• Les Marchaps à Mareuil (24)... Entre père et fils, ça collait !

    Les Marchaps à Mareuil (24)... Entre père et fils, ça collait !

    Les Marchaps à Mareuil (24)... Entre père et fils, ça collait !Max MARCHAPS raconte dans son ouvrage consacré à la création de la SELP, de quelle façon il s'y était pris pour convaincre son père, maire de leur commune de Mareuil-sur-Belle, de ses projets de création. Les deux hommes avaient longtemps travaillé de concert en unissant leurs efforts et Max (ci-dessus devant leur camionnette de négociants ruraux) craignait que son départ ne soit pas bien perçu. D'autant qu'il allait avoir besoin de puiser dans leurs économies pour lancer son projet.

    EXTRAITS : « J'avais prévu d'investir ces fonds dans l'activité de plastification. C'est du moins ainsi que j'avais planifié les choses. En théorie, c'était on ne peut plus simple. Si j'étais bien résolu à me lancer, il me restait à faire accepter le projet à mon père qui, à l'époque, était aussi le maire de Mareuil. Ce n'est pas que j'avais absolument besoin de lui, mais les rapports que nous avions l'un et l'autre étaient axés sur une confiance mutuelle que je me devais de respecter. D'autant qu'avec mon père ces rapports étaient très agréables, basés sur une sorte de camaraderie qui se rencontre assez peu entre père et fils. Nous parlions entre hommes, sans avoir recours aux chichis habituellement utilisés et liés à l'autorité... Nous en discutâmes longuement et j'eus au bout du compte le sentiment d'avoir été persuasif. l'argument de la désertification des campagnes fut évidemment évoqué ainsi que la nécessité de s'adapter aux récentes mutations sociales et économiques... L'affaire que je lui proposais le dépassait même un peu. Entre un commerce de tissus et l'industrialisation à grande échelle des laminés plastiques, cela faisait tout de même une sacrée différence ! Il y avait cependant une autre raison, que je me dois de rapporter ici. Il avait pour sa part déjà essayé de monter une affaire dans le domaine des transports, quelques années auparavant, et elle n'avait pas abouti. Alors, comme on dit, chat échaudé craint l'eau froide. C'est pourquoi il redoutait de se lancer désormais à nouveau dans la création d'une nouvelle entreprise. Enfin, et ce n'était pas rien, il avait l'obligation, en s'engageant, d'hypothéquer la propriété de mon grand-père. Une chose à laquelle il ne pouvait absolument pas se résoudre. C'est ce qui le poussa à renoncer définitivement à s'engager sur ce projet... Il finit donc par me conseiller d'agir en fonction de mon intuition. c'était la réponse que j'attendais pour foncer »...

    MAX... UNE FANTASTIQUE ODYSSEE, Max MARCHAPS, ISBN n° 978-2-952411-79-0

    « Magda, la chienne du Troisième Reich... L'article de la Dordogne Libre !Magda Goebbels, une perverse narcissique ? Son profil... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :