• S'adapter ou disparaître...

    C'est devenu banal et pourtant tellement fréquent dans un environnement économique qui donne à beaucoup le sentiment d'être de plus en plus inaccessible ! Surtout quand il s'agit de faire preuve d'adaptabilité et de créer, en lien avec le progrès, de nouveaux outils de production. 

    Fin des années quatre-vingt... Le secrétariat est en passe, avec l'arrivée de Word et des premiers logiciels sous Windows, de réellement évoluer. Seul bémol et il est de taille : cet équipement est proposé à des conditions qui dépassent l'entendement et qui touchent généralement les produits innovants comme celui que vient de mettre au point un dénommé Bill GATES. Chacun s'en souvient encore : acheter un PC demandait en effet près de 20.000 Francs, soit l'équivalent de 3.000 € et très peu de particuliers, voire même de commerçants, ont été en mesure d'en acquérir au cours de ces années-là. Car, outre le PC, il fallait aussi s'équiper parallèlement d'une imprimante, pas davantage bon marché et d'un fax car, faute de disposer comme aujourd'hui de la possibilité d'envoyer des mails,  il fallait pouvoir communiquer rapidement, soit avec les administrations, soit avec d'autres points de vente.  

    image_couverture_j_prast_copie.jpgLouis PETRIAC, devenu Ecrivain Public au sortir d'une galère de quelques années et de quelques ennuis de santé, s'est trouvé confronté au cours de ces années-là à des impératifs coûteux dès le démarrage de sa nouvelle activité. Mais ne fallait-il pas déjà s'adapter aux exigences et aux coûts prohibitifs pratiqués sur le marché ou continuer à pointer comme quelques autres à l'agence locale ANPE ? Que l'on soit riche ou pas ? Avec des mailings postaux qui devenaient de véritables investissements difficiles à amortir parce qu'il fallait se faire connaître et répondre aux attentes d'une clientèle en pratiquant des prix assez serrés ? Sans pouvoir envoyer le moindre mail à un coût maîtrisé ?

    Dans un ouvrage assez décapant toujours disponible en ligne : Au-delà de la passion... l'un des premiers publié durant l'été 2006 sous le label DECAL'AGE PRODUCTIONS Editions (couverture ci-dessus), l'auteur évoque ses rencontres souvent déterminantes et quel était le challenge qu'il avait alors à relever. Surtout après avoir eu la chance de participer à un CA SE DISCUTE chez Jean-Luc DELARUE sur France 2. Il parle aussi de ceux qui faisaient appel aux services du modeste Ecrivain Public qu'il était. Ce seront ainsi quinze années passées à se révolter contre une image d'Epinal qui continue encore aujourd'hui à coller aux Ecrivains Publics et à une profession que l'on s'obstine à présenter comme une activité libérale susceptible de faire vivre un travailleur. Alors qu'elle est le plus souvent génératrice d'honoraires de misère et de marges dont il vaudrait mieux ne pas parler. Pire, en n'hésitant pas à envoyer au "casse-pipe" des gens qui, démunis, s'attendaient à trouver un travail décent et qui, très vite, après avoir suivi deux ou trois années de formation vont avoir à faire face à une couverture de charges déraisonnables.

    De cette bagarre de chaque instant, et pour tout simplement rester vivant, s'est progressivement imposée une idée qui permettra fin 2005 à Louis PETRIAC de travailler à la création d'un label : DECAL'AGE PRODUCTIONS EDITIONS. La boucle était bouclée avec la fin d'une aventure et le début d'une autre !

    AU-DELA DE LA PASSION..., Louis PETRIAC, 14 €  

     

    « Une initiative originale...Et surtout un bon Noël !... »
    Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :