• 20 août 1944... Périgueux se souvient !

        Libérateurs périgx 1944   

    Le 14 août dernier, notre maquisard trélissacois fêtait ses... 90 ans ! Et, en ce jour de commémoration du 20 août, 24 heures après que, localement, on se soit souvenu avec un peu d'avance de ce qu'avait représenté cette libération de Périgueux, beaucoup de ceux qui sont restés parmi nous auront une pensée pour tous ces hommes. Et pour lui ! Certains auraient été prêts à donner leur vie pour bouter l'occupant nazi hors de notre territoire ! Beaucoup de nos quotidiens sont du reste, dès hier mardi 19, revenus sur cet anniversaire... Pardi, 70 ans, ça n'est pas rien ! Mais que reste-t-il aujourd'hui de cet esprit qui animait beaucoup de ces hommes qui, sur la photo du haut, posaient pour la postérité ? A vrai dire, pas grand-chose en des temps où les histoires de Nation, de patriotisme et de respect de l'autre en ont pris un sacré coup dans l'aile !

    9782918296232Robert SUDEY, lui, se souvient d'autant mieux de tous ces événements du 20 août 1944 que, depuis six ans, il n'a pas cessé d'oeuvrer pour que l'on rétablisse quelques-uns des faits. Et que l'on rende grâce également à certains de ceux que l'on a trop vite oubliés. Comme son ami Marcel LAROCQUE du Corps Franc Marc qui avait été l'un des témoins privilégiés de l'affaire du train de Neuvic et que La Torpille* considère comme l'exclu du récent dialogue entrepris pour cerner le rôle de chacun des protagonistes de l'affaire. Dans un ouvrage (en photo ci-contre), destiné au départ pour ses petits enfants et qui, depuis, réédité en août 2013, a été plus largement diffusé en Périgord, il revient sur ces omissions et sur certains des faits d'arme qu'on a pas voulu reconnaître en haut lieu, dès lors qu'il s'est agi de rendre grâce à ces hommes. Comme il le déplore dans une lettre qu'il a adressée au Président de la République, il n'est pas un médaillé olympique ni un chanteur qui aura été à la mode un été et donc... Donc, il a appris au fil des années à se passer de distinction. De son engagement, et des lendemains de cette libération de Périgueux, il lui reste tout de même un autre souvenir et non des moindres ! Avec un bras qu'on avait menacé de lui ôter et dont un obus ennemi avait eu raison. S'il n'y avait pas eu, comme il le clame dans Ma guerre à moi... Résistant et maquisard en Dordogne, ce Professeur FONTAINE pour venir à son secours et lui greffer des tendons de chien, il serait resté profondément handicapé et marqué à vie !

    Merci Robert SUDEY et longue vie à vous ! 

     

    * Le nom de maquisard de Robert SUDEY

    « Vous seriez plus de 250 000 à vous rendre chaque jour chez un guérisseur...Votre propre récit de vie ? Et pourquoi pas ?... »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :