• Passionné de peinture et d'art, il aimait une petite ouvrière !

    Passionné de peinture et d'art, il aimait une petite ouvrière !Quand il lui a fallu choisir entre celle qu'il aimait et qui était si tendre et ceux qu'il adorait et auxquels il devait de s'être avancé dans la vie, malgré une enfance passée à endiguer maintes pathologies, le choix a été terrible pour le tout jeune homme qu'était encore Jean RODON (ci-contre). Comme il l'écrit dans son ouvrage :

    Extraits : Le soir, en me dirigeant vers le métro à Rambuteau, je me mis à rechercher les mots que j’allais utiliser pour annoncer la nouvelle à Sophie espérant la voir. Me voyant arriver, le poinçonneur de billets qui, en général, était toujours le même, me fit un petit sourire complice, car nous échangions quelquefois quelques mots au passage. Avec son léger accent du terroir, il me dit : « elle est là la petite ». Confiante, Sophie était effectivement assise sagement sur la banquette, la nôtre, près d’un distributeur qui la cachait un peu. 

    Ayant tourné la tête pour voir si j’arrivais, elle me fit un petit signe de la main. La panique s’emparant de moi, je sentis mon pas devenir subitement plus lourd, ralentissant comme si on m’avait soudain forcé à avancer. S’étant levée pour me rejoindre, elle comprit, rien qu’à l’expression de mon visage et de l’hésitation de ma démarche, que quelque chose de grave se passait. Se blottissant contre moi, elle se mit à sangloter, comme si l’instinct de ceux qui s’aiment ne pouvait jamais se tromper. La gorge serrée, dans l’impossibilité de prononcer une parole, je la pris dans mes bras en la serrant très fort contre moi. Je n’avais plus envie de la lâcher. Nous n’étions plus qu’une petite masse sombre au milieu du quai vide, les moindres bruits raisonnant sous la voûte de la station. Retournés nous asseoir, je réussis à dominer mon émotion pour lui expliquer la situation. Elle comprit tout de suite que nous allions être séparés brutalement et sans préavis. S’étant à nouveau blottie contre moi, elle se mit à pleurer très fort, presque à crier et ma douleur était tellement forte que je faillis hurler avec elle toute notre détresse. Étroitement enlacés, nous n’arrivions plus à endiguer notre souffrance. J’aurais voulu en cet instant ne jamais avoir existé. Il était tard et les quelques voyageurs qui attendaient encore sur le quai nous observèrent avec curiosité. Mais cela n’eut plus d’importance puisque nous étions seuls avec notre immense désespoir.

    Pour réserver l'ouvrage, c'est ici !

    JOURNAL D'UN ADOLESCENT FACE A LA GUERRE, Jean RODON, ISBN n° 978-2-918296-46-1

     

    « Jean Rodon... Il fallait qu'il parle de cette ignominie nazie qu'était le STO !Séjour de rêve à Boghari... On est de suite dans l'ambiance ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :