• Le buzz est lancé... à propos d'une biographie... Les dessous du dossier !

    1ere couv en 75 dpiEntre mythe et évidences... Pourquoi un tel titre ?

    La question s'est longtemps posée avant que l'éditeur, redevenu auteur le temps d'une production, ne tranche. Louis PETRIAC venait de prendre connaissance d'une autre publication aux accents biographiques : "Juliette GRECO, l'invention de la femme libre" de Bertrand DICALE et il envisageait de livrer son travail sur les COMPAGNONS DE LA CHANSON et de travailler avec un confrère en Belgique, les EDITIONS DE L'ARBRE qui avait pas mal échangé avec lui autour de ce projet avant d'observer, soudain, un mutisme inexplicable. Alors que sortait chez eux une autre biographie Chanson française consacrée à Hugues AUFRAY. Dans l'esprit de Louis PETRIAC, peu décidé à laisser de côté un travail déjà pas mal avancé, il fallait un titre qui sorte du lot pour évoquer, non seulement une longue carrière artistique d'une quarantaine d'années, mais aussi pour répondre à certaines questions que l'on continuait à se poser à propos de ceux qui disparaissent du jour au lendemain de l'univers médiatique et du monde du spectacle. Un monde de chimères ingrat à plus d'un titre.

    Inutile de souligner que le choix n'a pas été très simple et qu'il a valu quelques échanges parfois assez vifs avec certains supporters des Compagnons qui avaient peur que le titre soit perçu comme celui d'une dissertation sociologique et qu'elle lasse les fâchés avec le texte. Pire, l'un d'entre eux craignait même que le public Compagnons, qu'il qualifiait de moins cultivé que celui de Brassens et Ferré (ce qui aurait plu à Hubert LANCELOT qui avait eu à batailler contre un type analogue de constats évoquant sa phobie de ce qu'il nommait du nom de "parisian-nisme") n'adhère pas à un titre qu'il trouvait pour sa part "trop pompeux". Nous étions pourtant chez DECAL'AGE PRODUCTIONS éditions convaincus qu'il fallait un titre qui n'était pas nécessairement celui d'une biographie repassant les temps forts d'une réussite, mais un titre qui lancerait également un débat. Le fameux buzz... Après tant d'années de réussite, comment en effet pouvait-on expliquer que les COMPAGNONS DE LA CHANSON aient ainsi disparu ? Que leur seul nom provoque de tels mutismes ! Surtout après un tel début de parcours aux accents mythiques ? Il ne s'agissait donc en aucun cas de disserter ou plus trivialement de p... plus haut que... mais, très simplement, d'analyser. En étant convaincu que chacun comprendrait.

    Je viens de recevoir l'ouvrage enchanteur des Compagnons, nous a écrit l'un d'entre eux qui demeure en Aquitaine. Un court message qui ne nous donne pas le sentiment que les admirateurs des Compagnons vont se "barber" en lisant Entre mythe et évidences !  Mes félicitations et mes remerciements pour le bonheur qu'il procure à revivre leur épopée, ajoute-t-il. A 83 ans, j'ai forcément mené une existence en lointain parallèle avec cette merveilleuse aventure. Quelle joie et quel privilège d'avoir pu les applaudir sur scène à l'Olympia !La lecture me fait revivre avec émotion les moments d'émerveillement qu'ils nous ont donnés ! Encore merci et avec une amitié sincère dans notre passion commune !

    A lire certains autres de ces premiers commentaires qui nous sont parvenus, il n'est pas certain que ce public Compagnons n'aient relevé que des accents sociologiques au débat lancé par les auteurs de Entre mythe et évidences. Et tant mieux ! 

    « L'invitée de marque de Decal'Age Productions : Annie Calvet...Entre mythe et évidences... On en parle à Périgueux... »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :