• Mai 1944... On apprenait en Périgord que les Alliés allaient débarquer

    Il va recevoir la Légion d'Honneur...

    Mai 1944... On apprenait en Périgord que les Alliés allaient débarquerA près de 94 ans, il les aura en août prochain, Robert SUDEY s'en souvient encore. D'autant qu'il était chargé avec quelques autres maquisards de veiller à la réception des "colis" que l'on envoyait par avion, de nuit, chez les Résistants. En Périgord comme ailleurs à la veille du débarquement des Alliés en Normandie. La montée de divisions comme la terrible "Das Reich" venue de Montauban et à laquelle on devra des massacres comme ceux de Tulle ou d'Oradour-sur-Glane, nécessitait des moyens dont les quelques volontaires étaient souvent privés afin de poursuivre leur lutte contre l'occupant. Et cela dès le mois de mai où, en Périgord, les opérations de sabotage s'étaient intensifiées. Son croquis assez précis donne une idée des endroits où étaient effectués les parachutages d'armes, souvent de vastes clairières d'une dizaine d'hectares situées à proximité de fermes et d'un bétail utile aux opérations.

    Lors de la réédition de son récit : Ma guerre à moi, réédité en août 2013, il avait travaillé à l'élaboration d'un croquis (ci-dessus) pour expliquer de quelle façon étaient collectés les armes parachutées de nuit aux Résistants. Il s'agissait souvent de "noyer le poisson" et de s'appuyer sur des travaux, ceux de la ferme, pour préparer des terrains plus à même d'accueillir les fameux colis. Des bêtes étaient même réquisitionnées pour tirer les conteneurs sans que les Allemands soient alertés par la présence de camions qui auraient pu paraître étranges. Dans son ouvrage, SUDEY explique malicieusement comment les messages parvenaient prudemment aux principaux responsables sans que ceux-ci soient repérés. « Alors que je me trouvais chez le propriétaire de la ferme du Jamet, à proximité des Choses, une ferme tenu par un dénommé Fayolle rebaptisé du nom de Prince où des boeufs avaient été pris en pension, une personne demanda à me voir. Elle cherchait, paraît-il, une dinde pour Noël ! J'avais déjà entendu ces mots-là à maintes ocaasions et je ne crus pas de voir faire preuve de méfiance, ni prendre congé de mon interlocuteur. D'un autre côté, s'il avait choisi de me demander, à moi, une pareille volaille, six mois avant les fêtes, c'est qu'il savait à qui il avait à faire et quelle était mon tour de main pour estourbir les volailles dans les basses-cours !... »

    Le récit de Robert SUDEY sera proposé dans notre espace au prochain Salon du Livre de La Douze le 27 mai prochain. Pour que l'on se souvienne de tous ces combattants de l'ombre et du sacrifice de certains d'entre eux !

    MA GUERRE A MOI.... RESISTANT ET MAQUISARD..., R. SUDEY, ISBN n° 978-2-918206-23-2

    « L'inoubliable Marc Herrand fête aujourd'hui ses 93 ans !Pour moi la vie va commencer, s'était-il dit en 1963 ! Comme Johnny Hallyday ! »
    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :