• Pour moi la vie va commencer, s'était-il dit en 1963 ! Comme Johnny Hallyday !

    Pour moi, la vie va commencer s'était-il dit ! Comme Johnny !Dans son ouvrage : Max... une fantastique odyssée, Max MARCHAPS revient sur ses débuts à la tête de la SELP qu'il avait créée en 1962 à Mareuil-sur-Belle. « Pendant trois ans, écrit-il, choisissant de ne pas me payer, je me nourrissais uniquement de sandwiches en privilégiant les investissements machines et le paiement des salaires de mes employés. C'était comme à la guerre, il fallait foncer et ne pas compter. Ni son temps, ni ses efforts. Je crois que j'aurais pu travailler jusqu'à en mourir, prêt à me battre jusqu'à mon dernier souffle et si les affaires avaient mal tourné, j'y restais resté. Il n'y avait pas de demi-mesure possible. Certains, dans ces cas-là, auraient attenté à leurs jours et se seraient tués d'un coup de fusil. On l'a déjà vu. J'avais cependant une sorte de force en moi et une bonne étoile devait veiller sur moi ; je n'avais peur de rien. Pour preuve, je rappellerai cet événement, qui se déroula un an avant celui que je viens d'évoquer, au tout début de la SELP, en 1963. Je n'avais plus du tout d'argent, mon entreprise était au plus mal, tout autant que mon moral. Je revenais de Paris en 404 par la départementale 675 par une nuit claire et étoilée. Je n'avais pas pris de vrai repas depuis plusieurs jours et à Orléans, dans un grand hôtel restaurant routier "Les Loges", je bus un coup de rouge et mangeai un sandwich. Machinalement, en relavant la tête, j'aperçus Johnny Hallyday à la télévision. Il chantait l'une de ses dernières et plus célèbres chansons : "Pour moi la vie va commencer !" Sans savoir pourquoi, ce refrain me toucha. D'Orléans à Mareuil, dans ma voiture, je me mis à chanter à tue-tête Pour moi la vie va commencer ! Cela me regonfla le moral et je me sentis aussitôt mieux. La vie est souvent faite de désagréments. S'en inquiéter et abdiquer n'est pas une solution. Il faut aussi parfois trouver la force d'en rire pour repartir avec une force nouvelle. »

    Un très belle leçon d'espoir que cette parenthèse sur le regretté Johnny HALLYDAY !

    « Mai 1944... On apprenait en Périgord que les Alliés allaient débarquerFemmes maltraitées... Shunet a besoin de vous ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :