• Des personnages atypiques que ces bougnats d'antan...

    Des personnages atypiques que ces bougnats d'antan...

    Ils étaient quelques-uns ces bougnats d'antan à fréquenter le bar du père de l'auteur, ce Roi du Café situé à la limite du 18è parisien et d'Aubervilliers, dont il parle avec nostalgie dans Histoires d'Avant, alors qu'il venait d'apprendre que son ancien quartier avait été rasé pour laisser la place à un complexe marchand : Le Millénaire. Et tous avaient leur personnalité et... leurs petites manies dont le gamin qu'il était dans les années cinquante se souvient encore !

    EXTRAITS DE L'OUVRAGE : Coco, lui aussi, aurait pu faire partie de la bande… Avec ses bonnes joues rouges, son œil malicieux et son éternel sourire moqueur au coin des lèvres, Coco le charbonnier a, également, longtemps été associé à notre rue de la Gare et à son Roi du Café. Sans que l’on parvienne à savoir de quel coin il était issu, il venait semble-t-il aussi, du Rouergue. Pour nous qui étions des gamins pas encore dégrossis, l’homme avait plutôt des faux airs de cow-boy et je me plaisais souvent à l’imaginer sur un cheval avec un chapeau couvrant sa mèche rebelle. Avec sa Gauloise à la bouche, nous n’étions, c’est vrai, pas très loin de l’éternelle image planétaire !…

    « Qu’est-ce qu’il veut boire Coco ? »… Cinquante ans après, je n’ai pas oublié la scène ni l’homme mal réveillé en veste de daim, répondant évasivement : « la même punition qu’hier… un petit rosé ». Triturant un mégot resté en suspens au coin des lèvres, hissé sur un meuble sur mesure qui couvrait un compteur à gaz situé près de la devanture du débit de boissons, la place avait fini par devenir la sienne. Celle d’un homme qui, selon mon vieux père, était « aussi souple qu’un verre à lampe » et dont je n’avais jamais réussi à savoir ce qui lui avait valu ce surnom de perroquet.

    « Avec une plume au c… tu aurais fait un oiseau rare Coco ! » plaisantait-il toujours dès que l’ostrogoth s’était perché à sa place habituelle face à un rayonnage où nous entreposions bouteilles de sirop et alcools rares ! Ce n’était pas bien méchant et ces petites chicaneries faisaient partie du quotidien liant des gens issus de cette région si attachante et particulière qu’était l’Auvergne. Tout était permis, les gracieusetés fleuries comme le reste ! A plus forte raison dans un quartier où on aimait souvent plaisanter les autres sans méchanceté aucune. L’homme n’était d’ailleurs jamais en retard ! Surtout passés les quatre heures de l’après-midi, une fois sorti de la douche ! C’était même le premier de toute la bande de La Charbonnière à se manifester !

    « 2018... Après une page Chanson française, notre production s'élargitFin août 1944... Le maquisard trélissacois était salement amoché ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :