• 18 juin 1940... il allait avoir seize ans !

    18 juin 1940... il allait avoir seize ans !

    18 juin 1940... il allait avoir seize ans !"Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi..."

    18 juin 1940... Quand on arrive à l'âge de seize ans, certains événements prennent soudain un peu plus d'importance qu'ils n'en avaient jusqu'alors ! Et ce 18 juin-là, ce n'est pas la commémoration en pleine débâcle de l'anniversaire de la bataille de Waterloo qui occupe l'esprit du jeune Robert mais plutôt cet appel du maréchal Pétain entendu la veille. Car rechercher avec l'ennemi et même dans l'honneur, une solution destinée à mettre un terme à une situation devenue préoccupante, n'est pas acceptable. Cela le sera d'autant moins que va suivre l'appel d'un homme encore inconnu de beaucoup* et entendu quelques jours plus tard

    Alors qu'il vient de perdre l'affection de son frère aîné tué à la guerre qui veillait sur lui depuis la disparition de leur mère, abandonner le combat comme vient de le demander le maréchal Pétain ne lui paraît donc pas être une solution. Ce qui l'est en revanche, ce serait plutôt de résister face à l'occupant nazi. Robert SUDEY y songera régulièrement jusqu'à ce qu'il soit en âge de s'engager et de devancer l'appel et il lui faudra néanmoins attendre janvier 1942 pour gagner le 27ème bataillon de chasseurs alpins. Il y apprendra pendant un peu plus d'une année le maniement des armes, tant offensives que défensives, avant de regagner son Périgord natal et de s'y illustrer du côté de Sorges en tant que maquisard dans les rangs de la Résistance acceptant différentes missions, tant au sein des FTP qu'au sein d'unités comme celle dirigée par celui qui deviendra par la suite son ami : Marcel LAROCQUE.

    Dans Ma guerre à moi... Résistant et maquisard en Dordogne, un ouvrage d'abord conçu à tirage limité puis plus largement diffusé, Robert SUDEY revient sur son engagement de résistant de la première heure et sur des faits d'arme qui lui vaudront de manquer perdre un bras lors de la libération d'Angoulême. Un engagement qui aurait dû lui valoir d'être décoré de la Légion d'Honneur, une distinction qu'il n'est cependant jamais parvenu à obtenir.

    MA GUERRE A MOI... RESISTANT ET MAQUISARD EN DORDOGNE, Robert SUDEY, 20 euros, ISBN n° 978-2-918296-23-2

      

    * Colonel, promu général de brigade à titre temporaire, il venait d'être nommé sous-secrétaire d'Etat à la Défense nationale. 

    « Le miroir brisé... La découverte de l'horreur !Guy Bourguignon le méconnu... »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :