• 1ère couv A. David

    C'est en présence de Monsieur Arnaud LE GUAY, en charge de la culture à Périgueux, de Madame Marie-France BUNEL de l'Office de Tourisme, du chroniqueur Alain BERNARD et d'une vingtaine de ses amis, supporters et anciens élèves que l'ancien enseignant, professeur d'Histoire et de Géographie Alain DAVID a présenté son premier ouvrage : Guillaume, Thibaut et Jaquet, chevaliers courage périgourdins, une fiction moyenâgeuse. Un ouvrage qui permettra aux plus jeunes de se retrouver ou de découvrir quel aurait pu être le Périgord au XIIème siècle, au temps du bon roi Saint-Louis alors que la paysannerie s'y débattait comme elle pouvait pour acquitter taille et gabelle. Mais ce qui fait le clou de cette fiction est surtout la rencontre de deux enfants issus de milieux différents que tout aurait pu opposer : le fils de paysan Jaquet BONAVENTURE et le fils d'un seigneur local : Thibaut de BOIS de MIRAIL. Aventures romanesques, faits d'épée, joutes lors de tournois sous les yeux attendris de quelque belle prête à tomber d'amour pour un bretteur... l'ouvrage aura demandé à l'enseignant aujourd'hui à la retraite force imagination aux côtés des faits que les historiens se plaisent souvent à évoquer : les pélerinages en Terre Sainte où Le roi Louis IX du nom était parti livrer bataille contre les Infidèles, et le fléau de l'époque : la peste... Un mal dont le roi bien-aimé finira par mourir lors d'une croisade. 

    Vous avez la possibilité de découvrir cette réalisation en prenant connaissance du dossier de presse conçu pour le lancement : Presse-Medias Guillaume, Jaquet

    Outre l'Office de Tourisme qui en a acquis quelques exemplaires, l'ouvrage sera bientôt proposé en ligne chez DECITRE et tous ses satellites et sur notre site d'éditeur. En attendant qu'il soit plus largement diffusé en librairie, sachez que vous pourrez vous le procurer également à nos bureaux de la place du Général Leclerc à Périgueux si vous nous faites l'amitié de nous rendre une petite visite. 

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Sudey-aujourd-hui.jpgA 18 ans à peine, en mars 1942, il n'avait pas hésité à s'engager pour lutter contre l'occupant nazi. Son frère venait d'être tué et il était désireux de servir la Patrie pour que continue à vivre nos idéaux de liberté ! Longtemps laissé sur le bord du chemin, il lui a fallu attendre... 1997, cinquante-trois ans après avoir failli perdre la vie devant Angoulême qu'il était parti libérer après avoir rendu le Périgord à la liberté, pour enfin être décoré d'une médaille militaire. Depuis un ouvrage qui lui a permis de sortir de l'anonymat*, Robert SUDEY n'a jamais cessé de croire en sa destinée ni aux promesses des uns et des autres, mais, à 88 ans (il les a eu en août dernier) il vient d'entreprendre ce qui sera probablement l'un de ses derniers combats en adressant au Président de la République une superbe lettre. Une lettre dont vous trouverez les éléments ci-dessous.

    * Ma guerre à moi... résistant et maquisard en Dordogne, ISBN n° 978-2-9524117-7-8, 20 €

     

    Monsieur Le Président de la République,   

    J’ai aujourd’hui 88 ans. En août 1944, après avoir résisté en qualité de maquisard deux années durant en Dordogne, j’ai failli perdre la vie en participant à la libération d’Angoulême à la suite d’un éclat d’obus. Nous venions avec quelques autres de rendre le Périgord à la liberté et d’en chasser les Nazis et nous étions désireux de bouter l’occupant hors de notre France. Sauvé par un éminent chirurgien alsacien réfugié à Périgueux et ayant fui son pays en mai 1940, je dois à une force morale hors du commun d’avoir surmonté ce que je pensais être mes derniers instants. Ils me vaudront même de goûter à la convivialité de la morgue de l’Hôpital de Périgueux avant que l’on se rende compte que le très jeune soldat SUDEY vivait encore. Traité depuis comme le dernier des derniers, jamais cependant, la Patrie n’a éprouvé à mon égard le moindre sentiment de reconnaissance. A l’exclusion d’une modeste médaille militaire que me remettra en 1997 le Général LE BOT en présence de Madame La Ministre ANDRE et d’un diplôme décerné par le ministre Charles TILLON en 1944.    

    Certes, et j’en suis le premier conscient, mon action ne m’a jamais porté à intégrer un hit-parade ni à participer à l’animation d’une émission de télévision. Encore moins à décrocher l’or olympique aux Jeux et mon attente pourrait donc paraître inconvenante au regard de tous ces héros auxquels on remet chaque année la Légion d’Honneur pour avoir triomphé de l’Audimat ou du concurrent direct qui leur était opposé. Car, enfin, prétendre à une telle distinction pour avoir seulement été l’auteur d’un fait d’arme devant l’occupant nazi, ne serait-ce pas inconvenant et prêter à sourire ? Sans doute. Mais, voyez-vous Monsieur Le Président, les vieux arbres sont ainsi faits qui persistent longtemps à nier les caprices de la météo et à croire aux vertus du beau temps. Et puis, je suis un vieil homme auquel on avait inculqué un tout autre sens de l’honneur que celui que l’on privilégie de nos jours.    

    Mais nous sommes quelques-uns à nourrir un tel sentiment. Et nous sommes aussi quelques-uns qui, trop âgés, avons depuis longtemps choisi de ne plus nous signaler à l’attention des salons dorés de notre bien-aimée République. Ce que j’attends de cette ultime démarche entreprise aujourd’hui auprès de vous, Monsieur Le Président ? Que l’on ait, tout simplement, la correction d’en accuser réception et de me spécifier pour quelle raison ma demande serait inconvenante comparativement à quelques autres. Auquel cas, je cesserai, évidemment, de continuer à les renouveler régulièrement.  

    Dans l’attente de votre réponse et restant à votre entière disposition, croyez, Monsieur Le Président de la République, en l’assurance de mes respectueuses salutations.

    Yahoo!

    votre commentaire
  • chateau moyen age

    1ère couv A. DavidUne sacrée tranche de vie de notre passé que le Boulazacois Alain DAVID entreprend de raconter aux plus jeunes avec un premier ouvrage ! Dans un peu plus de deux cents pages : Guillaume, Thibaut et Jaquet, chevaliers courage périgourdins, que nous avons publié, cet ancien enseignant passionné évoque, avec force détails, ce qu'étaient les relations entre seigneurs et leurs sujets. Que ceux-ci soient serfs ou vilains, ou que ces seigneurs soient richement dotés voire même... contraints de monnayer leur talent dans des tournois ! Une fiction moyenâgeuse au parfum d'aventures que les plus jeunes apprécieront où les sentiments guerriers côtoient ceux éprouvés pour les quelques gentes dames du cru parmi lesquelles la jolie et entière Anne d'Abzac. C'est d'ailleurs lors d'un tournoi périgourdin qu'Anne a remarqué Guillaume de Bois Mirail, un jeune chevalier rompu aux arts de la guerre par l'intraitable Bertran, un maître d'armes plus vrai que nature. Seulement Guillaume a un grave défaut : il n'est que le second d'une lignée désargentée et donc peu à même de pouvoir un jour noyer ses yeux dans ceux de la très belle Anne que son père a déjà promis à un autre.... Et pourtant !

    A coup sûr, aux côtés de quelques supporters locaux, l'auteur aura-t-il à coeur de proposer à quelques adolescents passionnés d'histoire médiévale deux époques d'une réalisation d'un peu plus de 200 pages qu'il a voulue illustrer de quelques reproductions colorées. Un travail où la rencontre de deux hommes de condition sociale différente situe déjà l'importance des échanges. Actes de bravoure et de défense des opprimés… vaudront ensuite aux deux jeunes chevaliers épris de justice que sont Thibaut de Bois Mirail et Jaquet Bonaventure de se distinguer à plusieurs reprises. Tant dans leur lutte contre la félonie que contre les Infidèles durant une croisade entreprise en Terre Sainte aux côtés du bon roi Saint-Louis, le fils de la très Catholique Blanche de Castille. Une bien belle page d'histoire médiévale réécrite par un passionné d'écriture qui se laisse lire !

    GUILLAUME, THIBAUT et JAQUET, chevaliers courage périgourdins, ISBN n° 978-2-918296-19-5, 19 €

    Paysans moyen age

     

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Hist d'avant couverture"... Comme je regrette de ne pas avoir cherché plus tôt à savoir qui vous étiez réellement et quel était le riche message que vous portiez en vous ! Comme je regrette de ne pas avoir compris plus tôt que cette tendre enfance et l’adolescence qui l’avait suivie m’avaient tout compte fait donné la plus belle des armes ! En me dotant à vos côtés d’une force morale à toute épreuve ! Si je ne vous avais pas tous côtoyés, vous tous dont je viens de parler et que j’ai retrouvés dernièrement tapis au fond de ma mémoire, vous qui étiez habités par une envie d’espoir viscérale au-delà de toute commune mesure, aurais-je trouvé la force de m’opposer comme je l’ai fait à tout ce qu'il m’a depuis été donné de voir et de supporter dans l’existence ? Probablement pas. Au point qu’une question émerge tout naturellement : les difficultés subies, même inconsciemment, contribueraient-elles à forger des carapaces ? A faire émerger en nous parfois à notre corps défendant une sorte de force morale ? Cette fameuse résilience dont on parle tant ? Assurément, et j’en ai aujourd’hui la preuve "...
    S'il fallait résumer en quelques mots le thème d'HISTOIRES D'AVANT, l'ouvrage publié dernièrement par Louis PETRIAC chez DECAL'AGE PRODUCTIONS Editions, ceux-ci pourraient ressembler au célèbre adage africain auquel on pense souvent dès lors qu'il s'agit de trouver un fondement à une action, voire à un style ou une orientation de vie. Comme si nos actes trouvaient toujours leur pleine justification dans le passé et une enfance. L'auteur aura mis une cinquantaine d'années à comprendre ce que lui avait apporté la sienne et ce qu'il se plaît encore à qualifier d'enfance manquée ? Et de ce qu'il avait découvert au contact de gens de peu habitués à faire front contre les vicissitudes avec leurs seules tripes. Sans jamais se plaindre du modeste écot qui leur revenait. 
    L'existence serait-elle ainsi faite qui se plaît toujours à rappeler quelle force procure une racine, même lorsqu'elle se nourrit d'insuffisances ?
     
    HSTOIRES D'AVANT, Préface de Jacques GROSSARD, Association Mémoire Vivante
    ISBN n° 978-2-918296-11-9 - Louis PETRIAC, 17.80 €      

     

     
     
    Yahoo!

    votre commentaire
  • Image 01 

    1ère couv A. DavidAmateurs de faits chevaleresques et d'épopées moyenâgeuses, vous allez être servis puisque DECAL'AGE PRODUCTIONS Editions va publier fin novembre prochain : Guillaume, Thibaut et Jaquet, chevaliers courage périgourdins. Une fresque proposée par Alain DAVID un ancien enseignant, professeur d'Histoire et de Géographie aujourd'hui à la retraite, qui avait à coeur d'évoquer pour les enfants et les adolescents un univers d'un autre temps. Celui du Moyen âge et de ses joutes chevaleresques lors de tournois qu'il s'est plu à mettre en scène. Sur fond de rivalité amoureuse et de trahison de chevalier félon, il a décrit, souvent avec un luxe de détails, et force imagination ce qu'était la vie provinciale au XIIIème siècle. Avec, en point d'orgue, ce qui tenait au coeur de tous ces bretteurs de tournoi plus orgueilleux les uns que les autres : l'estime de soi ! 

    Guillaume de Bois Mirail, un jeune seigneur du Périgord tombé sous le charme de la belle Anne, la fille du duc d'Abzac, a tout pour s'élever dans la hiérarchie nobiliaire. Eduqué par Bertran, un maître d'armes atypique plus vrai que nature, on est très vite pris dans l'aventure et quelle aventure ! Celle vécue par les Bois Mirail, une lignée du Périgord au moment même où le roi Saint Louis vient de décider d'aller délivrer la Terre Sainte de l'emprise des Infidèles ! Celle aussi de joutes où se rencontrent preux chevaliers et hommes d'armes parfois peu versés dans la délicatesse ! Autour de la rencontre de ces deux enfants malicieux issus de milieux différents, dont la complicité émouvante fait de cette longue histoire une invitation à la découverte d'un Moyen âge romantique à souhait ! Puisque Jaquet et Thibaut, deux enfants que tout opposait, du moins par leurs seules origines, vont vivre finalement une destinée magnifique et devenir, le temps de cette magnifique rétrospective moyenâgeuse, les meilleurs amis du monde !   

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Hist d'avant couverture

    Un témoignage : Histoires d'Avant est sorti qui est l'oeuvre du Périgourdin Louis PETRIAC*. Il est préfacé par le Président de l'association Mémoire Vivante de La Plaine. Ancien maire adjoint de la Ville de Colombes (92), Jacques GROSSARD a aussi été  directeur du Syndicat intercommunal de Plaine Renaissance en Seine Saint-Denis et il est depuis 2000 le directeur général de la communauté d'agglomération de Plaine Commune...

    On le sait, il est des blessures d'enfance qui ont du mal à se refermer. Evoquant dans cet ouvrage son "enfance manquée", l'auteur aborde avec Histoires d'Avant le thème de la résilience si cher à l'éthologue Boris CYRULNIK. Cela, sur fond d'hommage à des êtres qu'il avait longtemps eu du mal à cerner. Une démarche de libération et de restauration de liens essentiels qui lui sont apparus nécessaires après avoir redécouvert récemment l'importance d'un lien familial...

    La suite et le dossier de presse conçu en vue de la sortie de l'ouvrage sont à découvrir à l'aide du LIEN SUIVANT. 

     

    * également auteur de plusieurs autres ouvrages dont une biographie consacrée aux Compagnons de la Chanson. 

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Ecole du Toulon juin 2012

    On vient de le voir, les statistiques sont alarmantes et notamment celles attachées à la proportion de jeunes en mesure de savoir ce que recoupe la rafle de juillet 1942 ! Les médias viennent de le souligner, une majorité nette des moins de trente-cinq ans ne sait pas ce qu'est la rafle du Vel d'Hiv', qui conduisit voici 70 ans à la déportation de plus de 13 000 Juifs arrêtés à Paris par la seule police française. Nous n'évoquerons pas ici les autres faits, nombreux au regard de l'histoire de notre pays, qui restent des domaines méconnus pour un grand nombre de nos jeunes ! Notamment ceux qui, en Dordogne, ont vu entre 1943 et l'été 1944 nombre de maquisards s'opposer aux nazis. Robert SUDEY (photo ci-dessus) fait partie de ceux qui, au péril de leur vie, ont lutté pour que nos idéaux soient préservés et que l'ennemi soit bouté hors de notre territoire. Il a du reste failli y perdre la vie devant Angoulême qu'il était parti libérer avec quelques autres volontaires en août 1944.

    Récemment invité par les enseignants de l'Ecole du Toulon à Périgueux, comme il l'est du reste assez régulièrement, il est revenu devant les élèves sur son engagement de résistant. Il leur a aussi expliqué pourquoi il avait récemment pris la décision de publier son témoignage et d'en faire un livre*. Les enfants, vivement intéressés par son passé de maquisard, montrent quelles sont l'importance et la nécessité de reconduire de telles expériences en milieu scolaire. Pour que les plus jeunes sachent et retiennent ensuite ce qui reste important au regard de l'histoire de notre pays. Nous avions nous-mêmes conçu une page longtemps diffusée sous la forme d'un knol, page qui revient sur les mérites de l'ancien maquisard trélissacois Robert SUDEY. Nous venons de rapatrier cette page que l'on trouvera désormais dans notre galerie des aînés émérites, à la droite (en bas) de notre espace d'accueil. Elle sera accessible en permanence à l'aide du LIEN SUIVANT.

    * Ma guerre à moi, résistant et maquisard en Dordogne, ISBN n° 2-9524117-7-8

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Dédicace 26.06 Sarlat

    Une bien belle dédicace que celle proposée autour de la sortie de l'ouvrage consacré à Claude SARLAT : L'envers du décor... de Claude Sarlat de Marie-Françoise MESPOULEDE... C'était mardi 26 juin dernier et nombreux étaient ceux qui n'avaient pas voulu manquer ces retrouvailles entre anciens acteurs, techniciens et producteurs du cinéaste ! Une très belle soirée sur laquelle revient un court article publié par Sud-Ouest ce même jour (voir ci-dessous).

     

    Art Sud-Ouest 02.07 sortiel

    Yahoo!

    votre commentaire
  • logo_format_jpeg.jpgAurélie FILIPETTI, la nouvelle ministre de la Culture, a confirmé jeudi dernier le retour au taux de TVA réduit de 5,5% pour le livre. Selon, précise le communiqué, un calendrier qui tiendrait compte des contraintes techniques et logistiques du secteur, le livre numérique étant aligné sur le livre imprimé.
    S’exprimant au lendemain d’une réunion avec les représentants des différents réseaux de librairies et des collectivités territoriales, Madame FILIPETTI assure placer l’avenir de la librairie, et plus spécialement des commerces indépendants, « au nombre de ses priorités ».
    Parmi les autres propositions évoquées au cours de cette réunion, le renforcement de la loi du 10 août 1981 sur le prix du livre, l’amélioration de l’accès des librairies indépendantes aux marchés publics de livres, la création d’un futur médiateur du livre et le renforcement des dispositifs d’aide publique existants, afin de mieux accompagner la modernisation des commerces de vente au détail et de leur permettre de faire leur entrée dans l’économie numérique. Un vaste chantier qui préoccupe beaucoup en cette période d'articles jetables !
    Cette concertation lancée par la ministre devrait se poursuivre dans les mois à venir avec l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre, particulièrement les éditeurs, qu’elle a rencontrés précédemment. Il est cependant très peu vraisemblable que ces mesures et le taux de TVA à 5,50% puissent être adoptés dans les prochains mois. A moins que la loi de finances rectificative des prochains jours aborde le sujet...

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Claude Sarlat

    C'est après-demain soir, mardi 26 juin à 18 heures, dans nos locaux près du Palais de Justice à Périgueux, que sera rendu un hommage tout particulier au cinéaste Claude SARLAT. Quasiment cinq ans après qu'il nous a quittés. Cet hommage aura sans doute lieu en présence d'un grand nombre de ceux qui avaient tourné sous sa direction entre 1979 et 2000 et de quelques amis et témoins parmi lesquels Daniel GRANGER et Dominique KLINGLER de NEWSCOPE Audiovisuel qui ont préfacé avec l'ancien chroniqueur Alain BERNARD l'ouvrage hommage qui sera présenté au cours de cette dédicace.

    Un site créé pour l'occasion voici quelques jours : http://claude-sarlat.over-blog.com sera également montré aux visiteurs.  

    Marie-Françoise MESPOULEDE qui avait été scripte au sein des Films Claude SARLAT vient en effet de participer avec l'aide de nombreux témoins à la conception d'un ouvrage hommage*. Un document dans lequel elle revient sur la magie qui symbolisait son compagnon et sur un homme considéré à juste titre comme l'un des derniers défenseurs de la mémoire locale. Très attaché à son Périgord natal et à la vallée de la Dronne, le cinéaste avait lui-même longtemps caressé l'espoir de concevoir ses mémoires de passionné du septième art. Hélas, la maladie et de nombreux pépins de santé ne lui en auront pas laissé le temps, après qu'il se soit encore entretenu de ce projet avec le journaliste Pascal GADEAUD de RADIO LIBERTE à Ribérac. C'était quelques mois avant sa disparition. Il aurait été dommage que cette magie n'opère pas une fois de plus, lui qui savait faire superbement passer ses idées en totale complicité avec ceux qu'il dirigeait. Ce recueil souvenir de 150 pages abondamment illustré rappellera à beaucoup quelques-uns des moments dont ils ont à coup sûr gardé un excellent souvenir. Rédigé sous une forme anecdotique, il convenait de se souvenir avec un brin d'humour de ce qu'avait été l'envers du décor de Claude SARLAT ! Nous saurons très vite avec l'auteure si nous y sommes parvenus !  

    * L'envers du décor... de Claude Sarlat, ISBN n° 978-2-918296-13-3 

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Alain Bernard Photo S-OCe qui est rassurant avec les fidèles et les amis, c'est qu'ils ne vous oublient jamais tout à fait. Même longtemps après qu'aient disparu ceux auxquels ils s'étaient attachés ! Et lorsque Marie-Françoise MESPOULEDE, "en vestale claude-sarlatienne", est allée proposer son travail à Alain BERNARD, elle a, de suite, été rassurée, la mémoire d'Alain débordait de souvenirs !  

    Comme s'il était possible, pour reprendre le corps des souvenirs que l'ancien chroniqueur de SUD-OUEST conserve de ce "cinéaste des humbles qui faisait rêver d'Hollywood au milieu des picadis périgordins... de faire abstraction d'une facette très prosaïque du talent de ce garçon aux talents variés : celle par exemple du chef-projectionniste qu'il incarna dans les salles du 7e art du Périgueux d'il y a près d'un demi-siècle, adeptes du 35 mm". Que de souvenirs, que de souvenirs au travers des propos de l'un des chroniqueurs préférés de Périgueux !... Claude SARLAT fourbissait ses toutes dernières armes de cadreur à FRANCE 3 Limousin Poitou Charentes et Alain BERNARD, à la recherche de quelque recette susceptible de retenir l'attention, confortait déjà une présence. Celle dont beaucoup avaient sans aucun doute besoin en Périgord où, sur les marchés, règne une légendaire bonne humeur et où les potins de la commère ne demandent qu'à être mêlés aux salades des étals. 

    Pour Alain BERNARD, Claude SARLAT était également intarissable sur les surprises de la cabine de projection. Un soir de Noël, écrit-il dans cette préface, une petite souris pointa son museau et alla choir dans la salle !... Entre autres clins d'oeil dont il est coutumier quand sa mémoire s'allume, Alain BERNARD est resté, avec cette préface, l'homme que l'on connaît et que la moindre surprise amuse. Et comme nous ne demandons qu'à rire avec lui, nous ne pourrons qu'être ravis ! 

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Darse sans les terrils, 1950 overblog

    La darse de la Charbonnière 2012 Overblog

    Cinquante ans séparent ces deux photos prises aux limites du XVIIIème arrondissement de Paris et d'Aubervilliers !... A un endroit où voici encore vingt ans on déchargeait de péniches amarrées le long d'un bras du canal Saint Denis du charbon pour le livrer aux usagers. Qui pourrait le croire ! Et pourtant c'est une réalité puisqu'une Cité du Millénaire y a été inaugurée faisant la part belle à un secteur marchand et à un lieu de promenade (photo ci-dessus). Une vaste zone d'achalandage où trois cents entreprises viennent même d'y implanter plusieurs points de vente en quelques mois !

    Maurice le charbonnier 2001Dans un quartier qui, aujourd'hui, a tourné la page sur un passé à la fois encore si proche et, en même temps, déjà si lointain, il reste au beau milieu d'une étendue où le charbon régnait alors en maître, quelques souvenirs de ce qu'a pu être l'existence de ceux qui y vivaient ou qui y travaillaient. Certains y exerçaient souvent difficilement un métier dont peu se souviennent quelle était la dureté : bougnats, charbonniers, travailleurs de force, bistrotiers... Des professions sur le point de disparaître totalement de notre univers... Entre espoir et promesses d'un avenir plus souriant, ils étaient quelques-uns à vivre ainsi modestement de leur labeur qu'ils supportaient, certaines fois aussi, avec résignation. Mais s'ils étaient rompus à la difficulté, c'est surtout parce que beaucoup avaient, tout simplement, choisi de faire face pour que les leurs ne manquent de rien et qui sait, qu'ils s'en sortent un jour.

    Louis PETRIAC, l'auteur d'HISTOIRES D'AVANT est né et a vécu quelques années à cet endroit... Sans pour autant oublier ses origines et ce qui faisait avancer les gens de peu dont il était issu ainsi que les valeurs auxquelles tous les siens étaient sensibles ! Certes, dans un pays défiguré par la dernière guerre, seul comptait pour la plupart d'entre eux l'essentiel ! C'était au bon vieux temps de la France d'avant, celle des années cinquante ! Un temps différent où les gens avaient à nouveau besoin de croire en l'autre après un peu plus de quatre longues années d'atrocités vécues sous le joug nazi !

    HISTOIRES D'AVANT, Louis PETRIAC, ISBN 978-2-918296-11-9

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Joëlle Le Pontois-BernardMichel Bernard 02

    1ère ObroutcheffMichel BERNARD et son épouse Joëlle LE PONTOIS-BERNARD étaient les invités du 8ème Salon du Livre Russe de Paris qui se tenait le 22 avril dernier. Ils y ont présenté leur biographie sur le Général Obroutcheff qu'ils avaient publié sous notre label l'été dernier. Cette journée était organisée par l'Association des Anciens Officiers de la Marine Impériale Russe que M. JÉVAKOFF préside et qui est auteur d'un remarquable ouvrage sur l'immigration russe : Les Russes Blancs paru aux Editions TALLANDIER en 2007.

    La journée très agréable a été ponctuée de plats typiquement russes et délicieux et nombreux étaient les auteurs talentueux qui assistaient aux débats. Les BERNARD ont eu l'occasion d'y rencontrer Vladimir FEDOROVSKI, auteur de nombreux romans mythiques russes qui ont été publiés aux Editions du Rocher. C'est indéniable, Nicolas Nicolaïevich OBROUTCHEFF a trouvé au sein de ce salon un intérêt et une amitié chaleureuse et les auteurs de la biographie auxquels nous nous joignons remercient tous les organisateurs de ce salon. 

    Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique