• En préparation un nouvel ouvrage de Claude Fischer...

    L'homme avait encore des choses à dire, surtout en termes d'énergie et de fréquences vibratoires ! A plus forte raison à un moment important où nous sommes confrontés à un naufrage sanitaire dû à l'apparition d'un virus meurtrier ! Dans Fabuleuse énergie, Claude FISCHER avait évoqué en passionné de la chose, quantité de phénomènes tout à fait naturels que nous n'avions pas sû voir. Peut-être aussi parce qu'ils sont parfois assez difficiles à cerner comme ces ondes nocives qui, sous nos maisons, entreprennent de s'étendre. Au risque de provoquer chez nous un mal être.

    Nous reviendrons dans les prochains jours sur ce nouveau travail qui devrait pouvoir être publié cet été.

    Yahoo!

    votre commentaire
  •  Août 1944... Le maquisard trélissacois était salement amoché !

    Août 1944... Le maquisard trélissacois était salement amoché !Il allait avoir 95 ans et rien ne laissait supposer qu'il allait quitter son Périgord aussi vite, même après un hiver un peu plus délicat. Il en avait tant vu d'autres d'hivers délicats ! Comme il le confesse dans l'ouvrage de mémoires qu'il a conçu, le 24 août 1944, après avoir participé avec quelques autres à la libération de son cher Périgueux, et alors qu'il se dirigeait avec l'un des groupes d'Angelo RICCO vers une ville d'Angoulême encore occupée par les troupes allemandes, il sera salement amoché. Aux carrières Sainte-Catherine, sur la route des Charentes, un obus allemand aura raison de l'un de ses bras, au point que l'on craindra longtemps le pire, malgré un garrot de fortune réalisé avec un bout de toile de parachute afin de stopper l'hémorragie d'une artère. Aussitôt évacué vers une annexe de l'hôpital de Périgueux installée provisoirement rue du Président Wilson, on le croira même mort et il échappera de peu à la morgue où il se réveillera quelques heures plus tard, conscient que son heure n'était pas encore arrivée.

    Quelle magnifique leçon d'espoir et de vie aura pu donner ce jeune combattant de vingt ans qui, durant deux ans avait participé à nombre de grandes opérations en Périgord ! Robert SUDEY, revient dans Ma guerre à moi sur ces journées décisives sonnant le début de libération d'un pays trop longtemps sous le joug des nazis qui avaient reçu le renfort de la triste Waffen SS montée du sud du pays et en route pour la Normandie, auteure de massacres de civils sans précédent.

    « Beaucoup de résistants en Périgord ne seraient pas restés entiers, assure-t-il, s'ils n'avaient pas la chance, comme moi, de croiser sur leur chemin, le Professeur Fontaine. D'abord affecté à l'Hôpital de Périgueux, il intégrera ensuite le centre de Clairvivre en qualité de médecin-chef. Cet éminent spécialiste était, à l'époque, devenu le chirurgien de la Résistance, opérant souvent dans des conditions relevant de l'exploit. Parfois en toute discrétion car il s'agissait de ne pas se faire pincer ». C'est d'ailleurs grâce à une opération miraculeuse que le jeune SUDEY parviendra à conserver un bras, certes atrophié, mais entier et à vivre une existence sans problèmes majeurs. Lorsque Louis PETRIAC l'avait rencontré la toute première fois en janvier 2008, il n'avait rien perdu de sa fougue de battant mais ce qui lui tenait à coeur c'était de raconter ce qui lui était arrivé durant cette guerre atroce qui lui avait d'abord enlevé son frère avant de tenter de lui enlever l'un de ses bras. Et durant plusieurs années les deux hommes se reverront. A l'été 2017, lorsque SUDEY apprendra la création de notre société, il en sera ravi. Nous n'aurons pas tous la chance de le revoir après coup et il s'éteindra discrètement l'an passé laissant à notre auteur Louis PETRIAC le souvenir impérissable d'un grand homme avec lequel il avait noué un lien qui compte ! 

    MA GUERRE A MOI... RESISTANT ET MAQUISARD EN PERIGORD, 978-2-918296-23-2

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Quand Morandini tente de faire taire un avocat opposé au gouvernement...L'extrait vidéo que vous visionnerez en fin d'article est stupéfiant et aide à mesurer le climat qui prévaut actuellement. Le 24 mars dernier sur l'un des plateaux de CNEWS, dans une émission de Jean-Marc MORANDINI, la scène n'est pas passée inaperçue. Reçu pour s'expliquer après ses dépôts de plainte contre les ministres en charge de la crise sanitaire, l'avocat Maître Fabrice DI VIZIO s'est en effet emporté contre notre Gouvernement, révélant à ses contradicteurs qu'il n'avait plus confiance en ceux qui nous gouvernent.  Maître DI VIZIO qui est l'avocat d'un collectif de 600 médecins et qui a agi en leur nom, a effectivement décidé de porter plainte contre l'Etat le 19 mars dernier en saisissant la Cour de Justice de la République. Parce qu'il n'a aujourd'hui, comme beaucoup de Français, plus confiance en des gens qui n'arrêtent pas de mentir à ceux qu'ils sont censés protéger. A MORANDINI et son interlocutrice qui semblaient choqués par ce manque de confiance et qui tenteront de le faire taire à plusieurs reprises, l'avocat des médecins opposera un « Non, non et non, on ne peut pas avoir confiance en des gens qui nous mentent. Parce que la confiance, ça se mérite ! Madame BUZYN aurait donc le droit d'aller dans le monde pour dire qu'elle nous a mentis depuis le début, qu'elle savait et qu'elle n'a rien fait, et moi je n'aurai pas le droit de venir dire qu'on ne peut pas avoir confiance en des gens qui nous mentent ! A NUNEZ qui disait encore récemment qu'il n'y avait aucun problème de masques et qu'ils étaient livrés régulièrement, il répondra qu'il faudrait frapper NUNEZ qui est un menteur invétéré ! 

    « N'est pas CHURCHILL qui veut, dira-t-il lors d'un autre entretien enregistré après le dernier discours du 13 avril de notre si contesté Président, et que si lui, était en guerre, nous, nous avions à faire face à une épidémie ! Or, si nous avons une guerre, il manque un discours de guerre et un chef de guerre. Et nous n'avons qu'un discours de petit chef, de petit fonctionnaire qui ne sait pas ce qu'il dit et qui n'a aucune connaissance de la réalité du terrain ! Il estime qu'il a commis des erreurs, mais ne pas avoir de masques et envoyer à la mort des centaines de milliers de soignants n'est pas une erreur, c'est une faute pénale. Si moi j'ai le sens des mots, lui ne l'a pas ! Vous avez envoyé des centaines de milliers de gens au front comme vous dites, sans protection ! On est dans les derniers pays du monde à tester, et vous MACRON vous voudriez reconnaître avoir fait quelques erreurs ? Comment expliquez-vous que Monsieur ESTROSI ait pu faire débarquer 23 tonnes de matériel médical à Nice mais que Olivier VERAN ne soit pas capable d’en faire débarquer une tonne ? Maître de VIZIO indiquera à propos de ces masques qu'il venait d'ailleurs de déposer une plainte contre Olivier VERAN et de saisir le Parquet de Paris pour que l'on examine également les responsabilités de l'administration publique.

    Avec les EHPAD, on est, ajoutera-t-il, en présence d'une catastrophe humanitaire sans précédent avec des millions de morts et un mensonge d'Etat depuis le départ. On est en train de sacrifier une génération et on ne comptabilisait d'ailleurs même pas leur décès voici encore quelques jours ! On dirait qu'il n'y a plus de pilote dans l'avion et que le 11 mai prochain on opérera un déconfinement. Mais, c'est quoi la stratégie de déconfinement ??? C'est on va balancer des gens dehors comme ça. C'est de la folie furieuse, de l'inconscience caractérisée...  

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Anne-Marie Peysson... une présence simple et gentilleElle a disparu presque dans l'indifférence la plus totale, voici déjà cinq ans alors qu'elle n'avait que 79 ans, un 14 avril justement, sans que l'info s'attarde sur son décès. Et pourtant ! Pourtant, dans les années soixante, avec sa fraîcheur, ses bafouillages et sa spontanéité, elle rythmait nos journées sur la seule chaîne de notre bonne vieille télévision française d'alors. Nombre d'entre nous s'en souviennent sûrement encore.

    Il aura d'ailleurs fallu que j'attende un dimanche matin pour apprendre qu'Anne-Marie PEYSSON (en photo ci-dessus), l'une de nos premières speakerines, était décédée. un décès que son ancienne station RTL a annoncé aussitôt après. "C'était une maman de la radio" a dit l'animateur Laurent RUQUIER. Sûrement, mais quel chemin parsemé d'obstacles aura été celui de cette femme que beaucoup avaient brocardée parce qu'enceinte elle avait osé poursuivre ses activités télévisuelles avec son ventre rond. A une époque où l'on ne se montrait pas à la télévision quand on attendait un enfant. "C'était, a-t-on dit encore, une gamine pleine d'enthousiasme qui s'est passionnée très tôt pour le petit écran. Elle aura été la toute première, bien avant Denise FABRE, à sourire, bafouiller et à rire à la télévision". Le plus naturellement du monde.

    Venant de Télé-Marseille où elle avait été recrutée en participant à un concours et où elle restera quatre ans, Anne-Marie PEYSSON avait débuté à Paris-Club en 1958 avant de rejoindre en 1960 les autres speakerines qu'étaient Catherine LANGEAIS, Jacqueline CAURAT et Jacqueline HUET. Avant que le 10 avril 1960 elle ne soit chargée de remplacer deux des titulaires malades. Puis qu'elle anime aux côtés de Guy LUX le Palmarès des Chansons entre 1965 et 1968. Avant de perdre son emploi cette même année et de rejoindre RTL où elle restera jusqu'en 1990. Elle restera l'une des premières personnalités du monde de la télévision à animer le légendaire Stop ou encore. Comme l'écrit Media Part dans un article, "sa présence simple et gentille générait un humour de bon aloi. Le sourire perdu d'une télévision de qualité. Une bio-télévision".

    Louis PETRIAC

    Yahoo!

    3 commentaires
  • COVID 19 : Pour vos commandes

    Vous souhaitez nous commander un ouvrage sans passer par l'envoi d'un chèque en ces temps difficiles de contamination où, se rendre à son bureau de poste pose parfois beaucoup de problèmes ! Du moins lorsque ceux-ci sont ouverts ou pas trop éloignés de votre lieu de confinement ! Sachez que nous n'avons jamais fermé et que nous pouvons toujours traiter vos commandes et réservations.

    Aussi, pour ceux d'entre vous qui souhaiteraient pour leur commande passer par un virement, nous vous communiquons ci-dessous les coordonnées bancaires de notre société, et les codes IBAN et BIC de notre compte :

    LA BANQUE POSTALE, Centre Financier de Bordeaux

    COVID 19 : Pour vos commandes

    Yahoo!

    votre commentaire
  • # Coronavirus... Il vaudrait presque mieux rire des incapables au pouvoir !En ces temps de confinement, beaucoup ne manquent pas de créativité. C'est le cas de ceux qui viennent de mettre en ligne sur le réseau Twitter une version du téléfilm La Chute qui est assez désopilante.

    Cela n'aura échappé à personne, notre Führer à nous semble être passablement dépassé par les problèmes de masques FFP2 et l'approvisionnement tant attendu par des soignants qui risquent au contact de leurs patients de mettre ceux-ci en danger quand ils ne se mettent pas en danger eux-mêmes ! Mais il faut bien avouer que cette redéfinition des dialogues de La Chute ne manque pas de justesse et aussi que nous avions bien le droit d'en rire en ces temps dramatiques où la dérision se doit parfois de l'emporter !

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Ce qu'ils auraient pu dire...

    La bouille de cette Murielle BOLLE, une gamine dépassée à l'automne 1984 par les événements est restée en mémoire de tous ceux qui se souviennent encore de cet horrible drame et de l'assassinat du petit Grégory. Au point qu'on lui prête aujourd'hui en marge de l'apparition d'un virus pour le moins sournois d'autres affirmations qui ne la grandissent pas davantage ! Pauvre Murielle qui, comme son nom aurait pu le laisser deviner, aura bien eu du bol de ne pas avoir été prise au sérieux voici trente-six ans par un jeune juge lui aussi dépassé par les événements et qui, moqué par beaucoup de médias, s'est depuis suicidé !

    Yahoo!

    votre commentaire
  • La vérité sort de la bouche des enfants

    Elliot a 12 ans et ses parents sont infirmiers. Ils sont donc en première ligne et apportent chaque jour une contribution fort appréciée dans cette lutte contre un virus sournois qui est en train de mettre une sacrée pagaille parmi nous. On dit que la vérité sort toujours de la bouche des enfants, mais à voir ce dessin certes assez naïf, on devine déjà une certaine maturité chez ce gamin aux portes de l'adolescence ! Car tout y est très justement représenté ! Notre Tour Eiffel censée représenter cette France que nous aimons et qui vacille attaquée par un ennemi qui s'est démultiplié et un pompier qui essaie tant qu'il peut de la soutenir, représentant cet hôpital que trente années d'arrivisme politique n'ont pas encore tout à fait réussi à fiche en l'air !

    Bravo Elliot, tu as très bien compris ce qui nous arrivait !

    Yahoo!

    votre commentaire
  • COVID19... Le résumé de ce qui nous est tombé dessus !Toujours intéressant de revenir sur les événements après coup ! Ce montage est assez bien fait et il met en évidence les manquements de ceux qui avaient été soi-disant élus pour nous défendre !

    Affligeant !

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Dans la série "Restez chez vous" l'ouvre-boîte de Francis Blanche...Francis BLANCHE que Marc HERRAND avait bien connu en 1948 au moment de leur collaboration dans Le prisonnier de la tour a laissé d'autres souvenirs et notamment ceux de ces canulars téléphoniques qu'il se plaisait à faire à certains de ses auditeurs quand il animait une émission sur Europe 1 dans les années soixante-dix. Il est vrai qu'en matière de rire, Francis BLANCHE savait y faire et les plus vieux d'entre nous se souviendront sûrement encore des sketches qui le voyaient apparaître sur scène en compagnie de son ami Pierre DAC

    C'est un de ces canulars que nous vous proposons d'écouter voire de réentendre parce que le rire est encore la meilleure façon d'oublier cette vacherie qui a mis le bazar dans nos activités coutumières depuis quelques jours !

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Coronavirus et confinement... Les petites choses à savoir et la débrouilleUn bureau de poste fermé et souvent l'impossibilité d'avoir accès à une billetterie et de pouvoir retirer de l'argent. Voire de se procurer les timbres poste dont on aurait besoin pour expédier un courrier quand on a pas trouvé d'adresse mail susceptible de permettre l'envoi d'un courrier et d'une pièce importante. L'impossibilité également de remettre un chèque à l'encaissement parce qu'on n'a pas accès non plus à l'automate du bureau dans lequel on se rend d'ordinaire.

    Aujourd'hui, grâce au net, sachez que vous avez la possibilité d'imprimer vous même vos timbres poste. Voici le lien vous permettant d'accéder à la plate-forme d'impression à LA POSTE, en réglant votre achat de timbres avec votre carte Visa. Un service que nous avons testé avant d'en parler ici.

    De la même façon si vous êtes titulaire d'un compte Banque Postale et non d'un compte bancaire (ce ne sont pas les mêmes équivalences de frais non plus), faute de disposer de la possibilité d'accéder à votre bureau de poste, vous pourrez demander à ce que l'on vous envoie des enveloppes T qui vous permettront de remettre à l'encaissement tous les chèques qui vous auraient été remis en paiement.

    Hélas (rires), nous n'avons pas encore trouvé le moyen d'imprimer des billets de banque !

    Yahoo!

    votre commentaire
  • On nous prend vraiment pour des imbéciles !

    Notre auteur Guillaume Ferrand qui publie actuellement chez nous La bouteille de goutte a été verbalisé de 135 € le 19.03 à 16h30 à l'entrée d'Objat (Corrèze) pour n'avoir pas présenté deux attestations à un contrôle. L'une pour les achats de nourriture qu'il projetait de faire et l'autre pour se rendre à son bureau de Brive où il vient de créer un fonds de commerce libéral dans le domaine de la transition écologique, bureau où il avait des démarches à effectuer. Il lui sera reproché d'avoir coché deux cases sur une seule et même attestation et il aura droit à une leçon de morale dont il se serait fort bien passé et on lui précisera qu'il recevrait l'amende par La Poste. Ce qui est navrant, nous dira-t-il, au comble d'une colère parfaitement justifiée, c'est qu'on vous tape d'abord dessus et qu'on vous explique après ! Et le comble, ajoutera-t-il, c'est que l'agent verba-lisateur ne portait pas de masque et qu'il s'est approché à moins d'un mètre de lui pour le verbaliser. Comme c'est la seule personne qu'il aura rencontrée ce jeudi 19, s'il est contaminé, Guillaume saura d'où vient le virus car cet agent a dû répéter x fois cette façon paradoxale d'opérer sans même respecter les signes barrière auxquels il est soumis, comme tous les autres !

    Monsieur Le Préfet de Corrèze, plutôt que de faire sanctionner sans discernement n'importe qui, vous devriez inciter vos équipes à revoir les gestes barrière qu'ils se doivent d'observer, eux les premiers ! 

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Un livre sur l'amitié et le partage : La bouteille de goutte

    Un livre sur l'amitié et le partage : La bouteille de goutteIl n'est pas inutile de revenir sur notre dernière production et cette Bouteille de goutte due à un Sarthois, Guillaume FERRAND. A plus forte raison en cette période de désespérance accrue face à cet ennemi qu'est le COVID19 ou Coronavirus.

    Pourquoi ? Parce qu'en 1945, alors qu'un autre virus était éliminé en la personne des nazis et d'Adolf HITLER, beaucoup avaient choisi de tourner la page et de mobiliser leurs énergies pour que la production reparte très vite. Chez les CHOLLET, à Crosmières près de La Flèche dans la Sarthe, il y avait de surcroît une douzaine de bouches à nourrir et une Irène, l'épouse d'Albert, qui venait de donner la vie à un nouvel enfant. Ce sont dans ces circonstances qu'Albert et qu'Irène CHOLLET ont rencontré Wilhelm OTTO, un prisonnier allemand qui avait été emprisonné au camp de Thorée-les-Pins. Sans chercher à savoir qui il était et ce qu'il avait fait, pourquoi il avait décidé de suivre ce taré mégalomane qu'était Adolf HITLER, les CHOLLET lui ont ouvert leur domaine, invitant l'un de leurs aînés, Michel, à partager avec lui sa couche car il leur aurait été impossible de proposer à leur nouvel aide de dormir à l'étable avec leurs vaches et leurs bêtes ! De ces petites attentions d'un couple d'agriculteur pour un homme qui, c'est probable, ne leur révélera jamais comment il avait pu en arriver là, naîtra un lien et une amitié indéfectible qui fera qu'Albert CHOLLET se sentant mourir attendra quarante-cinq ans plus tard d'avoir revu Wilhelm avant de fermer les yeux.

    C'est cette rencontre qu'a choisi d'évoquer Guillaume FERRAND, après avoir cherché à savoir qui était réellement ce Wilhelm OTTO. Un ouvrage sur l'amitié captivant que vous pouvez actuellement vous procurer pour 21,50 € port inclus !

    LA BOUTEILLE DE GOUTTE, Guillaume FERRAND, 978-2-918296-48-5 

    Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique