• La vie en Silésie avant 1945...

    La carte de la Pologne en 1939

    C'est encore une fois un reportage, celui d'ARTE, consacré à cet "appartement de ma grand-mère", qui nous a amenés, pour répondre à une demande, à rechercher dès le mois de Janvier de l'année dernière tout ce qui ramenait à la Silésie d'avant 1945. Alors que nous sommes en possession d'un écrit réalisé en 1953 par un professeur silésien de Pitschen qui n'était pas particulièrement partisan des théories fascistes et des lubies d'Adolf HITLER.

    Démembrée en 1922 et en partie rattachée à la Pologne, la Silésie a longtemps été une terre de brassage culturel mêlant Polonais, Allemands et Slaves. D'où ce climat insurrectionnel qui aura préludé à ce rattachement au lendemain de la Première Guerre Mondiale, les minorités ayant du mal à s'entendre entre elles. Si une partie de la Silésie, autour de Breslau (devenue aujourd'hui Wroclaw) et de Pitschen (devenue aujourd'hui Byzcyna) est parvenue en 1922 à rester allemande, le reste de la région réputée pour sa production industrielle, est devenue Polonaise. Le 19 janvier 1945, les gens de Pitschen seront même cette fois contraints de laisser à leur tour derrière eux ce qui restait de leurs biens et maisons et d'émigrer vers l'ouest pour fuir l'avancée de l'Armée rouge.

    Au-delà du drame juif, ce qui nous intéresse particulièrement dans la recherche entreprise pour des raisons biographiques, ce sont les quelques témoignages qui ont pu être conservés, transmis aux plus jeunes générations et relatant ces relations entre Allemands et Polonais qui prédominaient avant le début du conflit meurtrier de 1939-45. Qu'ils aient été Juifs ou non, et opposants ou non au régime nazi, à un moment où beaucoup avaient choisi de parler, libérés enfin de toute contrainte.

    Si ce dossier vous intéresse, vous pouvez prendre attache avec nous chez DECAL'AGE PRODUCTIONS EDITIONS. 

    Louis PETRIAC

     

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Eleveur, il témoigne de ce qu'a été la crise de "la vache folle"« J'ai aujourd'hui le sentiment, révèle l'ancien éleveur Claude FISCHER dans son ouvrage Messages bouleversants, que les gens avaient peur de ce véritable fléau d'abord recensé en Grande-Bretagne caractérisé par un effondrement de la consommation de la viande bovine. Aussi, dès que l'on se trouvait en présence d'éleveurs qui avaient eux-même peur face à une situation risquant de dégénérer, les mesures prises par les autorités sanitaires s'amplifiaient. A plus forte raison quand venait s'y mêler une utilisation coupable de farines animales...».

    Cette crise la vache folle qui aura un temps raison de ses activités d'éleveur avant qu'il trouve d'autres idées pour tout simplement se sortir d'un travers et de l'obligation d'abattre des bêtes sur ordre de la Direction des Services Vétérinaires de Périgueux, il y repense encore souvent. Au même titre que ceux des ravages causés par un souffle dévastateur, celui de cette tempête du siècle, en décembre 1999. Un bien émouvant témoignage que celui de cet homme régulièrement confronté aux travers de l'existence et qui a dû attendre d'approcher de l'heure de la retraite pour tout simplement un peu mieux vivre ! Un plaidoyer d'homme passionné à lire absolument !

    MESSAGES BOULEVERSANTS OU LA DESTINEE... Claude FISCHER, ISBN n° 978-2-918296-39-3

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Des anciens SS parlent...

    Qui étaient les représentants de cet ordre noir, vitrine du nazisme, auxquels HITLER et HIMMLER promettaient une place de choix dans un IIIe Reich qui devait durer mille ans ? Certains de ces hommes ou femmes, gardiens de camps ou soldats, sont encore en vie et ont été retrouvés. Ils ont aujourd'hui plus de 90 ans et n'ont même plus honte de se montrer ! Obstinés et nostalgiques, ils parlent à visage découvert devant les caméras de leur engagement nazi et de thèses auxquelles ils croyaient et auxquelles certains d'entre eux croient toujours !  Cela ferait frémir tant cette monstruosité déployée a fait de victimes ! En Allemagne, en Autriche, en Belgique ou en Grande-Bretagne et même en France, la plupart d'entre eux tentent toujours d'échapper à la justice, notamment ceux qui étaient membres du personnel des camps de concentration nazis. Soucieux d'identifier les ressorts du fanatisme illustré ces derniers temps par les hordes de DAECH, Serge de SAMPIGNY a interviewé une vingtaine d'entre eux dont Ekkehard GUH, qui appartenait à la division Das Reich à laquelle on doit des massacres comme ceux d'Oradour-sur-Glane : "Il y avait un aveuglement idéologique" évoque ce dernier dans le communiqué de presse de France 3. Pour Oskar GRONING, de la Waffen-SS : "Ils étaient convaincus que les Allemands, avaient été trahis par le monde entier et qu’il y avait une énorme conspiration des juifs contre eux".

    Dans la tête des SS est diffusé ce mercredi 4 avril à 20.55 sur France 3 et sera rediffusé le 17 avril prochain. Un film qu'il faut voir au même titre que tout ce qui évoque un scénario qui ne doit absolument pas se répéter !

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Seul, il n'aurait pu affronter le défi de la modernité...Après avoir autant ramé pour imposer sa structure et la voir croître, en faisant appel à cette fameuse huile de coude dont il parle volontiers dans son ouvrage, il lui a fallu se rendre à l'évidence et accepter, un jour, de devenir un second couteau. De créateur de la SELP, Max MARCHAPS est donc devenu Directeur Commercial de la firme. C'était en 1966 et le gage aussi de pouvoir poursuivre l'aventure sans la manager complètement, puisque son odyssée se poursuivra jusqu'au début des années quatre-vingt. Ce qui lui permettra de lancer tout de même une activité de conception de cartes à puce, mais au prix de maintes et maintes oppositions et d'une désinvolture croissante. Celle de la plupart de ceux avec lesquels il travaillait. Comme il le confesse également dans son ouvrage : « Perdre ma position au regard du capital de l'entreprise n'était pas le plus important pour moi. En revanche, honorer mes dettes comptait au plus haut point. J'avais tout de même emprunté en 1962 quarante millions d'AF à des fournisseurs... ».

    D'autres opérations de restructuration interviendront ensuite qui l'amèneront à envisager, un temps, de créer une autre entité avant que celui qui dirigeait alors la SELP, un certain COMTE ne lui propose de prendre sa retraite, soucieux d'éviter à leur société une concurrence qu'elle aurait eu du mal à contenir compte tenu du dynamisme que l'ancien créateur affichait encore à soixante ans. Mais ces restructurations ne trouveront leur plein effet qu'en 1989 au moment de l'arrivée du Groupe VIEIRA et à leur prise de contrôle de l'ensemble. Il aurait été navrant que les dons de visionnaire de Max MARCHAPS soient définitivement perdus, ce que montre le dernier classement d'une société rebâtie aujourd'hui enfin parvenue à tirer le meilleur parti de son positionnement sur le marché.

    MAX... UNE FANTASTIQUE ODYSSEE, Max MARCHAPS, ISBN n° 978-2-952411-79-0

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Printemps 2010... Jean de France nous quittait !

    Quel plus bel hommage que ce Jean de France de Didier BARBELIVIEN qui résume en quelques mots ce qu'aura été ce poète intemporel fan inconditionnel des poésies de Louis ARAGON, un Jean dont la bonté illuminait le regard ! Au Printemps 2010, notre Jean nous quittait devant une foule immense chez lui, là-bas, près de cette montagne qu'il affectionnait tant à Antraigues-sur-Volane où il avait trouvé un refuge loin des sunlights. Après s'être longtemps indigné et avoir défendu la cause des moins nantis et des révoltés.

    Retrouvez avec le lien qui suit son portrait qui avait été conçu peu de temps après sa disparition et qui a été versé dans notre galerie des aînés émérites. Merci Jean pour toutes ces belles choses que tu nous auras laissées !

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Qui sont-ils ces aînés émérites dont nous aimons parler ?Il aurait été navrant après la disparition des knols* décidée par Google à la fin de l'année 2011, qu'après trois années de collecte de savoirs divers, disparaissent ces portraits que nous avions consacré à quelques personnalités ou "inconnus émérites". Aussi avons-nous pris la décision d'en verser une très grande partie dans une galerie qui, depuis le début 2012, est hébergée sur notre site d'éditeur.

    Qui sont ces aînés émérites nous direz-vous ? Essentiellement des artistes qui auront laissé au plan de notre patrimoine culturel une trace et quelle trace ! Mais aussi d'illustres inconnus auxquels nous avions consacré une page pour rendre hommage à leur engagement. Ainsi en est-il de "l'homme aux tendons de chien" qui, tout juste âgé de vingt ans, était parti libérer Angoulême en août 1944 du joug de l'occupant nazi, après s'être illustré en Périgord dans les rangs des maquisards. Avec un bras qu'il aura réussi à sauver grâce au talent d'un chirurgien strasbourgeois, le professeur FONTAINE, Robert SUDEY, toujours bon pied bon oeil, se souvient toujours avec précision de sa guerre à lui dont il a fait un ouvrage (Ma guerre à moi... Résistant et maquisard en Dordogne) publié en 2009 qui vient d'être réédité en 2013. Parce que, avoue-t-il, ce ne sont pas les historiens qui ont fait l'histoire !


    Jacques Bodoin "Philibert et l'enseignement" par ina 

    Vous retrouverez donc, en bas et à gauche de notre page d'accueil, des portraits assez divers, allant de ce combattant de l'ombre dont nous venons de parler à des artistes qui auront enchanté des millions de gens Edith PIAF dont la voix continue de bouleverser le monde, Serge REGGIANI, Jean FERRAT le poète intemporel, les COMPAGNONS DE LA CHANSON et Fred MELLA leur soliste, Georges BRASSENS le tendre irrévérencieux, Charles TRENET, Gilbert BECAUD le baladin volcanique, Yvette GIRAUD "Mademoiselle Hortensia", Juliette GRECO, Sans oublier ceux qui auront traversé leur époque en contribuant à nous amuser comme COLUCHE le provocateur éclairé, BOURVIL ou Jacques BODOIN le père du "Paganini de l'arithmétique" et de cancres s'épanouissant près des radiateurs (voir l'extrait vidéo ci-dessus) et Jacques MARTIN. Ou à nous apporter beaucoup comme le cinéaste amateur et chanteur Guy BOURGUIGNON voire le musicien de tout premier plan Marc HERRAND. Sans oublier ces personnages hors du commun auxquels nous nous étions attachés comme les regrettés Roger COUDERC ou Pierre TCHERNIA ou un portrait d'acteur comme celui de Pierre BRASSEUR (photo en tête d'article).

    Nous sommes sûrs que vous allez aimer découvrir ou redécouvrir ces portraits auxquels, assez régulièrement, s'ajouteront d'autres profils tant ils sont quelques-uns ces personnages à nous avoir émerveillés.

    (*) Un site du savoir censé concurrencer Wikipédia.     

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Les plantes, communiqueraient-elles entre elles ?Dans un ouvrage publié à la fin de l'année 2014, le magnétiseur Claude FISCHER avait attiré notre attention sur un domaine assez particulier, celui des plantes. « Des chercheurs ont constaté, écrivait-il dans celui-ci, qu'une certaine communication existait chez les plantes et que celles-ci étaient sensibles aux sons. Non, parce qu'elles les entendent, mais tout simplement par une perception des vibrations enregistrées. Ne dit-on pas qu'elles reconnaîtraient les longueurs d'ondes renvoyées par les plantes qui les côtoient, disposant ainsi d'informations sur leur environnement et la présence d'éventuelles concurrentes ? Elles seraient également en mesure d'émettre de puissants signaux chimiques par leurs racines et parties aériennes, qui dérangeraient la croissance de certains de leurs voisins... » Ainsi, le plante Arabidopsis thaliana (photo) est-elle capable de détecter les bruits de mastication des chenilles grignotant ses feuilles et de libérer en retour des substances chimiques permettant de les éloigner !

    Un ouvrage dont on a peu parlé et dont l'intérêt est manifeste.

    Les plantes, communiqueraient-elles entre elles ?

    FABULEUSE ENERGIE, Claude FISCHER, ISBN n° 2-918296-3-17

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Il avait sans doute un peu plus envie que les autres... disions-nous le 20 mars dernier sur le Réseau Twitter ! Ce qui se confirme à la lecture de son plaidoyer d'entrepreneur ! Il suffit de parcourir les toutes premières pages de ce que Max MARCHAPS a baptisé du nom d'odyssée, une définition à laquelle il était très attaché lorsqu'il nous a approchés, pour être totalement convaincu que cet homme de plus de 90 ans avait le métier de créateur et de développeur dans le sang ! Pas très étonnant donc qu'il ait un beau jour choisi de laisser de côté sa camionnette de vendeur ambulant (ci-contre) pour se tourner vers un tout autre métier, celui de concepteur dans le domaine du plastique. Une dizaine d'années suffiront pour faire de la SELP une société reconnue avant que d'autres impératifs n'amènent ce fils de paysan à ouvrir son capital pour se doter des fonds propres qui manquaient à sa croissance et au gigantesque développement de la carte à puce.

    Vous en serez vous aussi convaincus, c'est bien d'une odyssée dont il s'agit là. Car l'homme ne s'attendait certainement pas en 1962 à ce que cette société créée avec les moyens du bord devienne ce qu'elle est devenue. Malgré les écueils et les différents aménagements survenus après son départ à la retraite et opérés par ses successeurs, et cela malgré les oppositions, dont celle de ses premiers banquiers dont il parle sans ménagement regrettant d'avoir été confronté, sans aucun doute comme d'autres, à des gens sans parole. C'est l'évidence même, personne n'y croyait. En dehors peut-être de l'intéressé lui-même qui, admettons-le pour l'avoir souvent rencontré aux aurores, n'était pas du genre à détaler au premier courant d'air ni à se reposer sur ses premiers lauriers ! Pas plus qu'il ne détalera à plus de soixante-dix ans quand, à la retraite, il aura à subir le souffle dévastateur de la tempête de 1999 qui aura raison d'une grande partie de son domaine forestier !

    Comme le reconnaissait l'Echo de la Dordogne qui avait évoqué l'ouvrage au moment de son lancement, un bouquin qui se lit comme un roman ! Une opinion qui nous a conduit à réimprimer ce plaidoyer d'entrepreneur qui n'a pas vraiment vieilli tant les épreuves restent les mêmes pour ceux qui persistent à croire aux vertus de l'initiative. Malgré l'émergence d'Internet et des réseaux sociaux !

    MAX... UNE FANTASTIQUE ODYSSEE, Max MARCHAPS, ISBN n° 978-2-952411-79-0

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Magda Goebbels... Le déclic de mars 2017...Comme nous l'avons précisé à Nicolas ROCHE de PAROLES D'ACTU, c'est au début du mois de Mars de l'année dernière que nos premières recherches entreprises sur Magda GOEBBELS (à droite sur la photo) ont fondé en nous une sorte de conviction. Celle que l'on avait cherché à dissimuler le profil véritable d'une femme castrée dans sa plus tendre enfance et que l'écrivain Tobie NATHAN résume assez bien dans le film diffusé en novembre dernier sur France 2 : « C’est une orpheline qui avait des problèmes de filiation, elle avait été mise en pension en Belgique. On sait ce que ça donne : changement de langue, de milieu, changement de perception du monde ! Ça donne des gens qui ne sont plus certains de la consistance du monde, se disant qu’il a changé une fois et qu’il pourrait très bien changer encore, encore et encore. Ils cherchent quelque chose auquel se raccrocher  ». Une femme que sa mère Auguste BEHREND incapable d'aimer sa fille et son amie "sous emprise" Ello QUANDT avaient bien tenté, avec même une certaine réussite disons-le, à rattraper en livrant une quantité phénoménales d'appréciations loin de la réalité. Appréciations qui seront recuillies par le Schwäbische Illustrierte en 1952 et dont se servira le biographe Hans-Otto MEISSNER pour concevoir des biographies discutables. Il faudra d'ailleurs que l'on attende la parution d'un travail très fouillé d'Anja KLABUNDE publié en France chez Tallandier en 2005 pour aller plus au fond de ce dossier.

    Même si on peut se défier de certaines affirmations publiées sur Internet et ayant fait l'objet de plusieurs écrits romancés émanant d'auteurs qui ne sont en rien des historiens, notre conviction s'appuyait aussi sur quantité de témoignages issus de personnalités très diverses allant de spécialistes reconnus comme Fabrice d'ALMEIDA ou Guido KNOPP à celle d'observateurs et de témoins qui avaient croisé Magda comme notre ambassadeur de France FRANCOIS-PONCET ou comme la chroniqueuse mondaine Bella FROMM, voire ceux qui avaient été les témoins des derniers jours des nazis dans le bunker assiégé de Berlin : les secrétaires d'Adolf HITLER et l'un de ses aides de camp von LORINGHOVEN. Notre tout premier article consacré à ce dossier mis en ligne le 16 mars 2017 montrait bien que les pistes sondées par l'auteur de notre ouvrage avaient commencé à produire un effet et s'il n'était pas encore question de "chienne" nous nous en approchions au point même d'avoir commencé à travailler sur un projet de couverture qui commencera à être proposé au mois de mai suivant.

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Max, Mareuil et la SELP !Privilégiant plus volontiers le relationnel que la communication écrite, c'est une rencontre avec le père d'un conseiller culinaire de chez Maxim's et Taillevent qui lui avait valu de travailler à l'ébauche d'un premier manuscrit. Avant que, les années passant, le projet ne soit quelque peu oublié. Du moins jusqu'à la fin 2009 et deux mois passés aux aurores à mettre au point des textes qui n'avaient pas vieilli, car Max MARCHAPS dormait très peu, même à la retraite. Il faut préciser que l'homme venait, une fois de plus, de se relever après un dur combat contre les éléments et une tempête qui avait eu raison fin 1999 de son patrimoine forestier en Périgord.

    Mesurant les difficultés de ce nouveau projet littéraire jugé important, il l'avait alors rappelé : "témoigner dans le cadre d'un ouvrage d'une expérience vécue n'est pas une mince affaire !" Pourtant dans une lettre adressée au maire de Mareuil au printemps 2010, malgré l'intérêt de ce nouveau pari, Max MARCHAPS regrettait que son initiative n'ait pas été davantage soutenue et qu'elle ne lui ai pas permis de compter sur le soutien d'un seul élu local. A plus forte raison le jour de la dédicace organisée le 6 mars 2010 à la Maison de la Presse des CARPE ! Comme s'il était naturel que l'on oublie ceux qui avaient servi la commune, fussent-ils les créateurs d'ensembles comme la SELP ! Car la SELP, la société créée par MARCHAPS en 1962 n'en reste pas moins une réussite locale de tout premier plan. Et dans cette commune qui compte aujourd'hui un peu plus de 1.100 habitants après en avoir compté le double, ce sont encore plus d'une centaine de personnes qui y travaillent. Dans un article consacré à Max MARCHAPS, un blog mareuillais supporter parle très justement d'audace, de courage et d'un homme ayant un sens aigu de l'intérêt collectif de sa commune qui brûlait de raconter aux plus jeunes quelles étaient ses convictions pour le moins exemplaires.

    Au moment où l'entreprise en passe de devenir un fleuron économique retient l'attention après l'arrivée de nouveaux investisseurs comme la holding MARTEK, se souvient-on encore aujourd'hui de Max MARCHAPS âgé de 91 ans et du défi qu'il s'était lancé au début des années soixante, au sortir d'une activité de marchand ambulant ? Sans doute pas. La réimpression et une plus grande diffusion de son témoignage d'entrepreneur pourraient donc aider certains à retrouver la mémoire et ce ne serait que justice car nous n'avions pu bénéficier d'un lancement idéal début 2010 faute d'une souscription réussie à Mareuil même. Comme s'il avait fallu écarter un personnage attachant devenu un peu trop encombrant à la veille d'une consultation électorale et qui, dans cet ouvrage, rend hommage tout en pointant aussi du doigt nombre de dysfonctionnements bancaires et autres.

    Si vous souhaitez vous procurer cet ouvrage vrai, véritable plaidoyer d'entrepreneur, vous pouvez avec ce lien !

    MAX... UNE FANTASTIQUE ODYSSEE, Max MARCHAPS, ISBN n° 978-2-95241-79-0

    Yahoo!

    votre commentaire
  • La D.L son article sur Duf et son Parfum de diable...

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Paroles d'actu à propos de Magda, la chienne... (extrait 2)

    Paroles d'actu à propos de Magda, la chienne... (extrait 2)En Janvier dernier, Nicolas ROCHE se référant à notre dernière publication et intervenant pour le compte du média PAROLES D'ACTU nous avait adressé un questionnaire. Nous étions déjà revenus le 18 février dernier sur cette tribune qui aidera, qui sait, ceux qui s'intéressent à ce dossier à envisager acheter notre ouvrage, fruit d'un travail mené avec profondeur sur un sujet qui donne le sentiment d'avoir été insuffisamment traité.

    Q : Le premier grand amour de Magda s’appelle Victor Arlosoroff, un jeune sioniste appelé à compter, bientôt, parmi les grandes figures du mouvement en faveur de l’établissement d’un État juif en Palestine. À ses côtés, Magda allait épouser pleinement la cause sioniste (!)... On imagine qu’il n’y aurait eu qu’un pas, ou guère plus, vers la conversion au judaïsme, si la relation s’était concrétisée ? Quelle a été l’importance de cet homme, et de cette relation, dans la vie de Magda ? Et, pendant qu’on y est, quelle est votre intime conviction, par rapport à l’assassinat d’Arlosoroff en 1933 : l’ordre vient-il de Goebbels ? Magda a-t-elle été impliquée, dans un sens ou dans l’autre ?

    R : Arlosoroff est le premier des hommes à afficher cette possible puissance que recherche une jeune fille en quête de projet. Il lui ôte sa virginité en admettant que le jeune Walter qui la coursait au Lycée Kolmorgensche de Berlin en 1915 n’ait pas été son premier amant (source Meissner non reprise par Klabunde). Cela crée des liens et la demoiselle est très souvent présentée comme une créature ayant d’énormes besoins sexuels. Pas seulement par Tobie Nathan mais plus récemment par le journaliste romancier Sébastien Spitzer. J’explique et démontre dans mon ouvrage quelle aura été l’influence de leur rupture sur Magda et ce qui a pu la faire sombrer dans un début de perversion narcissique. Mais je voudrais d’abord enchaîner sur cet assassinat d’Arlosoroff.  Meurtre sur la plage, l’ouvrage du Russe Guirchovitch, apporte un éclairage sur ce qui a pu se passer en juin 1933 sur cette plage de Tel-Aviv. On sort même de cette lecture avec une autre possible coupable : Sima, l’épouse du leader sioniste, une femme souffrant de jalousie qui venait de se disputer avec Victor. Mais, c’est aujourd’hui admis, cet assassinat d’Arlosoroff restera inexpliqué, celui que l’on avait tout d’abord accusé ayant été libéré. Pour ce qui me concerne, j’ai été sensible aux arguments de Guirchovitch et donc à la non responsabilité de Magda Goebbels dans cette affaire. Bien qu’il y ait eu la présence à Tel-Aviv de Théo Korth et Heinz Grönda, ces deux SS dont on n’a pas cerné l’implication réelle dans cette histoire.

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Marvin 10ans 2000 - 02

    Marvin 13ans ses soeurs 2003

    C'est en avril 2013, voici déjà cinq ans, qu'est parue la lettre que la Périgourdine Christine GOUGEON-M. avait rédigé à l'attention de son fils Marvin (en photo ci-dessus à l'âge de dix ans) ! Pour que l'espoir de le voir un jour réagir perdure ! Mais de l'espoir, et Christine GOUGEON le confesse dans cette lettre bouleversante à son fils différent, elle n'a pas arrêté d'en avoir toutes ces années ! Malgré les épreuves et, faut-il le dire ici, malgré sa solitude de femme privée de tout soutien à la suite de son divorce. Et si tout a été possible, c'est grâce aussi à ses deux filles : Morgane et Maëva (en photo ci-contre) qui, tout en faisant fi des difficultés rencontrées, ont pu s'organiser avec leur maman pour que leur frère Marvin ne manque de rien. Un bien joli témoignage d'amour complice que ce voyage au coeur de l'autisme avec cette lettre où éclatent, à chaque page, tous les sentiments d'une maman face au handicap le plus total. Car Marvin, non voyant de naissance, s'il a développé ensuite des troubles autistiques, n'en reste pas moins un être plein de vie. Un être, selon sa maman, capable d'apporter de la lumière autour de lui. Et un être qui vit aujourd'hui son handicap chez John Bost chez lesquels il a pu trouver depuis un peu plus de six ans à La Force en Périgord une résidence où il se plaît.

    On peut toujours acquérir cet ouvrage auprès de nous en téléchargeant sur notre site un bon de commande dans l'espace marchand de gauche.

    LETTRE A MARVIN, Christine GOUGEON-M., 19 euros, ISBN n° 978-2-918296-21-8   

    Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique