• Fred Mella va fêter ses 95 ans...

         Fred à l'école d'Annonay

      Fred (fléché) à l'école d'Annonay en Ardèche dans les années trente !  

     

    Ceux qui ont aimé la belle Chanson Française gravitant autour d'Edith PIAF, de Charles TRENET, de Charles AZNAVOUR, Gilbert BECAUD, Jean FERRAT, Francis LEMARQUE, Serge REGGIANI et de quelques autres n'ont pas oublié l'ancien soliste des COMPAGNONS DE LA CHANSON, Fred MELLA qui chantait encore en 2012 et qui fêtera dans quelques jours, le 10 mars très exactement, ses... 95 ans ! On le revoir sur l'extrait vidéo ci-dessus lors d'un passage dans l'émission Vivement Dimanche de son ami DRUCKER en février 2007.

    Nous avions du reste consacré quelques pages à son parcours dans la biographie de 360 pages abondamment illustrée que nous avions publiée en mai 2011 : Entre mythe et évidences. Comme l'écrivent les auteurs dans leur ouvrage, qui aurait cru en septembre 1943 qu'en remplaçant à son arrivée à Lyon le soliste en titre des COMPAGNONS DE LA MUSIQUE, un dénommé Jean VERLINE, Fred MELLA, en qualité de pierre angulaire d'une structure mise en place à Lyon par Louis LIEBARD, deviendrait le soliste d'un ensemble appelé à connaître rapidement une consécration internationale. Avec, songez, une carrière de quasiment soixante-dix années de chanson au sein, d'abord, des COMPAGNONS DE LA MUSIQUE, puis ensuite, entre 1946 et 1985, au sein des COMPAGNONS DE LA CHANSON avant de finir en solo à partir de 1986 ! Pour ce "chansonnivore" un nom que lui avait donné son ami Charles AZNAVOUR disparu en octobre dernier, il aura fallu quelques pépins de santé pour que ce passionné de chanson mette un terme à ce que l'on pourrait dans son cas considérer comme un sacerdoce. Car, cela ne fait aucun doute, Fred MELLA est entré en chanson comme on entre en religion. "Je me demande, a-t-il dit un jour à Michel DRUCKER, comment j'ai fait pour chanter, chaque soir, onze mois par an depuis 1943, sans compter les répétitions et sans avoir de problème de voix, en dehors d'un enrouement lors d'une représentation en Allemagne".

    Pour témoigner de cet intérêt resté fort, Fred avait d'ailleurs accepté en mars 2016 de préfacer notre ouvrage consacré à deux de ses partenaires et amis au sein des COMPAGNONS, Jean BROUSSOLLE et Jean-Pierre CALVET.

         

    Une très belle leçon de longévité que la plupart des Compagnons auront éprouvé puisque les trois derniers à disparaître : Gérard SABBAT et Jean-Louis JAUBERT, décédés en 2013, et Paul BUISSONNEAU étaient respectivement âgés de 87, 92 ans et 89 ans. Avec son frère cadet René, l'ancien directeur musical des Compagnons Marc HERRAND et le benjamin GASTON, ils ne sont désormais plus que quatre à rester les témoins d'une réussite qui passe encore pour avoir été exceptionnelle et aussi l'assurance que la passion conserve !

    Les amateurs et toux ceux qui apprécient l'homme pourront retrouver un article complet sur Fred MELLA en s'aidant du lien suivant :  Portrait Fred Mella

    Entre mythe et évidences, C. FOUINAT et L. PETRIAC, ISBN n° 978-2-918296-02-7   

    « Magda Goebbels ou les hésitations d'une perverse...Magda Goebbels, ou le profil ignoré d'une réelle perverse narcissique... »
    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 8 Juin à 00:31

    Fred Mella, les frères Mella

    Passez le bonjour à Fred,

    D'abord en lui dédiant cette vidéo: https://streamable.com/42ni8.

    Cette cloche, c'est le bourdon de la cathédralle d'Autun. Autun première ville chrétienne dont je suis l'historien après M. le Chanoine Grivot. Première ville comme je l'ai raconté à M. Obama parce qu'au premier siècle le temple de Janus, situé à Autun est en fait, celui de la compagne du Christ. Mes recherches sont les plus poussée à l'heure actuelle. C'est une longue histoire qui croise la chanson d'Edith Piaf, la Cathédrale d'Autun où je révèle au monde qu'elle contient deux testaments de la Sainte de Paray le Monial. Deux vitraux réalisés bien près sa mort, qu'elle avait pris soin de dessiner elle-même et dont j'ai les clés pour le prouver. Je viens de déchiffrer en première mondiale le tympan célèbre de cette cathédrale et ai offert la découverte à la famille Royale il y a deux jours. Maintenant, pour déchiffrer un des vitraux de la Sainte de Paray où figure une petite cloche au pied d'un prélat supposé être le Pape, je fais un lien entre le bourdon d'Autun et le vitrail au moyen de la chanson interprétées par Les compagnons et Edith Piaf. Je demande toujours la permission même après coup d'emprunter une chanson, ou je préviens l'interprète. Veuillez donc faire cette demande pour moi, Daniel Arnoud, traducteur et décodeur du vitrail de la Sainte, Le vitrail fait état des prédictions du CHrist pour l'Apocalypse, thème qui est é au tympan du XIIème siècle de la même cathédrale.

    Pourquoi Fred et cette chanson? Parce qu'Annonay, je connais. Surout Galéliaure où avec ma famille, nous allions nous baigner. C'est plus simple ça que ce qu'il y a au dessus.

    Merci et si Fred veut répondre, ce n'est pas possible de me joindre. Ma vie est rendue impossible depuis que je touche à ces traductions, décodages, faits d'histoire.

     

    Cdt

    Daniel

    2
    Samedi 8 Juin à 00:34

    Pardon pour les fautes car suis dyslexique. La traduction du tympan de la cathédrale a été produite il y a deux jours à la famille Royale d'Angleterre. Pour soigner un peu l'Europe et ses discordes.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :