• 1ere Couv Guy Bourguignon 

    Guy B au maquillageYves JOLY, François AUGIERAS, Georges CROSES, Pierre PARSUS, Guy BOURGUIGNON... Ils sont quelques jeunes gens qui ont entrepris de mettre leurs connaissances en commun et de proposer en Périgord des spectacles de marionnettes en s'inspirant de la comedia dell'arte et des Comédiens routiers de CHANCEREL. Il faut avouer qu'en ce début d'automne 1941, alors que nous sommes en plein conflit, les préoccupations ne manquent pas ! " A la bibliothèque de Périgueux, écrira Serge SANCHEZ dans un ouvrage consacré à François AUGIERAS publié en 2006 chez Grasset, beaucoup de réfugiés de toutes origines, Juifs des Carpates et Juifs allemands, Croates ou Baltes venaient, non pour emprunter un livre, mais pour se réchauffer auprès du poêle à charbon ". C'est dans ce contexte relationnel du Périgord de la guerre que vont se nouer des amitiés et des complicités et que des compétences vont émerger, voire s'affiner. Le Périgourdin Guy BOURGUIGNON dont le père Serge est directeur de l'agence du Crédit Lyonnais de Périgueux vient d'épouser Simone MOULINIER. Il ne sait pas encore qu'il a puisé au contact d'Yves JOLY et de tous les autres une force dont il se servira ensuite dans la région lyonnaise en devenant... Régisseur de scène. Nous sommes encore loin d'imaginer quelle va être la destinée de cet homme épris de cinéma et de prises de vues dont la grande PIAF enviait la culture et qui sera, en février 1946, l'un des créateurs des COMPAGNONS DE LA CHANSON.

    Après avoir publié une biographie consacrée aux COMPAGNONS DE LA CHANSON, Louis PETRIAC évoque dans ce nouvel ouvrage la personnalité du Compagnon Guy BOURGUIGNON décédé en décembre 1969 dont on a peu parlé. Abondamment illustré, cet ouvrage préfacé par le comédien Roland GIRAUD et à tirage limité (couverture en tête d'article), proposé à 19 € s'écoule toujours.

    Guy Bourguignon, le Compagnon de la Chanson périgourdin, ISBN n° 978-2-918296-24-9  


    votre commentaire
  • Un maquisard à l'aide avec les paysans et le monde rural...

    Fléché, Robert Sudey en 1944 au sein de son bataillon de maquisards... Il n'avait que 19 ans !

    Un maquisard à l'aide avec les paysans et le monde rural...Dans son ouvrage : Ma guerre à moi... Résistant et maquisard en Dordogne, publié chez Decal'Age Productions éditions, l'ancien maquisard trélissacois Robert SUDEY revient sur ses premières attributions et sa découverte de ceux qui avaient choisi de bouter l'occupant hors de France.

    « Je reconnais, dit-il, que le courant passait bien avec les époux Chateaureynaud (1) et je pense pouvoir dire que Madame Chateaureynaud m'avait pris en sympathie. Sans doute la perte de l'un de leurs enfants d'un âge égal au mien avait-elle incontestablement contribué à notre rapprochement. Proche, je l'étais également de pas mal d'autres personnes et du monde rural. Ce sont ces excellentes relations développées, aussi bien avec les citadins qu'avec les gens de la campagne, qui m'ont toujours permis d'être parfaitement admis chez ces derniers. Il est vrai que mes origines paysannes m'y avaient aidé. Je connaissais parfaitement les animaux et quel pouvait être le travail de la ferme. Si je n'avais pas le permis de conduire un véhicule, j'avais en revanche celui de conduire le bétail. Je savais traire les vaches et faire les labours en m'aidant des chevaux. Et puis, il y avait ce patois, encore très en vogue à ce moment-là en Périgord comme dans beaucoup d'autres contrées françaises. Nous n'avions pas été à l'école bien longtemps et ce patois permettait à nombre de paysans de communiquer entre eux. Et si je ne le parlais pas correctement, je le comprenais. Cela me permettra par la suite de deviner bien des choses en écoutant les gens de la campagne et notamment de juger quels étaient ceux qui étaient partisans de la Résistance et ceux qui étaient opposés aux thèses que je servais. Etre en mesure d'échanger en patois ce sera d'ailleurs la possibilité de lever bien des oppositions, surtout que le paysan est réputé être méfiant. Mais est-ce être méfiant que de pouvoir s'appuyer sur un sixième sens, deviner mieux les autres et donc faire davantage attention à eux ? Parce qu'on sait lire leurs pensées et donc voir aussi leurs éventuels travers ».

    Chateaureynaud sera au départ responsable de l'acclimatation du jeune Sudey.


    votre commentaire
  • Salon du Livre de La Douze

    Nous avions consacré un premier article à cette prochaine manifestation qui n'attend que quelques précisions des organisateurs quant au détail des participants. Sans que nous ayons pu encore nous procurer la liste complète des quarante auteurs et des éditeurs qui seront présents, il apparaît qu'en dehors de nos deux représentants de trois ou quatre éditeurs et de l'invité d'honneur Michel NEGRIER, les amateurs pourront compter sur la présence de : Jean-Jacques GILLOT, de la Société Historique et Archéologique du Périgord, auteur de plusieurs ouvrages dont Chroniques de guerre en Périgord publié aux éditions de BOREE, Jean-Claude ALLARD, auteur d'un dernier ouvrage : Conversations avec le chat publié chez ARKA, Michel LABUSSIERE, auteur de Mai 68 en Périgord, que reste-t-il de nos amours publié aux éditions PERCE-OREILLE, Anne GIVAUDAN, auteure de Voyager entre les mondes publié chez S.O.I.S, Annick TOMLISON, auteure de livres pour enfants, de Georges LABROUSSE, auteur notamment de Justin Descombes paysan du Périgord publié chez PILOTE 24.

    Une première manifestation qui, nous l'espérons, sera accueillie avec intérêt !  


    votre commentaire
  • C'est un périple au Brésil bien agité qui attend Bernard, l'ancien troisième ligne bayonnais ! Devenu commercial, il y était allé pour négocier des espaces publicitaires. Une longue liste de quiproquos et des policiers peu disposés à entendre ses observations lui vaudront d'être enfermé avec des malfrats et de devoir suivre ces derniers dans une véritable évasion de guérilléros. Parce qu'on l'avait surpris nu, après une soirée bien arrosée, à avoir voulu s'approprier des sous-vêtements qui séchaient sur un fil à linge. En plein coeur d'une forêt vierge où conscients d'être à l'abri, ces malfrats lui proposeront un nouveau statut d'homme en cavale avec un certain nombre de réjouissances qui ne retiendront pas son attention. En dehors de la très belle Julia. Un polar qui se lit facilement.

    EXTRAITS : Je rêvais de ce contact avec son corps ferme depuis si longtemps que je sentis ma glotte remonter au fond de la gorge, sans pour autant croire qu'elle était là, tout près de moi et enfin à moi, à moi seul ! Sans risquer le regard soupçonneux de cet hidalgo à la manque qu'elle avait enfin eu le courage de laisser derrière elle ! Au comble du désir qui était le mien, l'entourant soudain de mes bras, avant même d'avoir pu réaliser ce qui nous arrivait et sans qu'elle se raidisse, nous échangeâmes enlacés un très long baiser, révélateur de ce qu'était notre passion et en même temps ce qu'était notre soulagement d'avoir enfin pu échapper à nos geôliers et à une pression qui avait été insoutenable tous ces derniers jours. Au poit, qu'emportés par la passion, nous eûmes même du mal à reprendre nos esprits.

    NEIGE EN AMAZONIE, Frédéric RUHER, ISBN n° 978-2-918296-27-0


    votre commentaire
  • La Douze, 27 mai... Claude Fischer présentera ses deux ouvrages

    La Douze, 27 mai... Claude Fischer présentera ses deux ouvragesAuteur de deux ouvrages, le dernier ayant été publié après avoir été autoédité et servi à une rencontre avec un homme très discret, Claude FISCHER a été invité à participer le 27 mai prochain au Salon du Livre de La Douze.

    Installé à Eygurande-Gardedeuil près de Montpon-Ménestérol, FISCHER est l'un des rares magnétiseurs à exercer en Périgord et à défendre des convictions profondément ancrées en lui. Celles, notamment, évoquant cette énergie qui se manifeste de différentes façons ! Aussi bien sous la forme d'ondes perturbantes rendant certains lieux de vie inhabitables que sous la forme de ce que nous devons apprendre davantage à domestiquer pour en tirer un bienfait. C'est évident, tout cela reste trop souvent du domaine de l'ésotérisme alors que nos aînés s'en servaient davantage dans des temps reculés (Antiquité, Moyen-Age...), ce qui est, vous en conviendrez, navrant. Dans Fabuleuse énergie, publié fin 2014, Claude FISCHER parle de l'incidence de ces ondes nocives qui ont, aujourd'hui, été récupérées par quantité de concepts. En revanche, avec Messages bouleversants d'une destinée... ce sont plutôt les motivations qui sont mises en avant. Celles qui auront incité cet ancien éleveur et maraîcher à respecter la nature et ce qui a été offert à l'homme pour s'autogérer !

    Claude FISCHER présentera ses deux ouvrages aux côtés de Louis PETRIAC, auteur dans un domaine différent d'un portrait sur Magda GOEBBELS, l'égérie nazie.


    votre commentaire
  • chat ondes nocives 

    Nos chats seraient-ils friands d'ondes nocives ?L'article que Claude FISCHER a mis sur son blog professionnel est éloquent quant aux aptitudes que pourraient posséder notre chat de deviner, ou pas, la présence d'ondes nocives dans l'espace domestique où nous vivons. Et donc, de nous alerter sur les dangers que pourraient présenter pour notre santé ces ondes malfaisantes provenant peut-être d'une faille de notre sous-sol ou, qui sait ?, de la présence d'eaux souterraines non détectées. Car, et ce n'est plus un secret pour personne, si la géobiologie, encore inconnue voici une vingtaine d'années, garde encore quelques mystères pour certains d'entre nous, il en existe de moins en moins. Ce qui explique d'autant les quelques précautions qu'il convient de mettre en oeuvre pour anihiler les effets dévastateurs de réseaux telluriques comme les réseaux Hartmann ou Curry et de se demander si nous habiterions "des maisons cancer" ? Rien que d'y penser, cela ferait frémir.

    C'est d'ailleurs l'un des aspects qui nous a incités à publier voici quatre ans cet ouvrage de proximité qu'est Fabuleuse énergie, dans lequel l'auteur évoque maints autres phénomènes longtemps inexpliqués allant des vibrations à l'énergie qui nous gouverne. Phénomènes qui étonneront parfois ou qui confirmeront tout ce que nous pensions déjà à propos de la mémoire des vieilles pierres et de lieux où se sont déroulées des tueries et des abominations. Un petit livre riche de constats en tout genre émis par un ancien agriculteur, avec le parler vrai d'un homme issu de la terre.

    FABULEUSE ENERGIE, Claude FISCHER, ISBN n° 978-2-918296-3-17


    votre commentaire
  • Nous serons au Salon du Livre de La Douze en Périgord

    Nouvelle initiative à mettre au crédit de l'Association ART SOUL (artsoul@orange.fr) animée par Agathe BONNET, un salon du livre qui sera organisé le 27 mai prochain à La Douze sur la D. 710 à quelques kilomètres de Périgueux (photo ci-dessus). En juillet 2015, on y avait accueilli La Félibrée.

    A un moment où jamais autant le livre ne s'est aussi mal porté en lien avec une croissance ininterrompue d'illettrés ou de fâchés avec le texte, cette initiative est à saluer. Il faut dire que depuis la disparition du Salon d'Antonne-et-Trigonant de James CABIROL et de quelques autres, le département ne comptait plus guère de salons dans le genre ! En dehors bien entendu de quelques vides-grenier et de la manifestation de Champcevinel où il faut montrer patte blanche et un certain statut social pour pouvoir exposer. Nous ne pouvions donc décliner l'invitation qui nous a été faite par l'organisatrice et DECAL'AGE PRODUCTIONS EDITIONS y présentera, avec ses auteurs Claude FISCHER, magnétiseur à Eygurande-Gardedeuil près de Montpon et Louis PETRIAC, biographe. Claude FISCHER est l'auteur de deux ouvrages dont Messages bouleversants et Louis PETRIAC, de plusieurs réalisations dont, bien entendu : Magda, la chienne du Troisième Reich. Certaines autres réalisations seront exposées comme l'ouvrage hommage à Claude Sarlat le réalisateur de films locaux que le Périgord semble avoir oublié, Max Marchaps le créateur de la SELP à Mareuil-sur-Belle et Robert Sudey, le maquisard trélissacois auteur de : Ma guerre à moi... Maquisard et résistant en Dordogne.

    Plusieurs autres plumes y dédicaceront leurs ouvrages dont Michel LABUSSIERE, l'ancien journaliste de la DL, Jean-Claude ALLARD qui préside aux destinées des Beaux-Arts de Périgueux et Michel NEGRIER. Vous noterez que Michel LABUSSIERE est l'auteur de Mai 68 en Périgord. Que reste-t-il de nos amours, publié aux Editions du Perce-Oreille. Un demi-siècle après, que reste-t-il de ce qui s'est passé en Dordogne, sur le terrain et dans les têtes ? En allant chercher dans les archives locales, nationales et dans la mémoire des acteurs et témoins de cette époque, ce livre est un... pavé de formidables évocations. Des luttes et des thèmes qui ont secoué et parfois inquiété le Périgord et une plongée dans ce que la Dordogne a vécu de rêves parfois brisés mais d'utopies jamais éteintes. 

    Jean-Claude ALLARD est l'auteur d'un dernier ouvrage publié chez ARKA, Conversations avec le chat.


    votre commentaire
  • Négations... Derniers instants de vie d'un parvenuEXTRAITS : Poussé sans ménagement à l'intérieur de son loft après en avoir ouvert la porte, le docteur Aaron Cohen-Scali comprit aussitôt qu'il allait mourir. Sans être parvenu à tempérer les ardeurs de la personne qui s'était jetée sur lui, il se surprit à éprouver soudain ce qu'il communiquait d'ordinaire tellement habilement aux autres autour de lui. De la peur. Sans doute pour la toute première fois de son existence, mais aussi pour la dernière. Dans l'impossibilité de parvenir à identifier son agresseur, il se sentit étrangement seul. Cette voix de fausset désagréable, ni franchement grave, ni franchement aiguë, comme venue d'un autre monde, ne lui était pas inconnue, mais à qui appartenait-elle ?... En cet automne anormalement chaud succédant à un été pluvieux, tout Bressoire connaissait un parfum de vertige suintant la compromission, l'abandon et la lâcheté. Un justicier s'en était cependant extrait guidé par un seul souci, celui de réaffirmer son opposition à toute la négation de l'homme.

    Négations a été publié à l'automne 2011 par Louis PETRIAC et un tome 2 a, depuis, été proposé. Un polar qui met en scène une agglomération de notre terroir où il se passe décidément de drôles de choses et où un tueur en série entreprend de faire régner la terreur. Désir, obsession, non-dits, haine et vengeance, avidité et cupidité, ambivalence... N'y aurait-il donc que dans les grandes concentrations urbaines que l'on assisterait à de pareils règlements de compte ? Car, tout y est dans Négations avec, à la clé, un dénouement inattendu et surprenant, et le profil d'un enquêteur pour le moins détonant au nom fleurant bon ces provinces sans défaut que l'on nous envie souvent !

    NEGATIONS, Louis PETRIAC, ISBN n° 978-2-918296-09-6


    votre commentaire
  • Magda Goebbels, une perverse narcissique ? Son profil...

    Magda Goebbels, une perverse narcissique ? Son profil...S'il est bien un chapitre qui aura valu à notre publication un regard différent voire, parfois, amusé, c'est lorsque nous avons prétendu que Magda GOEBBELS était une... perverse narcissique ! Un point qui n'avait jamais fait l'objet jusqu'ici d'aucune étude comparable à celle menée par Louis PETRIAC à l'appui des travaux menés par le docteur Marie-France HIRIGOYEN et son ouvrage sur la perversion et le harcèlement moral. Il est vrai que nous avions déjà publié un récit dans le domaine en 2015 et que nous disposions donc de données précieuses en la matière.

    Quelles sont les premiers traits qui nous auront fait penser à ceux d'une perverse narcissique. Indéniablement celui du manque d'empathie du personnage. Un trait que l'auteur développe dans son ouvrage. Ensuite, son égocentrisme et le fait que Magda GOEBBELS ne supportait pas la critique sur des agissements loin d'être ceux d'une mère idéale telle que la propagande nazie l'aurait souhaité. Ses nombreux dérapages alcoolisés non plus, pas seulement relevés au moment de son implication nazie et ce goût pour l'image et l'apparence mis en valeur par cet extrait issu de la propagande nazie où on la voit poser pour un peintre et admirer son reflet (image en tête d'article). Se sont progressivement ajoutés à ces premiers traits ceux provenant de témoignages de personnalités qui avaient eu l'occasion de rencontrer l'épouse du docteur GOEBBELS. En premier lieu ceux de Bella FROMM, la chroniqueuse mondaine juive que Magda prenait un plaisir à recadrer et de notre ancien ambassadeur de France au pays nazi : FRANCOIS-PONCET qui dira n'avoir jamais rencontré de femme aux yeux et au regard aussi froids. Sans minorer les aspects d'une séduction à laquelle elle avait fait appel pour conquérir un partenaire susceptible de pouvoir l'introduire dans le milieu qu'elle désirait pénétrer en septembre 1930, celui des nazis. Pour enfin accéder à la puissance, but ultime de son existence.

    Et puis, comment admettre que l'auteure britannique Jane THYNNE ait pu développer autant de qualificatifs aussi négatifs sur un personnage qui continue aujourd'hui d'être bien plus considéré comme une victime de son idéologie nazie que comme une femme ayant froidement assassiné six de ses sept enfants sans la moindre empathie selon Rochus MISCH, le préposé aux télécommunications du bunker ! Surtout lorsqu'elle compare régulièrement au fil de ses trois romans ce profil de maîtresse de maison glaçante à la froideur manifeste. Quelqu'un qui savait toujours se placer en victime pour qu'on la plaigne, ce qui sera souvent le cas avec son amie sous emprise, sa belle-soeur Ello QUANDT. Misant sur l'ignorance affichée des autres, elle aimait à faire croire en sa supériorité. Un travers démontré par ses relations avec la maîtresse de celui qu'elle a un temps courtisé, Adolf HITLER, notamment quand elle affichait ses connaissances en langue française ou quand elle lui demandait de nouer les lacets de ses chaussures. Un comportement semble-t-il humiliant pour Eva BRAUN et rapporté par des proches de la Munichoise. Et que dire de ses nombreuses menaces de chantage ouvert tant auprès de son premier époux Günther QUANDT qu'auprès du second quand Magda aura à subir une défaite à cause de l'aventure de son propagandiste de mari avec la Tchèque Lida BAAROVA !

    Ce sont ces recherches qui nous ont incité à publier ce portrait très loin, nous l'admettons, de tous ceux qui avaient été consacrés à l'égérie nazie, malgré leurs indéniables qualités. Un travail que nous continuons de soutenir avec énergie et qui, un jour, trouvera sa vraie place !

    MAGDA, LA CHIENNE DU TROISIEME REICH, Louis PETRIAC, ISBN n° 978-2-918296-43-0


    votre commentaire
  • Les Marchaps à Mareuil (24)... Entre père et fils, ça collait !

    Les Marchaps à Mareuil (24)... Entre père et fils, ça collait !Max MARCHAPS raconte dans son ouvrage consacré à la création de la SELP, de quelle façon il s'y était pris pour convaincre son père, maire de leur commune de Mareuil-sur-Belle, de ses projets de création. Les deux hommes avaient longtemps travaillé de concert en unissant leurs efforts et Max (ci-dessus devant leur camionnette de négociants ruraux) craignait que son départ ne soit pas bien perçu. D'autant qu'il allait avoir besoin de puiser dans leurs économies pour lancer son projet.

    EXTRAITS : « J'avais prévu d'investir ces fonds dans l'activité de plastification. C'est du moins ainsi que j'avais planifié les choses. En théorie, c'était on ne peut plus simple. Si j'étais bien résolu à me lancer, il me restait à faire accepter le projet à mon père qui, à l'époque, était aussi le maire de Mareuil. Ce n'est pas que j'avais absolument besoin de lui, mais les rapports que nous avions l'un et l'autre étaient axés sur une confiance mutuelle que je me devais de respecter. D'autant qu'avec mon père ces rapports étaient très agréables, basés sur une sorte de camaraderie qui se rencontre assez peu entre père et fils. Nous parlions entre hommes, sans avoir recours aux chichis habituellement utilisés et liés à l'autorité... Nous en discutâmes longuement et j'eus au bout du compte le sentiment d'avoir été persuasif. l'argument de la désertification des campagnes fut évidemment évoqué ainsi que la nécessité de s'adapter aux récentes mutations sociales et économiques... L'affaire que je lui proposais le dépassait même un peu. Entre un commerce de tissus et l'industrialisation à grande échelle des laminés plastiques, cela faisait tout de même une sacrée différence ! Il y avait cependant une autre raison, que je me dois de rapporter ici. Il avait pour sa part déjà essayé de monter une affaire dans le domaine des transports, quelques années auparavant, et elle n'avait pas abouti. Alors, comme on dit, chat échaudé craint l'eau froide. C'est pourquoi il redoutait de se lancer désormais à nouveau dans la création d'une nouvelle entreprise. Enfin, et ce n'était pas rien, il avait l'obligation, en s'engageant, d'hypothéquer la propriété de mon grand-père. Une chose à laquelle il ne pouvait absolument pas se résoudre. C'est ce qui le poussa à renoncer définitivement à s'engager sur ce projet... Il finit donc par me conseiller d'agir en fonction de mon intuition. c'était la réponse que j'attendais pour foncer »...

    MAX... UNE FANTASTIQUE ODYSSEE, Max MARCHAPS, ISBN n° 978-2-952411-79-0


    votre commentaire
  • Sortie de Magda, la chienne... L'article de la Dordogne Libre

    Avec quelques autres articles publiés depuis sa sortie, notre dernière publication : Magda, la chienne du Troisième Reich de Louis PETRIAC, malgré un titre "pas très comme il faut", n'a pas laissé indifférent. Le long échange proposé par PAROLES D'ACTU de Nicolas ROCHE en est l'illustration, qui montre bien quel aura été l'intérêt des plus jeunes âgés d'une trentaine d'années pour cette "Première Dame du Troisième Reich" qui se voyait arriver au sommet à l'âge de 19 ans dès ses premières fréquentations, coursant ensuite, après leur rencontre de 1931 au Kaiserhof de Berlin, Adolf HITLER alors que le "Fiancé de l'Allemagne" était pourtant très occupé avec sa nièce Geli RAUBAL qu'il tenait sous "haute protection" !

    Magda, la chienne du Troisième Reich, Louis PETRIAC, ISBN n° 978-2-918296-43-0


    votre commentaire
  • La mère de Magda... Une menteuse pathologique !C'est bien connu, les chiens ne font pas des chats et la mère de Magda GOEBBELS, Auguste BEHREND (ci-contre), n'échappe pas à la règle ! C'est sans doute ce qui peut expliquer qu'elle ait voulu en 1952, au terme d'une existence pour le moins ratée, faire en sorte de donner à l'âge de 73 ans, une autre image de cette fille qu'elle n'avait pourtant jamais su aimer. Une fille qui, sept ans plus tôt dans un bunker assiégé par l'Armée rouge, avait sacrifié six de ses sept enfants en leur donnant la mort après avoir tenté de les endormir. Au terme de recherches entreprises ces dernières années, on sait que le véritable père de sa fille Magda était ce garçon encore si jeune au cours de la fin d'hiver 1901 avec lequel elle avait eu un peu plus qu'un flirt ! Un Richard FRIEDLANDER encore loin d'être parvenu à se faire une situation enviable. Il n'était donc pas envisageable que la demoiselle BEHREND se sépare de son autre amoureux, un certain Oskar RITSCHEL qui avait pour lui d'être le fils des employeurs de la petite bonne qu'était Auguste et d'avoir des sous !

    L'histoire, prélude à une gigantesque tromperie qui se sera enrichie d'éléments mensongers rapportés à un média en 1952, le Schwäbische Illustrierte, valait bien d'être relatée dans un ouvrage. Parce qu'il était important que l'on travaille, non seulement sur des allégations, mais aussi sur un personnage qui se sera construit aux côtés d'une mère reconnue être une menteuse pathologique. Au risque de faire de sa fille le monstre qu'elle est devenue au fil des années, un être avide de pouvoir n'éprouvant aucune empathie pour son entourage. Malgré l'image de "mère idéale" qu'elle s'était bâtie avec le concours d'un époux passé maître dans l'art de tromper !

    MAGDA, la chienne du Troisième Reich, Louis PETRIAC, ISBN n° 978-2-918296-43-0


    votre commentaire
  • Un appel au secours ? Indiscutablement !

    Un appel au secoursDès le départ, profitant d'un ouvrage pour le faire et dire ce qui aurait pu la détruire, on sent que SHUNET que l'on va découvrir dans ce livre à paraître, va nous entraîner dans un véritable catalogue de violences comportementales dont on ne parle trop souvent qu'avec retenue. Et pourtant ! Pourtant, combien sont-elles ou combien sont-ils à avoir subi de telles violences dans leur proche entourage ? Physiques ou psychologiques ? Femmes comme hommes ? Certainement bien plus que ce qu'on imagine au sein d'une société qui, aujourd'hui, a complètement perdu tous ses repères !

    Comme l'auteure de ce témoignage le précise dans les toutes premières lignes, elle avait longtemps envisagé donner un tout autre titre à cet ouvrage à paraître, avec "Mise à nu". Evoquant son calvaire, elle parle de "méthode du boucher", s'identifiant même à une viande attendrie ! C'est renversant et stupéfiés, nous l'avons été chez DECAL'AGE PRODUCTIONS EDITIONS à la lecture des premières lignes de ce témoignage ! Un écrit dérangeant qu'il fallait publier pour que l'on sache que les mères dérangées existent et qu'elles prennent souvent leurs enfants pour des défouloirs, ce qui est le cas de cette marâtre dont il est question ici avec SHUNET. Une mère indigne qui n'aura d'autre objectif que celui de vider son logis des filles qu'elle avait mises au monde, alors qu'elle espérait accoucher de garçons. Un cas qui intéressera nombre de psychologues comportementaux ! L'auteure, qui estime être une sorte de survivante de traitements qui ne grandissent pas l'espèce humaine, parle, parfois avec ses mots à elle, de ce qu'elle aura dû subir à ses côtés avant d'être incitée à unir sa destinée à un second tortionnaire ! Parce qu'il fallait dégager de l'endroit et parce qu'elle ne devait pas avoir été assez punie !

    Une plongée aux enfers qui doit être prise au sérieux et qui devrait sans doute inciter ceux qui en sont les témoins à se manifester pour que cessent de pareilles violences ! Comme le reconnaissait une affiche conçue récemment "Parler c'est déjà agir" !

    ET POURTANT... JE SUIS TOUJOURS LA ! SHUNET, ISBN n° 978-2-918296-44-7

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique