucoup de ceux qui les avaient aimés ! C'est ce qui nous a amenés à poursuivre la diffusion d'ouvrages qui n'auraient pu trouver ailleurs l'accueil qu'ils méritaient et qui s'écoulent toujours, même s'il ne reste plus aujourd'hui que deux anciens COMPAGNONS DE LA CHANSON de vivants, savoir le créateur du tout premier succès mondial du groupe Les trois cloches, Marc HERRAND et GASTON qui avait remplacé l'un des arrangeurs du groupe Jean BROUSSOLLE parti en 1972 pour suivre Sacha DISTEL. Une page facebook créée voici quelques années avec certains des enfants de ces COMPAGNONS DE LA CHANSON est aujourd'hui consultée par près de 2 000 abonnés. Auquel s'ajoute le site que Louis PETRIAC avait créé en mars 2007 avec quelques autres initiatives assez suivies.

    Des statistiques qui nous ont incités à reprendre la diffusion de son catalogue à l'été 2017 après la création de notre société d'édition !

    * L'ancien chanteur ORLANDO 

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Sommes-nous en train de perdre nos libertés ? (humeur)

    C'est la question que beaucoup commencent à se poser, un peu plus encore depuis le vote hier au soir de cette Loi Avia et d'un texte réduisant notre liberté d'expression en délégant à des plateformes étrangères le pouvoir de censurer ce qui sera jugé contraire aux bonnes moeurs et assimilé à des propos haineux. Ce qui ne manque pas de sel car en mai 2017 on nous avait recommandé de faire barrage au Front National pour échapper, nous avait-on dit à l'époque, à ce qui est finalement en train de nous tomber dessus aujourd'hui. C'est d'autant plus grave que cette liberté d'expression et celle de manifester, nos aînés l'avaient acquise, parfois même au péril de leur vie en s'opposant dès septembre 1939 au nazisme. Et on sait combien il aura fallu de sacrifices avant qu'ils y parviennent. On sait aussi comment on en était arrivé là. Car pour qu'un peuple entier ait pu être floué comme l'a été le peuple allemand par le manipulateur émérite qu'était Adolf HITLER, c'est que rien n'avait été laissé au hasard à partir de février 1933 et que l'on s'était donné tous les moyens de tromper les gens en faisant en sorte qu'ils tombent dans le panneau. Quatre-vingt quatre ans plus tard, de l'émergence de cette dictature et de ce qu'elle aura produit, on a rien retenu et ce qui se passe actuellement le démontre ô combien puisque même des parlementaires qui se disaient progressistes ont voté cette loi liberticide !

    Vous me direz qu'à défaut de pouvoir manifester notre mauvaise humeur sur les réseaux sociaux ou d'écrire un article comme je suis en train de le faire aujourd'hui, il y aura toujours la possibilité de consacrer un ouvrage à la curieuse évolution de notre société. A moins qu'une autre Laetitia AVIA décide comme Joseph GOEBBELS l'avait fait en mai 1933, d'ordonner des autodafés d'ouvrages qui auront été jugés dérangeants par le pouvoir en place. Nous n'avons déjà plus le droit de manifester et le fait d'avoir choisi d'équiper en priorité notre police d'Etat de LBD ou de drones en sacrifiant des besoins hospitaliers criants montre que rien ne sera toléré et que ceux qui ont pris le pouvoir en mai 2017 à l'issue d'un véritable putsch ne le lâcheront pas. Ils viennent d'ailleurs de le démontrer en sacrifiant outrageusement durant une crise sanitaire des milliers de gens parmi lesquels figurent même des médecins et des infirmières qui auront accepté de donner leur vie pour que vivent ceux qu'ils soignaient. Et je ne parlerai pas de tous les autres, souvent anonymes, caissières, femmes de ménage ou aides-soignantes ou que sais-je encore qui seront morts parce qu'un Etat irresponsable n'avait pas pris toutes les mesures nécessaires pour les protéger.

    Aujourd'hui, il convient donc de réfléchir et de faire comme avait fait l'illustre Charles de GAULLE en juin 1940 en faisant appel au bon sens des Français pour qu'ils mettent un terme à ce qui n'aura que trop duré ! L'extrait du média de l'écrivain et journaliste Denis ROBERT que je vous invite à regarder le démontre. Faites-le parce que nous sommes en danger !

    Louis PETRIAC 

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Covid-19... Un magnétiseur se pose d'autres questions !

    Covid-19... Un magnétiseur se pose d'autres questions !

    On a à peu près évoqué toutes les pistes pour essayer de comprendre comment cette cochonnerie de COVID-19 avait pu arriver chez nous et plus généralement en Europe avant de partir infecter les Amériques. Pour certains, elle serait partie de Chine à la suite d'un accident de laboratoire organisé afin de détruire l'avancée technologique qu'avait pris ce dernier pays, et pour d'autres, elle serait liée à l'émission dangereuse d'ondes provenant d'émetteurs utiles à la commercialisation de techniques nouvelles et à cette 5G qui devrait nous permettre d'accéder via nos portables à davantage encore de possibilités.

    Claude FISCHER, déjà auteur de Fabuleuse énergie, un ouvrage qu'il avait publié sous notre label en 2014 a, de son côté, beaucoup réfléchi après avoir découvert les travaux d'une chercheuse de Sanary-sur-Mer. S'il n'a pas toutes les réponses à ce fléau, ce qui est plus vraisemblable, c'est que, partant des aspects vibratoires de tout ce qui nous entoure, la COVID-19 vibre comme toutes les autres composantes de notre univers, qu'il s'agisse d'êtres humains, d'animaux, de plantes... ou de quelques autres éléments ! En s'appuyant sur ce qui est mesurable, il a donc été possible de déterminer le taux de vibration de cette COVID-19 et aussi, ce qui n'est pas négligeable, celui de tout ce qui nous entoure et donc du nôtre. Ces conclusions, notre ami magnétiseur les livre dans un nouvel ouvrage abondamment détaillé où il détaille nombre de témoignages de ceux qui se sont ouverts à lui de leurs craintes.

    Cet ouvrage : Surprenante énergie, sera publié en juillet prochain et on peut d'ores et déjà le retenir par mail en prenant attache avec nous : decal-age.productions@laposte.net

    SURPRENANTE ENERGIE, Claude FISCHER, 978-2-918296-5-15 - 21,10 €

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Les frais de port réduits jusqu'au 31 mai prochain !

    Amis internautes qui continuez à nous suivre... si vous vous trouvez en France et que vous avez envie de vous procurer l'un de nos ouvrages, profitez jusqu'au 31 mai prochain de frais de port ramenés à 0,50 € ! Et précisez-le en téléchargeant votre bulletin de commande (espace marchand à gauche de la page d'accueil).

    Yahoo!

    votre commentaire
  •             Ecole Marc 1933     1933, Strasbourg... Marc HERRAND (2è à gauche dans la rangée du haut) n'imagine pas encore ce qui l'attend  

     

    9782918296294jpgEn juin 2014, dans l'un de ses derniers ouvrages*, Louis PETRIAC rendait hommage à l'Alsacien Marc HERRAND qui, aux côtés de Jean-Louis JAUBERT et du Périgourdin Guy BOURGUIGNON avait créé en février 1946 les COMPAGNONS DE LA CHANSON. Il l'avait rencontré chez lui, à Strasbourg, à la fin avril 2014, voici déjà six ans !

    Si Marc avait raconté dans une biographie écrite avec son épouse Yvette GIRAUD en 2005 ce qu'il conservait de ses nombreux périples en extrême orient et au Japon, il avait, c'est vrai, très peu abordé les souvenirs de sa période de jeune Compagnon et ce qui l'avait amené à choisir, en mars 1952, une carrière différente de celle qu'il avait menée depuis 1946. Dans cet ouvrage, il évoque, en se livrant complètement, quels étaient ses objectifs de créateur et ce qu'il attendait de son investissement au sein d'un groupe promis à tous les succès après une première tournée d'octobre 1947 au Play House Theater de New York.

    Fils d'un employé de banque qu'il ne comprenait pas toujours et d'une mère qu'il perdra trop vite, rien ne laissait imaginer que Marc HERRAND pourrait, un jour, choisir de rompre l'adolescence qu'il vivait, pour partir découvrir, hors de chez lui, d'autres horizons. Il faut reconnaître qu'à l'été 1940, l'Alsace était devenue invivable. Devenue partie intégrale du Reich allemand, il n'y était plus question d'histoire de France ni d'y parler une autre langue que l'allemand. Ce qui impliquera que tous les indésirables, les Juifs et les francophiles, soient expulsés dès l'arrivée des nazis. Avec ce que sous-tendait pour les Alsaciens l'obligation de germaniser leur nom de famille, un nom des rues traduit en allemand, l'incendie d'une synagogue et, parfois, un enrôlement réalisé de force dans les Jeunesses Hitlériennes, voire une élite sociale décimée. Il y avait donc là un véritable terreau propre à servir une révolte qui en animait déjà quelques-uns. Surtout après qu'on ait contraint les Strasbourgeois à brûler sur leur place Kléber devenue une place Karl Roos tous les livres écrits en français et à s'enrôler sous d'autres bannières que les leurs. Voire à ne plus oser porter le traditionnel béret auquel les Allemands étaient hostiles et qu'ils foulaient même au pied, lorsqu'ils croisaient des individus qui en étaient affublés. Marc le reconnaît, tout cela a favorisé un sentiment de patriotisme viscéral et l'a conduit à s'opposer au diktat des nouveaux maîtres de l'Alsace, puis à projeter de fuir une région où l'on s'évertuait à contrarier toute expression d'origine alsacienne. Et tout cela a joué un rôle quand, un peu plus tard, il s'est agi de trouver un nom d'artiste propre à gommer de son patronyme toute influence germanique en choisissant de s'appeler HERRAND.

    Avec un portrait d'artiste qui permettra de mieux comprendre quel était l'univers d'un jeune créateur au lendemain de la guerre, l'auteur a aussi voulu revenir sur une carrière et sur les rencontres d'un homme qui aura marqué l'après-guerre par un talent qui faisait de lui l'un des meilleurs arrangeurs vocaux. Un ancien COMPAGNON DE LA CHANSON qui fête aujourd'hui ses... 95 ans et auquel nous souhaitons un très bon anniversaire ! Cet ouvrage conçu en petit nombre, d'environ 220 pages, abondamment illustré, on peut toujours se le procurer avec ce lien avec un port ramené actuellement à 0,50 €.

    * Marc HERRAND, un inoubliable grand Monsieur..., Louis PETRIAC, 978-2-918296-29-4

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  • 8 mai 1945... C'était un jour d'allégresse !

    Il est facile d'imaginer ce que devaient ressentir ce jour-là tous ceux qui avaient pu survivre à l'horrible guerre qui venait de s'achever et à un tout autre virus que celui que nous affrontons depuis le mois de février dernier. Même soixante-quinze ans plus tard ! Car ce virus nazi, qui nous avait passablement empoisonné l'existence depuis quasiment six ans, nous venions enfin de le terrasser grâce surtout, faut-il le souligner, à l'abnégation de quelques-uns ! Des hommes et des femmes qui auraient tout sacrifié pour que vive notre idéal de paix !

    Le 8 mai 1945 c'était donc la fête et notre pays, qui avait failli en suivant toute une bande de gredins aux prétentions mal affirmées dont le but caché était de transformer notre Patrie des Droits de l'Homme en quelque chose d'innommable, avait à s'inventer une toute autre identité ! Longtemps d'ailleurs, nous avons cru qu'il y parviendrait et que ce qui s'était passé, notamment en juillet 1942 au Vel d'Hiv avec cette collaboration honteuse de policiers, inciterait les gens à réfléchir et nos politiques à ne plus proposer n'importe quoi à leur peuple. Mais hélas, il n'en n'est rien et ce qu'il nous est donné de voir ces derniers mois en est la triste illustration. C'est plus qu'affligeant.

    8 mai 1945... C'était un jour d'allégresse ! (humeur)Serions-nous donc en train de sombrer à nouveau et de remettre au goût du jour ce que nous avions voulu oublier ce 8 mai 1945 ? On pourrait se le demander car ces brutalités commises dernièrement par des hommes qui n'ont plus rien de policiers sur des gens sans défense et pire encore sur des personnes âgées, cela devient insupportable ! Insupportable voire même intolérable ! Les S.A d'Ernst ROHM se seraient-ils réincarnés sous les traits de ces voyous sans foi ni loi et serait-ce l'émergence d'une nouvelle police d'Etat appelée en renfort par ce qui reste d'un Etat défaillant ? Un Etat incapable de défendre convenablement ses propres citoyens et qui vient même de choisir de les envoyer à la mort dans trois jours ! Au point que nous ne pouvons que redouter déjà quelles en seront les conséquences et combien il nous faudra compter de morts supplémentaires d'ici la fin du mois de mai !

    Louis PETRIAC

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Jean Rodon et sa vision de jeune adulte

    Il avait longtemps conservé jalousement tous les souvenirs liés à ses différentes luttes et ces luttes, il y en a eu quelques-unes entreprises même dès son plus jeune âge. D'abord confronté à un monde qu'il réprouvait au sein d'un atelier pétainiste de mécanique générale qui avait choisi de collaborer avec l'Allemagne nazie, il devra après-guerre, chez d'autres employeurs, découvrir la rouerie. Avant qu'un jour lui vienne l'envie de partager ses souvenirs avec d'autres, en les évoquant dans des mémoires, au terme d'un travail qui l'aura occupé... huit ans.

    Jean Rodon et sa vision de jeune adulte

    Huit années passés à se souvenir de ce qu'avait pu être l'existence d'un gamin né à Verdun un jour de février 1923. Il le confie en préambule d'un journal d'adolescent que nous avons publié durant l'hiver 2018, Jean voulait devenir artiste et peindre. Sans imaginer encore en 1938 et des temps déjà troublés par les bruits de botte qu'il allait devoir renoncer à tous ses projets et qu'il allait devoir gagner son pain plus concrètement au sein d'un atelier parisien de la rue du Temple. C'est au cours de cette période qu'il découvrira l'amour et aussi le drame des premières séparations. Agé d'à peine vingt ans, il devra en effet quitter son emploi et accepter contraint et forcé d'aller travailler en Allemagne pour la machine de guerre nazie. Il ne reverra plus jamais Sophie, la petite ouvrière dont il était tombé éperdument amoureux et, révolté par ce qu'il vivra à Hennigsdorf durant un peu plus de trois ans, il entreprendra ensuite de militer pour défendre les plus faibles.

    Comme quelques autres jeunes gens, il n'aura finalement eu qu'un seul tort, celui d'avoir eu vingt ans en 1943 et d'avoir été contraint de subir le STO, une ignominie qui ne sera jamais reconnue. Parce qu'on les soupçonnera de collabos et qu'on les accueillera à leur retour en France comme des chiens ! Il faudra néanmoins réapprendre à vivre et reconstruire ce qui avait été démoli, et, parallèlement à ses multiples emplois, il deviendra militant syndical. Un militant qui aura participé à pas mal de défilés, surtout au cours des défilés revendicatifs du Premier Mai. Ce journal d'adolescence qui le voit revenir dans le détail sur son embrigadement pour le STO a été tiré de mémoires destinées aux siens, que nous lui proposerons de publier à l'automne 2018. 

    Vous avez toujours la possibilité de vous le procurer. Avec le port, il est actuellement proposé à 21,50 €.

    JOURNAL D'UN ADOLESCENT FACE A LA GUERRE, Jean RODON, 978-6-918296-46-1 

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Les protestations du docteur Gilles Besnainou...

    C'est un véritable cri du coeur que vient de pousser voici quelques jours déjà le docteur Gilles BESNAINOU, un chirurgien ORL, sur Résistance Républicaine et quelques autres médias et dont, curieusement, le tweet d'annonce publié sur Twitter a aussitôt été effacé. Comme s'il n'était pas question de permettre un échange sur les réseaux sociaux à propos de ce que ce médecin vient de dire !

    Mais que dit-il justement dans cet enregistrement ? Que MACRON, VERAN et leur pseudo « conseil scientifique » avaient refusé de lever le petit doigt, perdant du temps pour faire de pseudos essais randomisés, avec des placebos, ce qui a entraîné des morts pour rien. Que les médecins étaient paumés il y a encore un mois et que c'était horrible, mais que maintenant ils avaient pris la décision de s'en tenir à ce qu'ils connaissaient et que cela changeait beaucoup de choses ! C'est vrai, reconnaît-il en préambule, on nous a embourbés pendant un mois en nous demandant de ne pas traiter ceux qui faisaient appel à nous les médecins généralistes et on les laissait partir en réanimation sans rien pouvoir faire. Et heureusement, maintenant qu'on connait un peu mieux cette pathologie dont les Chinois ne nous avaient rien dit, et que les médecins de ville ont repris leurs habitudes, il y a des résultats. Des résultats qui sont obtenus avec des antibiotiques... Car on a un arsenal d’antibiotiques ! Aussi, n’hésitez pas à prendre de l’azithromycine ! Et reprenez courage, on arrive au bout !

    Un appel qui risque de changer beaucoup de choses et que nous ne pouvions que diffuser ici !

    Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique